lundi 25 août 2008

Power to the People, les amis...


J'aimerais vous écrire quelque chose de substantiel ce matin, avec des anecdotes, de la poésie et tout le reste.

Malheureusement, je suis dans le jus.

Alors, je vais y aller de quelque chose de plus prosaïque, plus terre à terre, mais non moins essentiel.

D'abord, la pétition que j'ai pondue en deux temps trois mouvements suit son petit bonhomme de chemin vers une victoire absolue... au plan symbolique.

Il reste à voir ce que dira la ministre Normandeau, que j'ai rebaptisée Normandin dans ma pétition, par distraction. Il est impossible de modifier une pétition électronique une fois qu'elle est conçue. Il faut donc retripler d'attention avant que de la publier. C'est mon erreur. Il y a des gens qui m'appellent Gaétan Boucher pour les mêmes raisons que je change Normandeau en Normandin. Je ne suis pourtant pas un patineur olympique et la ministre n'est pas une chaîne de restaurants.

Je vous ai déjà dit que je voulais démontrer les contradictions du «système». Je maintiens cette approche dans le cadre de ma pétition. Je trouve incroyable que j'aie à me fendre le cul en quatre, en tant que citoyen, pour faire respecter les règles du jeu. C'est comme s'il n'y avait pas d'arbitre. Un maire peut-il faire ce qu'il veut dans sa ville, au mépris des règles du jeu démocratique? Peut-on refuser un référendum à 3015 citoyens qui en demandaient un quand il n'en fallait que 1917 pour l'obtenir? Peut-on le refuser sur la base que ces citoyens n'ont rien compris, qu'ils sont des syndiqués de la CSN ou des membres des communautés culturelles? Ce sont des questions à poser à la ministre Normandeau.

Je vais tout arrêter ça le 3 septembre, pour la première levée de pelletée de terre contaminée par le maire de Twois-Ivièwes. Si la ministre n'a rien fait d'ici là, c'est que nous sommes baisés jusqu'au trognon les amis. Il ne restera que les tribunaux. And I won't give a shit for that.

Heureusement que Mario Dumont appuie le projet Trois-Rivières-sur-St-Laurent. Ça prouve qu'il se torche lui aussi des règles du jeu. Et ça met en lumière que les dinosaures conservateurs et les adéquistes mènent le bal dans la capitale nationale du chômage. Ça promet en tabarnak!

Power to the People, les amis.

Bonne journée!