mardi 2 juillet 2013

Ce gars-là

Les fleurs de moutardier dansaient sous le vent des Prairies. Les Rocheuses, au loin, avaient l'allure d'énormes cornets de crème glacée nimbés de gros nuages d'automne. Et il y avait ce gars-là qui marchait seul sur l'accotement de la Yellowhead Highway 16.

Il s'était pris une brindille et la portait en bouche comme un va-nu-pieds.

Personne ne lui prêtait attention cet après-midi-là. Personne. Même pas les chiens qui gardaient quelques troupeaux d'on ne sait quoi par-delà ces mers jaunes comme de la moutarde.

Ce gars-là pratiquait l'auto-stop avec nonchalance. Généralement il réussissait à bénéficier de la générosité d'un conducteur au bout d'une ou deux heures à tendre son bout de carton sur lequel il avait écrit Montréal avec le sigle des Canadiens, une fantaisie qui lui permettait de tomber sur des amateurs de hockey, matière en laquelle ce gars-là ne connaissait rien du tout.

Cet après-midi-là, ce gars-là se sentait vraiment abandonné et il regardait à droite à gauche en se demandant où il pourrait planter sa tente pour la nuit.

Le vent soufflait sur les moutardiers des Prairies.

Les paysages étaient à perte de vue.

Ce gars-là n'était qu'une poussière dans cette chevelure jaune qui ondulait comme la liberté crue et sans fards.

Il ne savait pas où il s'en allait.

Ni quand il y serait.

Cet après-midi-là n'en finissait plus de ne pas finir.

Et la bouteille d'eau touchait à sa fin.

Encore une ou deux gorgées d'eau chaude avant la sécheresse.

Aussi bien les prendre tout de suite.

Un bon Samaritain s'arrêta devant lui avec son gros camion Ford.

-Goin' to Montreal?

-Yes...

Et la route se poursuivit, naturellement.


1 commentaire:

  1. Ce gars-là me rappelle un autre gars, là, qui s'est promené comme ça su'l'pouce à travers l'Île-de-la-Tortue lui aussi :¬) .



    RépondreSupprimer