mercredi 25 juin 2008

Les arbres ressemblent à des brocolis

Les arbres ressemblent à des brocolis. Je ne dis pas ça pour faire de la poésie. Ni même pour passer pour un fou. Je dis juste que les arbres ressemblent à des brocolis, avec la tige principale puis les plus petites tiges et encore plus petites tiges pour former tout au bout une fleur, une feuille, un fruit.

Cela m'a pris quarante ans pour me rendre compte que les arbres ressemblaient à des brocolis. Permettez-moi de savourer cette impression soudaine, ce satori comme diraient les bouddhistes, une sorte de flash sans but, sans prétention idéologique ni visée politique. Juste un sentiment humain, une niaiserie quoi: les arbres ressemblent à des brocolis.

J'ai lu quelques livres sur le bouddhisme zen dont ceux de Taisen Deshimaru. Dans L'autre rive (Albin Michel), il rapporte l'anecdote suivante. Un disciple vient visiter un moine bouddhiste pour lui demander quelle est la vraie nature de Bouddha. Cela fait des années qu'il se casse la tête avec cette question, en y allant de théories sur l'octuple sentier, sur les astres, sur les désastres, sur les statistiques disponibles, sur le cours de l'or sur les marchés mondiaux, etc.
Rien n'y fait. Le disciple est dans l'ignorance totale de la vraie nature de Bouddha.

Voilà pourquoi le disciple est là, devant le Moine en chef, pour lui poser une bonne question.

-Grand Moine, dit le disciple au vieux chauve, Grand Moine quelle est la vraie nature de Bouddha?

Le Grand Moine désigne un prunier du regard, présente son plus beau sourire édenté et répond:

-Le prunier est en fleurs!

...

Le prunier est en fleurs! Quelle réponse!

Et vous vous demandez ce que ça signifie, hein?

Rien.

Le prunier est en fleurs.

Les arbres ressemblent à des brocolis.

La vraie nature de Dieu, Bouddha ou Bernadette, qu'est-ce qu'on en a à foutre?

Évidemment, je ne saurais affirmer que le Grand Moine pense comme moi à ce sujet.

Il se peut bien qu'il se contente du prunier en fleurs, quitte à le répéter cent fois, en tournant sur lui-même, jusqu'à ce qu'il attrape le hoquet.

-Le pru...pru...prunier est en... hic!... fleurs!

Imaginons le disciple, fourré d'aplomb, incapable de se démêler dans ses théories sur Bouddha:

-Votre réponse, ça ne vaut pas des prunes! Et vos prunes sont encore en fleurs. La sauce aux prunes, c'est pas pour tout de suite. Alors quoi? Vous vous foutez de ma gueule avec votre prunier en fleurs? Un peu de sérieux svp. Bouddha ne fait pas que rire.

Et s'il ne faisait que rire, Bouddha?

Je ne l'ai pas connu, remarquez.

Mais quand je lis des trucs sur le bouddhisme zen, c'est comme si je lisais un recueil d'histoires drôles. Une blague n'attend pas l'autre.

Cela dit, je ne suis pas bouddhiste. C'est trop compliqué pour moi, la vraie nature de Bouddha, le crâne rasé et le prunier est en fleurs.

Je m'en tiens à ma maxime.

Les arbres ressemblent à des brocolis.

Et ça me suffit.

Je crache un coup et je repars ma journée.

J'ai presque pensé aujourd'hui.

Hourra.