mercredi 27 février 2019

À propos des cons racistes qui pitchent leur marde sur les médias sociaux

Il y a toujours eu des cons.

Aujourd'hui les cons disposent de moyens technologiques pour rivaliser en publicité avec les prix Nobel.

Remarquez bien qu'un prix Nobel demeure, aux dires de feu Jacques Ferron, de la crème fouettée sur un bâton de dynamite...

Assez de facéties, je vais reprendre mon fil conducteur.

Il y a toujours eu des cons.

Il y a toujours eu des gens qui cherchaient à mettre en valeur ce qu'il y a de plus sale et de plus grotesque en l'être humain.

Il y en a de nos jours qui se font de belles petites vidéos sur YouTube pour se vanter d'être racistes, homophobes et même violeurs de femmes. Ils affirment sans vergogne leurs vilenies. Ils se vautrent dans la partie obscure et surtout fangeuse de leur âme.

Que voulez-vous y faire?

Ce que vous faites sans doute déjà. À chacun ses moyens de les combattre et de les effacer de sa vie.

Quant à moi, je m'éloigne de ces abrutis, évitent même de les confronter sur les médias sociaux, et m'en tiens à bâtir un monde à peu près meilleur. Ce n'est pas le choix de l'empire Québecor, j'en conviens. Aussi je m'éloigne autant que faire se peut des journaux jaunes et autres torchons tout aussi incendiaires que ne l'était Radio Mille-Collines au Rwanda. Faire la promotion de la haine et s'étonner ensuite des commentaires émis par les cons qui se sentent allumés par les fabricateurs de préjugés sociaux vieux comme le monde, eh bien ça ne fait pas sérieux.

Les cons qui se vantent d'être cons me font l'effet du singe qui lance ses excréments sur les visiteurs au zoo. Le pauvre singe se sent prisonnier, ne devrait pas être là selon moi, et tout ce qu'il lui reste c'est de pitcher sa marde. Sa révolte est vaine mais de la marde c'est toujours bien de la marde. C'est sale et ça laisse entendre l'inconfort du singe face à une situation en théorie inchangeable.

Dans le cas des cons, la porte de leur prison est souvent ouverte mais ils préfèrent encore pitcher de la marde en se pétant la tête sur les barreaux de leur cellule.

Que voulez-vous y faire? disais-je.

Ce que vous faites.

Ce que je fais.

Ce que nous faisons.

Souhaitons que les racistes sortent de leur marde.

Souhaitons qu'ils évoluent et qu'ils cessent de tous nous faire chier.

Il y a des limites à ne pas dépasser.


samedi 23 février 2019

Taf était en hypoglycémie

J'ai vu Taf l'autre jour. Le vent froid du Lac St-Pierre soufflait fort à la croisée des rues des Forges et Royale. Si vous tapez Trois-Rivières et centre-ville sur Google je crois bien que la flèche vous envoie là. Comme elle y envoie tous les pauvres et rejetés de la Mauricie.

Dans le cas de Taf, eh bien je l'ai connu dans mon ancienne vie de directeur du journal de rue Le Vagabond. Il mendiait. Et il mendie encore. Il est toujours demeuré fidèle au squeegee ainsi qu'aux drogues. Ce qui lui a valu une belle flopée de tickets pas payés de Montréal à Québec en passant par Sherbrooke, Drummondville et finalement Trois-Rivières.

Heureusement, ses tickets c'est du passé à Trois-Rivières. Taf a observé à la lettre les conditions de sa libération conditionnelle. Dont celle de se pointer tous les jours à la pharmacie pour prendre de la méthadone. Un moyen de contrer son accoutumance aux drogues. Le buzz semble fonctionner. Mais Taf continue de mendier. Parce qu'il n'a pas de jobs et aussi parce qu'il se nourrit mal: pain tranché blanc industriel, petits gâteaux industriels et beurre d'arachides industriel sont les trois ingrédients de son alimentation.

Il voudrait travailler. Mais son employeur doit comprendre qu'il doit aller prendre sa dose de méthadone à la pharmacie tous les soirs.

Des restaurateurs lui ont offert de faire la plonge à temps partiel.

-Seize heures par semaine... C'est moins qu'mon BS... Pis qui qui va payer ma méthadone, hein? J'veux bien...

-C'est quoi qu't'aimerais faire Taf?

-Chauffer des camions à neige... Sauf que j'ai perdu mon permis y'a vingt ans... Faudrait que je r'passe le cours...

-Hum...

Que vouliez-vous que je dise à Taf pour remonter le moral à Taf qui mendiait? Rien. Alors je lui ai refilé mon obole.

***

Quelques jours plus tard, je revois Taf.

Il est épuisé, assis sur le bord de l'escalier d'une banque.

Il m'explique qu'il est allé au supermarché pour acheter du pain tranché et des brioches. Ce qui représente une marche d'une heure.

Taf n'avait pas mangé.

Il s'est senti les jambes molles. Puis il s'est assis sur le bord de l'escalier de la banque de Hong Kong.

Il était presque rendu chez-lui.

Je lui ai dit de manger tout de suite sa brioche plein de sucre puis d'aller se faire une prise de glycémie au CLSC. Je soupçonne Taf d'avoir fait de l'hypoglycémie puisque sa grosse cochonnerie sucrée l'a tout de suite requinqué.

-J'me sens mieux ciboire! Man! J'sais pas c'que j'avais...

-T'es peut-être diabétique Taf... Check ça calice... J'ai failli me faire botter un pied y'a trois ans...

-Ah ouais?... Brrr! C'est sûr que j'va's aller voir ça!

-Mange une autre brioche... Pis prends ça...

Je lui ai refilé quelque chose.

Puis Taf a repris son chemin, quelque part entre le bar de danseuses et la flèche qui pointe sur le centre-ville de Trois-Rivières sur Google.

vendredi 1 février 2019

Y'a pas d'place pour Jules à Trois-Rivières ?

Jules était guitariste quand il était jeune. Il a remplacé plein de guitaristes de groupes connus sur le pouce. Il aurait joué pour Aut'Chose, entre autres, et peut-être Johnny Cash. Je ne me souviens pas trop.

Il a pris ensuite plein d'autres chemins, Jules. Parce que la vie n'est pas faite que pour accommoder les gratteux de guitare, aussi bons fussent-ils.

Je pense qu'il a travaillé dans l'arrière-cuisine des restaurants. Puis peut-être qu'il a passé la moppe souvent ensuite. Son dernier emploi connu était celui de concierge dans un bar du centre-ville de Trois-Rivières. Petit, les cheveux blancs, un oeil qui observe pendant que l'autre dort, c'est un monsieur qui n'est pas sans sagesse et qui ne prétends pas en savoir plus que quiconque.

Jules, qui doit bien avoir dans les soixante-dix ans bien sonné, a eu un accident récemment.

Son coeur a flanché et il a paralysé et perdu la faculté de parler.

On l'a transféré à Shawinigan où il s'ennuie à mourir.

Ses amis, à peu près tous paumés, sont à Trois-Rivières. Ils pourraient aller le voir tous les jours et je sais qu'ils le feraient. Je les connais ses amis. Ils sont du genre à trouver pleins de paumés morts tout seuls dans leur appartement. Ils font partie d'une sorte de fraternité de paumés qui s'assurent ainsi d'une forme de sécurité. Qui ont trouvé Jules, pensez-vous, sinon ces paumés?

Et comment voulez-vous que ses proches aidant paumés aillent le visiter à Shawinigan?

Il n'y a pratiquement pas moyen de s'y rendre par le transport en commun, sinon à un horaire tellement erratique que l'on croirait attendre son tour pour se rendre sur un sommet des Himalayas alors que ce n'est qu'à 45 kilomètres...

Jules s'ennuie à mourir à Shawinigan. Personne ne s'en soucie sinon la fraternité des paumés du centre-ville de Trois-Rivières.

Il y a quelque chose qui cloche.

Jules a vécu toute sa vie à Trois-Rivières.

Il est une sorte de monument vivant du centre-ville trifluvien.

Il arpente la rue des Forges depuis soixante-dix ans.

Et il ne suffit que d'un pépin pour qu'on le condamne à l'exil, loin de tout son monde?

Il n'y a pas de place pour Jules à Trois-Rivières?

Ne pourrait-il pas être rapatrié de Shawinigan via l'hélicoptère de l'Honorable Jean Chrétien?

Faut-il lancer l'opération Sauvons Jules?

Ou bien jaser avec quelqu'un à quelque part dans cette bureaucratie kafkaïenne pour en venir à comprendre que Jules n'est pas un gars de Shawi et qu'il ne connait personne là-bas?

Trop de questions sans réponses pour Jules.

Et pour moi-même.

Je ne parlerai pas pour vous.

Ni pour nous.

Je me contenterai de dire que ça n'a pas de calice de bon sens.

Ce sera tout.