jeudi 10 juillet 2008

Quelques lignes pour se faire un nom


Avez-vous déjà lu le Tao Te King? D'abord, ça signifie «La Voie et sa vertu».

Le Tao Te King est un petit livre de rien du tout, à peine quelques lignes. Pourtant, c'est encore l'un des textes philosophiques parmi les plus lus dans le monde. Et ça ne date pas d'hier, ces texticules. Ils datent de l'époque de Confucius, un contemporain de Lao Tseu, alias «Vieil enfant», l'auteur du Tao Te King.

Dans la biographie de Lao Tseu, rédigée par Sima Qian au IIe siècle avant J.-C., on apprend que Lao Tseu, lassé des hommes, aurait quitté son pays à dos de buffle, en direction de l'Ouest, comme Lucky Luke... Pour franchir la rivière qui le séparerait à jamais de son pays, il devait cependant faire appel aux services d'un passeur qui, pour notre plus grand bonheur de lecteur, le reconnut.

-Mais j'te connais, toi... je veux dire vous... Vous êtes Vieil enfant, n'est-ce pas?

-Comment t'as su ça? Je voyage incognito sur mon buffle...

-Je ne sais pas. Je ne vous ai jamais vu, mais d'après ce qu'on m'a raconté, il n'y a que vous pour voyager à dos de buffle dans les environs...

-Je n'avais pas pensé à cela... Et moi qui veux quitter les hommes pour m'enfoncer à jamais dans l'anonymat! Parfait, passeur, je vous laisse le buffle... Conduisez-moi sur l'autre rive.

-Un instant Vieil enfant! J'accepte de vous conduire sur l'autre rive seulement si vous me laissez un autographe... On dit que vous êtes plus sage que Confucius. Je pourrais devenir riche ou célèbre avec votre autographe.

-Comment t'appelles-tu, mon enfant?

-Yin Xi.

-Et combien de caractères veux-tu?

-Mettons cinq milles. Ça ne se nourrit pas tout seul, un buffle...

-Bon. D'accord. Attends moi ici Yin Xi. Je reviens dans une heure.

Une heure plus tard, Lao Tseu revenait avec le Livre de la Voie et de la Vertu, le Tao Te King.

Yin Xi en fit plusieurs copies et ça s'est rendu jusqu'ici, deux millénaires plus tard, chez un Métis de l'Île de la Grande Tortue, l'Amérique, qui vous raconte Lao Tseu à la bonne franquette.

Certains auteurs racontent que Lao Tseu n'aurait jamais existé. On dit ça aussi pour Jésus de Nazareth et William Shakespeare. Le talent, ça n'est jamais reconnu facilement.

D'après moi, Lao Tseu a bel et bien existé. Ça ne s'invente pas des histoires de type qui voyage sur un buffle ou bien sur un âne.

Lao Tseu n'a eu besoin que de ces quelques lignes pour se faire un nom.

Et moi, qui ne suis pas taoïste, qui suis encore trop jeune pour être lassé de l'humanité, j'en beurre pas mal plus épais.

Je n'ai pas l'angoisse de la page blanche, mais celle de la page trop noire.

J'en écris des lignes. J'en dis des paroles. Peut-être trop.

Je suis volubile comme le tabarnak.

J'ai toujours une ou deux niaiseries à raconter.

C'est comme si le couvercle avait été laissé trop longtemps sur la marmite.

Le couvercle a sauté et je sors tout, à pleine vapeur, au fond Léon, la pédale dans le plancher.

Je suis tout le contraire de Lao Tseu.

Tout le contraire d'un sage...