mercredi 21 février 2024

21 février

 Le vingt-et-un février n'évoque rien de particulier pour moi dans le présent, le passé et le futur.

C'est une date perdue dans l'année, parmi d'autres jours plus spectaculaires sans doute.

Un vingt-et-un mars c'est déjà quelque chose. Mais un vingt-et-un février? Sérieusement, c'est rien.

Je suis obligé de googler pour m'en faire une autre idée...

L'évêque Athanase retourne dans sa ville natale après six ans d'exil en 343?

La commission des droits de l'homme de l'ONU condamne les actions d'Israël dans les territoires occupés en 1975?

On ouvre l'accès de Johannesburg à tous les Sud-Africains en 1986, même s'ils ne sont pas Blancs?

Il s'est passé de quoi le 21 février, évidemment.

Et je ne sais pas ce qui se passera aujourd'hui, finalement.


mercredi 14 février 2024

Le monde s'effondre mais ce n'est pas une raison de ne pas s'accrocher un sourire dans la face


Le monde s'effondre et s'effondrera toujours comme il s'est déjà effondré. En fait, la vie d'une personne ne devrait jamais tourner autour des ruines. Chercher à en créer de nouvelles, pour ruiner tout un chacun et les foutre tout nus dans la rue, n'est pas une option qui mérite de la considération. 

Nous vivons pour vivre avec nos voisins, que nous les aimions ou pas, parce que la guerre civile n'est pas une option. Ni les vendettas. Ni les génocides. Ni les étripages pour satisfaire l'orgueil gluant d'un historien qui se brasse le poulet dans un drapeau.

À première vue, j'ai l'air d'un motard qui vient de se faire péter quatre chaises sur la tête sans broncher. Pourtant, je ne suis qu'une chanson, comme Ginette Reno. Je ris, je pleure à la moindre émotion. Je ne veux pas dire que j'en fais l'exhibition. C'est plutôt du domaine de mon for intérieur. Cela motive néanmoins mes actions, mon ton de voix, mes paroles.

Je suis coordonnateur aux soins et aide-soignant certifié en-dehors de mes temps libres. Je pratique ce métier pour le bien qu'il me procure. Cela me fait du bien de faire du bien. C'est dans ma nature intrinsèque. J'aime voir des gens heureux autour de moi. Si je puis faire quelque chose pour changer quoi que ce soit à la grisaille de nos vies, eh bien je serai ce plaisantin qui fera tout pour que cette journée triste soit mémorable quoi qu'il advienne. Bref, je suis un tabarnak de fou. Et un travailleur acharné.

Il m'est difficile, pour ne pas dire insupportable, de voir des personnes manquer de douceur envers une personne vulnérable. Pour tout dire, cela me révulse. Profiter de sa position d'autorité ou bien de son privilège pour écraser autrui, cela me dégueule.

Je sais qu'il y a moyen de vivre ensemble parce que je vois bien qu'on le fait à tous les jours que je vous l'écrive ou pas. Le monde n'attendra pas que j'aie terminé mon texte pour continuer de tourner rond, carré ou losange, je ne sais trop.

Pour ce qui est de mon erre d'aller, ce sera à la bonne franquette, comme toujours.

Quand la pression sera trop forte, je dessinerai des gros nez ou bien je me défoulerai avec ma guitare et mes harmonicas. Les arts, le blues, et même l'amour: comment peut-on vivre tristement sur Terre?

Mon bonheur n'est pas complet tant qu'il y a une personne qui souffre.

À la fin de mon quart de travail, qui peut durer plus longtemps que prévu, je sais néanmoins que j'ai vraiment aidé quelqu'un, sinon plusieurs.

Je ne demande pas une médaille pour ça. Ni mes collègues d'ailleurs.

Dans un monde qui vire fou, nous virons comme d'habitude pour prendre soin des personnes en perte d'autonomie.

Ce n'est pas facile. Mais il n'y a rien de facile ici-bas. Voire là-haut. Je n'y suis pas encore allé. Je me garderai une petite gêne pour vous en dire plus à ce sujet.

En attendant, heu... Rien.

Le monde s'effondre mais ce n'est pas une raison de ne pas s'accrocher un sourire dans la face.








jeudi 8 février 2024

Écrire au nous c'est pas d'la tarte

 J'écris au je depuis quelques jours. J'en déduis que j'étais un peu rouillé. Livrer ses "rinçures" au monde entier, d'un seul clic, c'est tout nouveau chez notre espèce. Il y a tant de sujets à traiter que parler de soi-même finit par avoir ce quelque chose d'odieux qui devrait me faire passer au neutre.

La neutralité, comme l'objectivité, que je confonds avec l'objectivation, ne font pas partie de ma palette de couleurs. 

J'essaie, à tout le moins, d'être bon et bienveillant. Je m'efforce de faire pardonner mon je pesant et grandiloquent de gros jambon anté-historique. Je prêche par les actes. Homme de mots, je sais qu'ils ne comptent pour rien si l'on ne sait pas se donner tout entier à l'autre, surtout celui ou celle qui vous fait chier. 

Nous sommes dans le même navire, si je puis me permettre de placer au moins un nous.

Nous ne pouvons pas foutre le feu dans le navire en pensant que cela ne nous affectera d'aucune manière.

Les bonnes manières, d'ailleurs, ne consistent pas à bien choisir ses ustensiles lors des repas.

Elles consistent plutôt à ne pas planter un couteau entre les reins des personnes dont l'on profitera de leur disparition pour s'emparer de tout ce qu'elles possédaient.

C'est une trop longue phrase, je sais.

Écrire au nous, c'est pas d'la tarte.


mercredi 7 février 2024

C'était bien l'fun

Le Lac St-Pierre, dimanche dernier
je crois... Pas pire hein?

Je ne sais jamais trop où je m'en vais lorsque je m'assieds devant mon portable pour écrire. C'est toujours un peu prétentieux de s'adresser directement au monde entier via l'Internet. Il y a trente ans à peine, j'écrivais des lettres aux grands quotidiens. Allaient-ils la publier ou pas? Je travaillais mon style et mon propos pour que ça soit irréprochable. Je vous avouerai que la majorité de mes lettres ont été publiées. Hormis une ou deux dont je n'ai pas grand souvenir.

De nos jours, la majorité des grands quotidiens sont condamnés aux limbes de l'Internet. On joue presque d'égal à égal avec Le Nouvelliste, Le Devoir, Le Journal de Montréal et j'en passe. Ils peuvent bien publier ce qu'ils veulent, les internautes en publieront mille fois plus encore. Avec plus de force. Plus de mensonges, parfois; et plus de vérités, souvent. Les grands quotidiens sont devenus de gros navires qui s'enlisent dans les rivières sinueuses de l'information tandis que tout circule en temps réel autant qu'en continu. Ils veulent sauver les bibles calligraphiées à l'époque des bibles imprimées, comme au temps de Gutenberg. Le métier de copiste est tout aussi terminé que celui de rond-de-cuir du journal local qui ne doit pas déplaire au propriétaire du contenu et du contenant. On ne veut plus de ça. C'était bien le fun mais c'est fini.

On entre dans une ère où le médium est le message, pour reprendre Marshall McLuhan.

Le message c'est cette porte sur le monde entier qui nous permet de partager textes, images, photos, pensées instantanément.

Que ce soit pour péter dans un micro, révéler le secret de la Caramilk ou bien tergiverser sur l'usage de l'Air Fryer, l'Internet est là pour rester.

Bref, c'était bien l'fun.




mardi 6 février 2024

Une chanson douce


J'ai le bonheur d'animer des activités auprès des aînés. Je me demande parfois qui s'amuse le plus entre nous. Sont-ce les aînés ou bien moi? Un peu les deux à la fois, même s'il y a toujours un schtroumf grognon ici ou là pour compléter le tableau.

On fait du dessin, de la peinture, des exercices sur chaise.

On joue aux dards (avec bouts en velcro!) et aux poches.

On monte des quizz avec de vrais buzzers.

On organise des courses de chevaux de bois qui font vraiment fureur.

On chante des chansons a cappella, saupoudrées d'airs de guitare et d'harmonica  improvisés par votre humble plaisantin.

L'air de rien, il y a de la poésie dans la chanson populaire.

Ce n'est pas pour rien que la poésie des Anciens rimait.

C'est parce que Rutebeuf savait jouer du luth. Rutebeuf chantait. Il aurait endisqué de nos jours. Nous n'aurons retenu de lui que ses "lyrics"... Il faut maintenant s'imaginer ses accords.

Je ne suis pas un grand chanteur mais j'y mets suffisamment d'enthousiasme pour faire lever un party. Je gonfle mon ventre lorsque je pousse ma note et j'apprends la même technique au reste de la plus authentique chorale que j'aie pu entendre au cours de ma vie. 

-On gonfle son ventre pour avoir de l'air quand on chante! Mettez de l'air dans vos poumons! Attention les couplets demandent une voix creuse sur laquelle je risque de m'étouffer comme un dindon rôti! Ok mesdames et messieurs... Prenez le livret madame... Page 38... Oui... Ok... On commence la toune dans 3, 2, 1... Pour vivre ensemble il faut savoir aimer..et ne rien prendre que l'on ait donné... 

J'en vois qui pleurent une larme ou deux sur une ou deux paroles de chansons. La poésie, même rimée, ça vous secoue.

Je devrai tenter la poésie qui ne rime pas le mois prochain. Il y en a qui pourraient aimer ça. Moi, même j'ai encore l'air de plaisanter. Je suis un lecteur de Tristan Tzara et autres surréalistes. Je suis capable d'en prendre. Mettons que le must, en prose poétique, c'est Rimbaud et Baudelaire pour mon petit moi.

Cela dit, que le monde s'effondre ou pas, the show must go on.

Je vous laisse sur un autre extrait de la pure poésie de la chanson populaire.

Il s'agit de Gros Jambon de Réal Giguère.

Et pendant que le géant tenait le plafond de la mine en l’air
Les vingt-trois ont rampé jusque vers la lumière
Oubliant que dans le fond, au milieu de la steam
Y en avait encore un qui tenait toujours son beam
Gros Jambon


dimanche 4 février 2024

Aimons-nous sans spéculation ni obéissance aveugle


La Terre n'appartient à personne.

Aucun éléphant ne pourrait dire, sans rire, que la Terre lui appartient.

On n'imaginerait pas non plus un singe prétendre au même titre.

Il n'y a que l'Homme, cet abruti dans l'univers, pour jouer aux anges exterminateurs avec tout ce qui peut exister un tant soit peu ici-bas.

Pourtant, il y a aussi parmi les humains ce quelque chose de doux, tendre et généreux qui laisse croire que l'humanité pourrait potentiellement adoucir ses moeurs.

Ce quelque chose a rarement la cote. Mais tout le monde s'accorde pour dire que ce quelque chose est éternel et transcendant.

On honorera les plus vils parmi les nôtres au sein de nos institutions parce qu'elles sont dépassées et obsolètes.

Le vieux truc de l'autorité nous a menés au bord du gouffre. 

On se met à obéir un peu, pour tout et n'importe quoi, et cela se termine en charniers épouvantables par pur manque d'humanité. On se crée des cultes de la personnalité pour se dépersonnaliser tout un chacun. Il y a des dieux et il y a les autres, la grande masse des "regardeux"... On se met au service des dieux en rêvant d'en devenir un. Et puis on crève sur un caprice divin qui se fout de notre gueule.

***

Non serviam, je ne servirai pas en latin, est la devise de Lucifer.

Je ne connais pas tant ce Lucifer, mais j'y vois une boutade qui peut me servir...

Servir, ou se servir, c'est pareil. 

Tous ceux qui jouent aux anges finissent par faire la bête, comme le disait déjà Blaise Pascal dans ses Pensées.

Ne pas servir, c'est ne pas obéir aveuglément à des ordres imbéciles qui nous coûteront la peau et les os, sans compter le sang.

L'être humain est meilleur dans l'entraide et la solidarité.

Il n'est pas là pour servir, mais pour vivre sa vie de singe tourné vers les étoiles.

La Terre n'appartient à personne.

Mais elle est notre seul nid dans l'immensité du cosmos.

Piocher sur le nid d'autrui a quelque chose de dégueulasse, vous ne trouvez pas?

Vivons en paix.

Bâtissons nos nids.

Aimons-nous sans spéculation.

dimanche 21 janvier 2024

Réflexions d'un esthète sur la guerre et toutes ces sortes de choses...

Sur le pouce vers Trois-Rivières, acrylique sur toile
60x40 po. GAÉTAN/artiste-peintre

La question la plus importante qui soit se situe entre comment mettre fin aux guerres et comment dessiner un gros nez.

Je ne veux pas minimiser la guerre avec mes gros nez.

Néanmoins, il me faut avouer que toute importance est intimement liée au moment présent.

Il est important de retirer sa main du feu sur-le-champ sous peine d'en subir les conséquences.

Il est important de bien dessiner un gros nez si c'est ce que l'on s'applique à faire.

Évidemment, il est primordial de mettre fin aux guerres...

Si tout le monde dessinait plus de niaiseries, on aurait moins de temps pour s'étriper les uns les autres.

En tout cas, moi je dessinais lorsqu'on s'étripait autour de moi.

Le dessin était et demeure mon havre de paix.

Bref, je n'ai plus de questions.

Je ne cherche plus, comme dirait Picasso, je trouve.

Je me sers des arts et des lettres pour exister.


***

Qu'est-ce que la guerre en somme?

C'est l'expulsion et la destruction des pauvres, toujours.

Il faut des ruines autant qu'il faut de nouveaux contrats de construction.

La démolition fait partie du cycle pour le renouvellement des richesses.

Que ce soit le boxeur du coin gauche ou celui du coin droit qui gagne le match, c'est toujours le promoteur qui encaisse le fric de tout un chacun. L'aréna est à lui. Le restaurant de l'aréna aussi. De plus, il vous loue l'espace de stationnement.

Vous ne vous appartenez même plus et vous ne le savez pas encore.

On vous déculotte tout chaud sans que vous ne le sachiez.

C'est ça le Monopoly, en Amérique, au Yémen, en Palestine, en Israël...

On achète tous les terrains en ruines et plus personne ne peut se payer un toit pour dormir.

Vous regardez les deux derniers joueurs qui restent balancer du fric sur le jeu.

On vous dit que vous êtes éliminés.

Et pourtant, ça ne vous rentre pas dans la tête.

Puis vous regardez le gagnant de la partie de Monopoly avec mépris.

Parce que tout le monde est éliminé autour de lui.

Vous avez des envies de lui balancer son jeu, ses cartes et ses pions en pleine gueule.

Si nos vies ne comptent pour rien, Gus, qu'est-ce qui va t'arriver si tous les éliminés changent les règles du jeu au lieu de te regarder jouir tout seul avec trop de fric pour un seul singe?

***

Je m'emporte.

Il est temps de dessiner.

Au revoir les amis. Adieu les ennemis.

samedi 20 janvier 2024

Trouvé dans ma boîte de Pandore...


Je fais du classement aux petites heures du matin pour me donner une raison de ne pas dormir.

Je suis tombé sur une série de croquis que j'avais griffonnés au cours d'une fin de semaine au Camping du Gouffre à Baie-Saint-Paul. 

Je suis toujours en spectacle, même en vacances. Cela fait partie de mon personnage. Étais-je en vacances? Non. Je produisais un reportage gonzo sur Baie-Saint-Paul, sans doute sous l'influence de quelques lectures du moment, Hunter S. Thompson entre autres...

À la différence de Thompson, je n'ai pas besoin de me mendier un illustrateur pour mes textes. Je peux faire les deux. On dira que je ne vaux pas cher et on aura dit juste. 

Cela dit, ou médit, voici cette série de croquis plus ou moins présentée comme un reportage en bande dessinée...

Merci de supporter mon indécrottable présence sur l'Internet comme sur les médias sociaux.

On dirait que l'anonymat m'est impossible, tant du point de vue du corps de géant que j'occupe que de mon art trop bouffonesque. 

Sourions-nous les uns les autres.













jeudi 18 janvier 2024

Autres croquis qui n'auraient jamais été postés...

 Je produis sans arrêt des tas de croquis, dessins et texticules que vous ne verrez probablement jamais.

Il m'arrive cependant d'avoir un moment pour les prendre en photos et vous les présenter, sans fioritures, à la bonne franquette.

Les croquis ci-joints proviennent en partie d'une fin de semaine à Hérouxville et d'autre part d'explorations des jeux d'ombres pour les aînés qui participent à mes ateliers de dessin et de peinture. Je leur apprends à étendre de la mine de carbone sur le papier pour mieux maîtriser les formes et les dimensions.

Les élèves dépassent le maître que je ne serai jamais.

Je suis surtout fier de savoir communiquer la passion pour les arts, les lettres et la musique.

Mes élèves, et je devrais plutôt dire mes camarades artistes, produisent maintenant sans arrêt des oeuvres d'art dans leurs temps libres. On n'a presque plus besoin de moi... 

Good job le Gros!















mercredi 17 janvier 2024

Dessins, tableaux et autres croquis s'accumulent


Dessins, tableaux et autres croquis se sont multipliés au cours des dernières semaines et il m'est difficile d'en faire le tri pour vous présenter tout ce que j'ai pu faire. Je suis nettement plus actif en tant que praticien des arts visuels depuis que je donne des ateliers de dessin et de peinture aux aînés une fois par semaine. Cela m'a permis de mieux comprendre ce que je faisais. Je ne m'explique guère sur ce qu'il est de bon ton d'appeler une "démarche artistique".

Je produis de l'art naïf mais j'ai sans doute trop de formation académique et de repères culturels pour prétendre avoir tout sorti du néant. Mon frère Christian, professeur et critique culturel de haut niveau, a cette faculté de comprendre ce que je fais et même de l'expliquer. Il y a toute l'histoire de l'art dans mes gros nez et mes dessins sans prétentions. Je reproduis sans m'en rendre compte tout ce qui a eu le bonheur de rentrer dans mes yeux. Je me sens d'abord influencé par mes camarades artistes, tous plus ou moins solitaires, tassés dans leur coin à se demander pourquoi faire tant de barbouillages alors que la plupart des gens ne font strictement rien. Même contempler les oeuvres d'art leur fait mal au cou...

Je dépose ici une image de deux toiles sur lesquelles je travaille en ce moment.

En fait, j'en ai au moins dix ou quinze en cours.

Je suis le champion des oeuvres inachevées. Cependant, elles doivent passer par ce processus pour atteindre leur finalité.

Merci d'être là et de me suivre encore sur l'Internet.

Je suis surpris de voir combien l'audience s'accroît en moins d'une semaine pour revenir presqu'aux sommets d'antan. Je suis passé de trois visites par jour à 500, puis 2000. Ce n'est pas que je sois si sensible aux chiffres. Cela signifie que je suis lu, peut-être un peu plus que sur Facebook...