vendredi 15 août 2008

LE GRAND PRIX DE LA BÊTISE (ENCORE!)


C'est le Grand Prix de la Bêtise, en fin de semaine, à Trois-Rivières, dans mon coin de pays pourri perdu entre Québec et Montréal. Pendant trois jours, des hordes de pollueurs sans vergogne vont s'emparer de la ville pour nous empoisonner l'existence dans tous les sens du terme. Toute la ville va résonner au son des bolides qui feront fuir les oiseaux et les écureuils, voire les humains de Trois-Rivières, ceux qui carburent à l'huile de coude plutôt qu'au WD-40. Les enragés du volant feront tout en leur pouvoir pour tuer au moins un piéton. Que ce sera réjouissant. Que ce sera noble et bon, le Grand Prix de la Bêtise.

Quel sport d'imbéciles! La course automobile... Pouah! Quand on perd le contact avec la Terre, comme l'enseigne la sagesse autochtone, on finit par devenir comme ça, un hostie de crétin qui pollue et qui se crisse de toute.

Cette semaine, des médecins affirmaient que 20 000 Canadiens mourraient chaque année des effets de la pollution atmosphérique. «Hostie qu'i' sont pas faits forts, hein?» diront les épais.

Roulez, gang de pleins d'marde.

Roulez à pleins tubes.

Au fond Léon.

Polluez comme vous voudrez.

Amusez-vous, visages pâles.

Et quand la poussière retombera, élaborez quelques projets de conquistadores, Trois-Rivières-sur-St-Machin, des tours de béton là où s'élevaient les wigwams de mes ancêtres, dont Capitanal qui aurait mieux fait de s'entendre avec les Iroquois, que je me dis certains jours, plutôt que de tout abandonner entre les mains de monsieur Laviolette et de sa bande de fourreurs.

Évidemment, je déraisonne.

Essayez de raisonner avec tout ce vacarme... Vrrrrrrrrrrroum! Gang d'hosties de baveux sales!