lundi 30 juillet 2018

La torche olympique

Je pédalais ce matin dans le coin du boulevard Gene-H.-Kruger à Trois-Rivières. Cela se trouve dans un secteur plutôt laid et nauséabond de la ville. C'est rare qu'on y voie des touristes. Rare qu'on y voie des piétons. Surtout à 7 heures du matin.

Et qui est-ce que je vois ce matin?

Un homme dans la quarantaine qui fait son jogging en tenant une torche olympique allumée...

Je cherche l'automobile qui doit nécessairement le suivre...

Rien. Et aucun commanditaire n'apparaissait sur son tee-shirt.

Le joggeur courait avec sa torche olympique comme si de rien n'était.

Avouez que cela peut paraître étrange.

Et que ça l'est sans doute.

Quoi qu'il en soit, nous n'allions pas dans la même direction.

Il a poursuivi son marathon et moi mon tour cycliste.

Quelques mètres plus loin, je suis tombé sur une marmotte aplatie.

Une remorque lui a probablement roulée dessus. De sorte que sa dépouille formait une galette parfaite. 

Ces deux événements n'ont aucun lien.

Comme ce corbeau que j'ai vu ce matin sur la rampe du pont Duplessis.

Ou bien ce lièvre obèse qui traînait péniblement son cul à l'Île Saint-Quentin lors de ma balade à vélo matinale.

Et pourtant, cela me colle à la tête.

Il faut que je vous en parle.

Pourquoi?

Parce que.

Je n'ai pas de réponse raisonnable sous la main.

Ça doit être une maladie.

Une logorrhée.

Un besoin irrépressible de communiquer n'importe quoi n'importe comment.

Pourtant, ça ne s'invente pas un type qui court avec sa torche olympique à 7 heures du matin sur la rue la plus ennuyante de Trois-Rivières...


samedi 28 juillet 2018

Mes élucubrations matinales

L'Âge d'Or, par Lucas Cranach l'Ancien (1530)
Les Romains comme les Grecs croyaient qu'ils vivaient à l'Âge de Fer, un âge où toutes les valeurs étaient perdues et où tout finissait par baigner dans le sang. L'Âge d'Or, le plus heureux des temps, était situé dans le passé. Quelque chose s'était corrompu en route, sans doute...

Les Grecs et les Romains ne sont pas les seuls à avoir entretenu de tels sentiments envers le passé paradisiaque, le présent infernal et l'avenir où les dieux eux-mêmes finiront par mourir.

On trouve ça dans plusieurs traditions.

Adam et Ève ne vivaient-ils pas au paradis?

Et ça prend d'autres formes de nos jours.

Il m'arrive moi-même d'avoir ces accès de paganisme-animisme qui me font ramener l'Âge d'Or vers le passé, quelque part avant 1492.

Je m'imagine les plages qui devaient jaillir de partout sur le fleuve Magtogoek et la rivière Tapiskwan Sipi, aux abords du village de Métabéroutin, ce lieu où se décharge tous les vents.

Aujourd'hui on y voit un port, des blocs de pierre, de l'asphalte.

Alors qu'autrefois il y avait une forêt de pins majestueuse qui projetait son ombre sur les plages sans fin de Trois-Rivières.

Il ne reste de ces plages anciennes que le pâle souvenir de ces îles qui résistent aux crues printanières au confluent des deux chemins d'eau mythiques. On doit se fermer les yeux et se boucher le nez pour s'imaginer ça. Ou bien trouver un endroit qui nous confère l'illusion de communiquer avec cet Âge d'Or de l'Île de la Tortue.

Je trouve encore quelques endroits presque naturels à Trois-Rivières. J'hésite d'en parler pour ne pas que l'on vienne détruire ces sanctuaires où je trouve la paix et l'harmonie. Je dis seulement qu'ils existent. Que je les trouve. Et que j'y vais. Pour reculer dans le temps. Pour avancer dans ma tête.

***

Gonzalve Poulin a écrit un livre à propos de la paroisse Notre-Dame-des-Sept-Allégresses. Je crois que c'est paru aux éditions du Bien Public. C'est dans cette paroisse de Trois-Rivières que j'ai vu le jour.

L'auteur, un ecclésiaste, racontait comment un quartier laid d'habitations surchauffées et surpeuplées s'était formé autour des usines de textile, de fer, de pâtes et papier.

Il y voyait un désastre. Des gens qui avaient dû quitter les campagnes environnantes où la vie était si saine pour venir s'établir dans ces blocs collés l'un sur l'autre, sans arbres, dans la promiscuité la plus étouffante qui soit. Tout ça pour devenir les esclaves des compagnies. Mes grands-parents et mes parents en firent partie. Et je suis atterri au milieu de tout ça. Dans un environnement laid, sans arbres, rempli de clôtures de fils barbelés, avec de la suie noire qui vous tombe sur la tête toute la journée et puis cette odeur de marde qui persiste encore dans l'atmosphère de Trois-Rivières en raison de la présence des puantes papetières.

Pour ces compagnies, on a détruit tout ce qu'il y avait de plus beau à Trois-Rivières.

La Canadian International Pulp and Paper Company a été bâti sur le site actuel de l'Amphithéâtre Cogéco, là où s'élèvent maintenant des tours à condos. Avant l'ère industrielle, c'était une grande forêt de pins. On disait que c'était le plus beau parc en ville au dix-neuvième siècle.

Il ne reste plus de ce parc qu'une petite lisière de pins sur la rue St-Paul ainsi que dans le Parc des Pins qui porte encore bien son nom. On a planté d'autres usines. Puis des blocs à trois et même quatre étages.

On a aussi détruit les rivières. On y a fait flotter du bois pendant presque 100 ans. Ce qui contribuait à augmenter l'acidité des eaux en plus d'y ajouter du mercure.

L'eau potable de Trois-Rivières goûte moins mauvais depuis qu'on a cessé le flottage des billes de bois sur la rivière. Les eaux sont redevenues claires et relativement oxygénées. C'est la partie positive de mon billet: quand on veut on peut...

***

Bon. C'est assez pour ce matin.

Il est 6:00.

Mon café est froid.

J'aurais dû le boire au lieu de vous écrire mes élucubrations matinales.

mardi 24 juillet 2018

Le PQ peine à trouver des candidatures présentables


Youppi sauvons le tipi!

La maison en forme de tipi de Serge Beaudette.


Trois-Rivières, le 24 juillet 2018


Aux membres du conseil municipal
Hôtel de ville
170, rue Principale Sud
Waterville (Québec)

Objet: Youppi sauvons le tipi
Madame,
Monsieur,

Il me semble un peu surréaliste, à la lumière du reportage de Radio-Canada (cliquez ici), que vous ordonniez la démolition d'une petite maison écologique. 

Surtout en 2018, alors que nous avons besoin de plus d'exemples positifs allant dans le sens d'une économie verte et durable, d'un milieu de vie plus sain et aussi plus rationnel quant à nos choix environnementaux.

Comme je crois à un moment d'égarement de votre part, je ne lancerai pas une tempête sur les médias sociaux. Je pense qu'il vous est encore loisible de revenir à la raison. Ce que d'autres appellent aussi le gros bon sens.

Il est possible que mes amis Facebook soient informés quant à mes démarches. Rassurez-vous: j'en ai moins de 200, même si la plupart sont des emmerdeurs professionnels comme moi.

Recevez, Madame, Monsieur, mes salutations.


Gaétan Bouchard,
Artiste-peintre
Trois-Rivières (Québec)
blogsimplement.blogspot.com

***

Ce courriel a été envoyé ici:

lundi 23 juillet 2018

Réflexion d'un trou du cul


Résultats de recherche d'images pour « pauvre here »
Il est sans doute un peu ridicule qu'un trou du cul livre ses réflexions sur la marche du monde.

D'autant plus que ce monde se limite parfois à écraser les pauvres et à aduler ceux qui les écrasent.

On se dit tous que cela n'a pas de sens et pourtant le monde continue de marcher ainsi, à grands coups de pieds dans le cul. Et c'est à peine entrecoupés d'épisodes de liberté. On vote pour ceci ou cela et toujours l'on finit dans la vase, à remuer des illusions de grandeur. À vivre par procuration la grandeur de ceux qui écrasent tout le monde.

Suis-je pessimiste? Non. Je ne m'accroche pas à un scénario. Je constate. Et tant mieux si j'ai tort.

Je vois bien que Donald Trump est le pantin de Vladimir Poutine. Une revanche des Russes pour avoir fait de Boris Eltsine le pantin des Américains. Dans un cas comme dans l'autre, c'est comme si les organisations criminelles planaient au-dessus des démocraties occidentales et orientales. Elles se servent des urnes pour acheter des territoires à exploiter pour une bouchée de pain. S'acheter un politicien ça coûte moins cher que de s'acheter une armée pour à peu près le même résultat en bout de ligne: démolir le pays, le mettre en ruines et se proposer à donner du crédit à tous les nouveaux ruinés pour qu'ils marchent enfin les fesses serrées quand on ira se pavaner devant eux. On renvoie les retraités manger dans les poubelles de Moscou ou travailler dans une quincaillerie jusqu'à 90 ans pour joindre les deux bouts...

Oui, je suis un trou du cul.

Dans une autre vie, je devais battre des grenouilles dans le fossé d'un quelconque château. Je devais soulever la faux contre mon maître et me faire condamner à être roué de dix milles coups de bâtons. C'est certain que je n'étais pas un seigneur, un dieu ou bien un riche. À la limite, je dirais que je n'étais rien...

Il faut savoir accepter son rang... Ahem! Quand on naît valet on n'est pas roi. Même si on a entendu dire que les rois se faisaient parfois raccourcir d'une tête et que les valets savaient aussi régner.

Je suis né dans un quartier pauvre. Ma vie passée, présente et future risque de se passer dans la même situation de pauvreté plus ou moins contrôlée. Comme tout un chacun qui se fait des illusions sur les politiciens ou les seigneurs qui devraient lui donner une ration supplémentaire sur ce qu'ils lui ont volé.

On se pense tous meilleurs que les autres. On croit tous que tout le monde est dans la marde sauf soi-même. Parce qu'on est brillant. Parce qu'on a fait des études. Parce qu'on est beau. Parce qu'on est chanceux. Parce qu'on a dix milles piastres à la banque.

Puis on devient pas beau, lent, magané par la vie. Les absences au travail s'accumulent, puis les maladies - et enfin à peu près tout le monde retrouve une situation de précarité qui est le lot de la majeure partie de l'humanité.

Six mois de maladie et plus moyen de faire ses paiements sur sa maison, son char et sa piscine. Six mois de plus et on vend tout pour aller cogner à la porte de l'aide sociale.

Et là, dans la file d'attente, c'est drôle mais c'est rare qu'on va voir des gens qui votent pour la suppression des services sociaux.

Ou bien qui votent tout court.

Les slogans électoraux n'entrent plus dans la tête rendu à cette étape.

Tu regardes le monde de bas et ce que tu vois ce sont des talons de fer qui écrasent la gueule de tout le monde.

Les inepties de Martineau et Mathieu Bock-Côté n'y changent rien.

Ils ont tous gagné contre toi.

Et toi, tu dois encore croire que ces milliards de personnes qui sont dans la pauvreté ne sont que des ratés et des trous du cul qui n'ont rien compris...



samedi 21 juillet 2018

Mes p'tits matins

Rien ne m'est plus agréable que de vivre en symbiose avec le jour et la nuit. Je suis actif dès l'aurore et tombe inactif au coucher du soleil. Certains se demandent comment je fais pour faire tout ça. Ils trouveront facilement leur réponse. La nuit je dors. Et le jour je travaille.

J'ai travaillé de nuit pendant quatre ans et demi. 

J'ai vécu de nuit de 18 à 33 ans minimum.

Je dormais peu à vrai dire.

Puis j'ai cessé de fréquenter les bars où d'ailleurs je m'ennuyais.

Puis j'ai rencontré ma blonde.

Puis vivre le jour et rêver la nuit cela m'a semblé non seulement biologique mais agréable.

Il est cinq heures douze du matin.

Je prends le temps de vous écrire ça pour témoigner de je ne sais quoi.

Peut-être que c'est une pure perte de temps.

Peut-être que c'est de la littérature.

Peut-être pas.

***

Tant qu'à finir sur une note aussi fade, je m'empresse d'en rajouter une couche.

Oui, j'aime mes petits matins.

Mes petits matins à prendre mon café tranquille, sans me placer devant un foutu écran comme je le fais en ce moment même -pour une raison qui m'échappe encore...

J'aime mes petits matins avant même l'aurore, à me moquer avec ma blonde de la journée qui s'en vient, à nous dire qu'il manque d'empathie et de générosité sincère en ce monde pourri, que l'être humain en général est décevant mais qu'il faut faire avec...

Un petit déjeuner vite fait. On arrose les plantes. On se brosse les dents et se rince la gueule. Puis on enfourche son vélo pour rouler dans les rues désertes, puis sur la piste cyclable, vers l'infini et plus loin encore.

Le vent est frais et calme.

Ça roule sans efforts.

Les oiseaux font cuicui.

Que demander de plus?

***

Il est difficile d'écrire sur les choses simples que l'on aime.

Cela se passe d'explications, justement, et on est mieux de les vivre que de les décrire.

N'empêche que j'aime mes petits matins.

D'autres les passent sans doute à dormir.

Moi je les passe à vivre pleinement pendant qu'il en est encore temps.

Et, croyez-moi, j'ai du plaisir.

Et hop! J'arrête d'écrire et retourne à mon petit matin.

jeudi 19 juillet 2018

Liberté d'expression...


Comment Lucien a gâché la nuit de noces de sa soeur

Adrienne venait tout juste de se marier avec Raymond, alias Momon. Adrienne était exaltée. Tout le contraire de Momon qui était plate, terne et taciturne. Adrienne était belle, pulpeuse, rose et en vie. Momon était suspicieux, méfiant, vert et pas très en forme.

Comme il s'en allait en roulotte pour leur nuit de noces, ils virent quelqu'un qui faisait du pouce sur le bord de la route.

-On devrait l'embarquer Momon... Pauvre gars... Il fait tellement chaud...

-Ok, répondit Momon.

Momon stoppa son engin près de l'autostoppeur. Et quelle surprise de constater qu'ils le connaissaient. C'était Lucien, le frère de Adrienne.

-Ah bin Lucien! hurla de joie Adrienne.

-Salut Lucien... siffla Momon.

-J'étais parti avant vous autres après les noces mais mon lift m'a débarqué icitte pis ça fait deux heures que j'attends...

-Embarque avec nous autres Lucien... On s'en va en camping au Parc National pour notre nuit de noces...

-Cool...

Arrivés au camping, Momon déballa les affaires pendant que Adrienne et Lucien se saoulaient la gueule et fumaient de la drogue.

Puis Momon but une coupe de vin. Une seule. Et il alla se coucher dans la roulotte.

Adrienne et son frère continuèrent de se saouler et de se geler la bine près du feu.

Puis, vers 2 heures du matin, ils rentrèrent dans la roulotte, tous les deux bien beurrés.

Lucien s'écrasa dans un coin parmi des souliers et des bottes.

Adrienne s'effondra dans le lit aux côtés de Momon qui ronflait déjà.

***

Cinquante ans se sont passées depuis.

Adrienne est morte.

Et Momon aussi.

Mais Lucien est encore là à vous raconter ça comme si c'était hier.

C'est resté dans son lot d'anecdotes habituelles.

Il l'a appelé Comment j'ai gâché la nuit de noces à Adrienne.

Il ajoute toujours, à la fin, que Momon était un tarlais.

mercredi 18 juillet 2018

Mon guide c'est l'empathie

Mon meilleur guide en toutes choses est l'empathie.

L'intellect est bien plus trompeur que le coeur pour résoudre les conflits résultant de nos rapports sociaux.

L'intellect vous trouvera des raisons pour vous dire que le crâne des étrangers est plus petit que le crâne des membres de votre famille élargie. Tandis que le coeur vous dira que c'est inhumain de penser comme ça.

Je ne veux pas dire que je déteste l'intelligence.

Mais je me méfie de ceux qui croient appuyer leur idéologie politique sur de l'intelligence.

Je ne crois pas à cette intelligence.

Ou bien je m'en moque.

Je veux du coeur.

Plus d'empathie.

Plus de solidarité.


lundi 16 juillet 2018

Fresque sur le mur de mon atelier-galerie d'art

J'ai peint  hier cette fresque sur le mur de mon atelier-galerie d'art. Un pêcheur, un lac, des arbres et des types qui se claquent une chasse-galerie hors-saison. Cela s'ajoute à d'autres détails graphiques déjà existants.



mercredi 11 juillet 2018

Lucien le sage

Lucien aurait pu passer pour sage.

Quand tout le monde paniquait autour de lui, Lucien affichait un calme qu'on aurait dit olympien.

C'est cette apparence de grand calme qui le faisait passer pour sage.

Quand le gérant ou bien un autre bon à rien pétait une bulle, Lucien était le seul à ne pas sourciller et à regarder le spectacle de la bêtise humaine avec un sourire en coin bienveillant.

Il se disait qu'il n'allait pas se faire chier pour une job de cul avec des airs de boeuf.

Et il poursuivait son chemin, tant bien que mal, sans rien dire.

Néanmoins, ça bouillonnait au-dedans de Lucien.

Il enregistrait tout le tabarnak.

Pas un seul mensonge ou une seule injustice ne lui échappait.

D'autant plus qu'il notait sur un papier: date, heure et nature de l'événement discordant.

Lucien n'avait jamais pété les plombs.

Et on le tenait pour sage.

Mais il ne l'était pas.

Et il a fini par péter un plomb.

Il a commencé par le gérant.

Il est rentré dans son bureau, a refermé la porte, et lui a hurlé aux oreilles toutes les vilenies et injustices qu'il avait commises au cours des dernières années. Le gérant ne pouvait rien faire d'autre qu'écouter puisque Lucien lui lisait son petit cahier tout en l'empoignant par la gorge.

On l'a congédié, évidemment.

Lucien ne s'en est porté que mieux.

Désormais, on sait bien qu'il n'est plus sage.

Il parle tout le temps. Ridiculise les policiers. Traverse aux feux rouges. Travaille au noir.

Quant à son ex-gérant, il s'est claqué une dépression parce que Lucien l'a au moins convaincu qu'il était vraiment un tas de marde.

Pour le reste, eh bien la vie continue.

Pour les sages comme pour les fous.

Que voulez-vous qu'on y fasse, hein?


mardi 10 juillet 2018

Qu'est-cé qui fait «gars»?


Résultats de recherche d'images pour « botticelli »D'aussi loin que je me souvienne j'ai toujours ressenti un profond malaise avec les gars qui jouaient aux jars. 
Pour moi, un mâle alpha ça doit être quelque chose comme Tolstoï, Gandhi ou Rosa Luxembourg. Quelqu'un qui contribue à alléger les souffrances de millions de personnes. Tout le reste, les Hummer et les gros bras, c'est de la frime. 


Je pourrais jouer en partie sur cette frime puisque j'ai tout de même des gros bras.

Mais non. Cela ne me revient pas ces jeux-là.

Je ne cherche pas à avoir l'air plus «gars» que je ne le suis.

Je n'ai pas besoin de porter un uniforme ou bien d'occuper une fonction en particulier pour me sentir «gars».

Je respire. Je marche. J'ai un pénis. Et une barbe.

Et puis après?

***

Je viens d'une famille de quatre garçons.

Ma mère est une sainte...

Je connais tout de l'univers masculin et pratiquement rien de la femme, malgré des années de concubinage.

L'univers mental des femmes me fascine.

Je ne suis pas objectif. Je trouve les femmes plus intelligentes et plus sensibles.

Peut-être le sont-elles vraiment. Peut-être est-ce le privilège de cette moitié d'humanité opprimée que de mieux ressentir ces choses que j'appelle de l'intelligence.

Et je ne dis pas ça pour faire têteux.

Je le pense vraiment.

Parce que les gars n'ont plus rien à m'apprendre.

Je sais comment ils pensent, ressentent, vivent et surtout se taisent.

Mais les femmes? C'est encore un mystère.

Et je ne veux pas qu'elles se taisent.

Au contraire: j'ai grand plaisir à les entendre.

C'est toujours comme une bouffée d'air frais.

Ça ne s'explique pas.

Rien à voir avec mon statut d'hétéro.

Ni même avec le sexe.

Ni même avec la femme.

Peut-être que tout ça ne regarde que la poésie...



lundi 9 juillet 2018

Sachez reconnaître les fascistes grâce aux chroniqueurs du Journal de Montréal...


Faisons mieux. Faisons meilleur.

Un monde s'est effondré. Il s'est effondré tout seul, sans efforts, parce qu'il n'en valait pas la peine de s'échiner à le défendre.

D'aucuns soutiennent qu'il faut défendre l'indéfendable et faire semblant de voir du sens là où il n'y a plus que les ruines fumantes d'un monde qui n'est plus. Pas moi.

***

Au lendemain de la prise de Berlin par les Alliés, en 1945, les Berlinois affichaient des drapeaux blancs à leurs fenêtres pour se prémunir de la vengeance de tous ces peuples qu'ils avaient massacrés sans sourciller.

Leur monde s'était effondré.

Finis les défilés sous la swastika à hurler sa joie d'accueillir le cher Führer.

Il ne restait plus que le goût amer de quelque chose d'encore plus horrible que la défaite.

On peut perdre une cause juste et s'en sentir ragaillardis.

Mais perdre une cause ignoble et être considérés comme des étrons par la communauté internationale, eh bien ça dépasse tout ce qu'on peut imaginer comme défaite.

D'où les drapeaux blancs aux fenêtres...

Parce qu'il paraît que dans le droit international on ne tire pas sur ceux qui portent un drapeau blanc.

Un droit dont se moquaient bien Hitler et les Nazis.

C'est bien pour dire comment les fascistes n'ont pas de classe.

***

Notre monde est en ruines.

Il reste bien quelques Joseph Goebbels cachés ici et là sous terre pour nous livrer des opinions tranchantes sur les misères et les vicissitudes que rencontrent la race aryenne face aux hordes africaines, juives, musulmanes, transgenres et dieu sait encore quelles diableries.

Lui et ses collègues du Journal nous pointe encore du doigt le métèque au nez croche dans l'espoir de s'en sortir d'un coup de baguette magique.

Ils ne s'en sortiront pas.

Pas plus que l'autre fou de Berlin, en 1945.

Personne ne se bat pour des ruines.

Tout le monde ferait flotter un drapeau blanc plutôt que de manger du métal sur la tête jour après jour.

C'est fini.

Tenons-en acte.

Et faisons mieux. Faisons meilleur.

Agitons le drapeau blanc à nos fenêtres pendant qu'il en est encore temps...

samedi 7 juillet 2018

C'est heureusement la fin de ma civilisation

Résultats de recherche d'images pour « la couleur pourpre oprah domestique »Un de mes potes. artiste de talent autant que de métier, m'a écrit récemment une longue lettre à propos de l'annulation du spectacle SLAV.

Dans cette lettre, il reprenait ni plus ni moins les mêmes arguments que j'aurais eus moi-même il y a cinq ans. La rectitude politique et le concept d'appropriation culturelle véhiculés par les guerriers de la justice sociale mènent à la lourdeur de nos rapports sociaux, ici et maintenant. Tant et si bien qu'il conclut sa missive par cette dernière phrase: j'ai l'impression que ma civilisation est en ruines.

Je l'ai félicité pour sa dernière phrase. Pas pour être baveux. Mais parce qu'elle résumait tout.

Cette civilisation est effectivement en ruines et il faut être aveugle pour ne pas le constater.

Simplement de voir Trump à la tête des États-Unis et on ne doute pas un instant que cette civilisation ne produise plus rien de bon. Elle s'enfonce dans la fatuité et meurt les veines pleines de gras trans. C'est un mourant qui est au pouvoir.

Tous les symboles de cette civilisation sont en décrépitude et ce ne sont pas quelques slogans électoraux qui vont y changer quoi que ce soit parce que c'est la culture qui modèle les esprits, pas les politiciens véreux et corrompus.

C'est la fin de cette civilisation.

Comme ce fût celle des Blancs d'avant l'apartheid suite à l'accession de Nelson Mandela à la tête de l'Afrique du Sud. Tout ce que les Blancs avaient pensé des Noirs jusqu'à ce jour-là s'est subitement effondré comme un château de cartes. L'ancien régime de ségrégation était maintenant conspué par le monde entier et les Blancs durent faire du chemin en peu de temps pour ne pas être eux-mêmes engloutis par l'Histoire.

Bref, les guerriers de la justice sociale avaient eu raison.

Ils étaient en fait des militants des droits civiques...

***

J'ai beaucoup changé au cours des dernières années.

J'ai eu un temps un discours relativement frileux et islamophobe. J'en voulais à la rectitude politique. Je maugréais contre les biens-pensants. Mon anticléricalisme exacerbé me faisait voir les choses par le petit bout de la lorgnette. Je manquais de sagesse et d'envergure intellectuelle. J'ai fait du chemin. Mon guide a été l'empathie. Une manière de se mettre dans les bottines des autres et de suivre leur histoire pour mieux les comprendre. Ce guide-là m'entraîne un peu partout et il est possible que mes «récits de voyage» soient encore maladroits et teintés de propos d'une civilisation qui n'existe plus, en l'occurrence la mienne. Il se peut que j'aie l'air de Kevin Costner dans Il danse avec les loups. J'ai beau aimé les Sioux qu'il serait présomptueux pour moi que de parler en leur nom comme si on leur avait arraché la langue...

***

SLAV a été annulé. On avait avisé les créateurs de ce spectacle qu'il y avait un problème avec le manque de représentativité des Noirs dans un show consacré à l'histoire de l'esclavage des Afro-Américains. Les créateurs sont passés outre à cet avis et ont dû faire face à une poignée de manifestants. Du coup, la Toile s'est enflammée. SLAV était présenté dans le cadre du Festival de Jazz de Montréal, un festival consacré à la musique afro-américaine... Les Afro-Américains y ont vu un affront. Pas les Québécois. Ni les Afrikaners.

L'an dernier, CBC a dû retirer de sa programmation Canada: The Story of Us, une série consacrée à l'histoire du Canada. Les Français y étaient sous-représentés. De plus Samuel de Champlain avait l'air d'un gros crotté alors que les officiers britanniques étaient toujours très propres et élégants. Racisme systémique? Allez savoir. CBC s'est excusé et le show a été annulé. Tous les Québécois en furent ravis.

Vous voulez encore que je vous parle de l'annulation de SLAV?

Le Festival de jazz a annulé SLAV.

L'Assemblée Nationale du Québec n'a même pas eu à intervenir comme l'an dernier...

La censure artistique, c'est lorsque l'État intervient pour interdire la diffusion d'oeuvres d'art.

Autrement, business as usual.

Mauvaise décision d'affaires.

On retire le show.

Va nous faire perdre du cash ailleurs mon chum.

***

L'empereur est nu!

C'est un enfant qui l'a remarqué.

Cet enfant est Noir.

Déjà, on en oublie que l'empereur est nu.

On en veut aux Noirs de ne pas apprendre à leurs enfants à se taire et à se comporter correctement en public, parmi notre majorité pas si silencieuse qu'on le prétend.

***

Vous vous souvenez du film The Color Purple?

Oprah Winfrey y tient le rôle d'une pauvresse qui se fait incarcérer pour avoir résisté au cours d'un incident raciste. Elle a même balancé un coup de poing au maire de la ville, imaginez-vous donc! Le maire, un Blanc aux idées libérales et progressistes envers les personnes dites de couleur... Non mais quelle ingrate!

Sa femme, qui partage les mêmes idées et la même couleur de peau, paie la caution de la «négresse» (sic!) et la prend pour bonniche sous ordre du tribunal.

La pauvresse doit torcher la femme de celui qui l'a foutue injustement en prison.

Elle n'a jamais de congé. Elle est maintenant borgne et tout croche à force de s'être faite frapper dessus.

Par contre, la femme du maire a des idées libérales et progressistes envers les personnes dites de couleur.

Elle fait même la promotion de spectacles qui parlent de l'histoire des Noirs.

Mais pas question qu'elle s'assoit aux côtés d'un Noir -à moins que ce soit sa servante...

Il y a des limites à ce qu'une civilisation peut supporter...

***

C'est la fin de cette civilisation.

Toutes les églises sont fermées et en ruines.

Nous ne sommes plus seuls sur cette planète.

Nous sommes maintenant tous et toutes sur la même planète, en même temps, tout le temps, et pour toujours.

On peut faire semblant de retenir l'effondrement de cette civilisation, de vivre encore dans le déni de la réalité.

Notre pensée aussi est en train de se décoloniser.

L'histoire qu'on m'a enseignée ne ressemblait déjà plus à celle que l'on a enseignée à mes parents.

Celle que l'on enseigne diffère déjà des mythes véhiculés par nos propres leçons d'histoire.

Bien des murs et bien des frontières continueront de tomber. Et c'est tant mieux.

***

J'adore le film Apocalypto.

C'est Mel Gibson qui l'a réalisé. Cela se passe au Mexique, chez les Mayas, à minuit moins une de l'arrivée des Espagnols.

Il aurait pu mettre un Blanc au sein de cette histoire. Un conquistador repentant qui ne veut plus tuer des Indiens. En faire un genre de Il danse avec les loups, un Blanc qui sauve les Sioux qui occupent une place très discrète dans le scénario... Tant et si bien que Richard Desjardins aurait pu dire qu'ils forment un peuple invisible. Invisible dans nos propres yeux, cela dit.

Apocalypto a été tourné en langue maya yucatèque et ne met en scène que des acteurs d'ascendance autochtone.

Bien que ce film ait été produit par un Blanc, il s'en dégage une authenticité et une forme d'empathie qui méritent d'être soulignées.

Aucun Maya n'a demandé à ce que film soit banni des écrans.

Comme quoi, quand c'est bien fait, il n'y en a pas de problèmes.




jeudi 5 juillet 2018

Ah pis va chier avec ton blé dingue du calice !

Le matin. Le ciel bleu. Des vaches dans le champ.

Et un resto. Un petit resto. Le resto du coin.

Deux types discutent. Les deux sont dans la cinquantaine avancée et portent des calottes de baseball.

Ils sont grands et grassouillets.

Po-Paul  Verreault aime beaucoup le blé d'Inde.

-J'a'me beaucoup el' blé dingue, qu'il dit avec son accent pittoresque de Sainte-Clothilde-de-Horton. J'l'a'me tallement qu'ej' mangerais jusque ça.

Raymond Parent, son interlocuteur , n'en mange jamais.

-El' blé dingue ça m'fa' f'ire des gaz déshydratés baptince de viârge! hoquette-t-il.

-Moé ça m'fait pas chier. E' l'digère très bien!

-Tu m'en f'ras pas manger d'ton maudit blé dingue! C'est faitte pour les vaches sacrament! Moé c'est du steak que j'mange pas du blé dingue calvince!

-El' steak c'est pisant sur l'estomac. J'a'me pas avouère l'estomac pisant.

-Garde-lé toutte ton hostie d'blé dingue j't'en prendrai même pas un épi caltor!

-Énéwé, y'est pas encore sorti el' blé dingue mais ça d'vrait pas y'être bin bin long!

-Ah pis va chier avec ton blé dingue du calice!

mercredi 4 juillet 2018

mardi 3 juillet 2018

Si j'avais un char...

Résultats de recherche d'images pour « char romain »Mon père n'avait pas de char. Pas plus que la plupart de nos voisins dans la paroisse Notre-Dame-des-Sept-Allégresses à Trois-Rivières. En fait, je crois bien qu'il y avait un char par deux blocs appartements. Les ruelles étaient plus aérées qu'aujourd'hui, si l'on fait abstraction des terrains vagues qui ont fait suite aux incendies des taudis. Les gens circulaient majoritairement à pieds ou à vélos dans mon quartier pour la simple et bonne raison que tout le monde était pauvre ou bien superstitieux face au crédit.

Mes parents n'auraient jamais voulu emprunter pour acheter un char. Ça allait à l'encontre de leurs valeurs.

De plus, je soupçonne mon père de ne s'y être jamais intéressé. S'il était comme moi, ça ne me fout rien de ne pas conduire un char. D'abord parce que je déteste les chars. Et ensuite parce que j'ai un trouble de vision à haute vitesse. Mon focus ne se fait pas au bon moment. Ça me fait un effet kaléidoscopique et j'en attrape le vertige. Cela n'en nourrit que mieux mon aversion envers les chars, c'est-à-dire les automobiles.

Les Autochtones connaissaient la roue mais refusaient d'en faire usage pour avancer sur la Terre Sacrée. Une bonne partie de leur spiritualité reposait sur l'idée de participer au Grand Cercle de la Vie. Il n'en fallait pas plus pour que des prophéties surgissent selon lesquelles le monde serait détruit sous des roues qui ne respecteraient pas la Terre Sacrée.

Évidemment, vous ne devez pas prendre tout ça au pied de la lettre. Je ne suis ni devin, ni chamane.

Je ne suis qu'un piéton ou un cycliste de plus en plus perdu dans un océan de chars.

Il y en a partout, des chars et, ça, ce n'est pas une prophétie.

C'est une réalité.

L'autre jour, j'emprunte à vélo la piste cyclable du Pont Duplessis. Je suis en compagnie de mon amoureuse. La circulation est congestionnée. Il fait 34 Celsius. C'est caniculaire avec l'humidité. Combien de vélos sur le pont? Peut-être trois ou quatre. Avec un piéton. Et combien de chars? Je n'en sais rien. Des centaines. De Trois-Rivières jusqu'au Cap-de-la-Madeleine. Et vous savez quoi? Ça m'a rendu triste...

Idem pour les stationnements. De grands espaces déserts surchauffés pour accueillir des chars. Pas d'arbres. Rien que de l'asphalte à 60 Celsius. Et des humains qui s'essoufflent à marcher sous cette chaleur imbécile de chars...

Bien sûr, on a un char. Enfin, ma blonde l'a. Et c'est elle qui le chauffe. J'imagine que j'en profite. Mais ça ne me fait pas aimer les chars pour autant.

Je les perçois toujours comme une menace à la vie sur Terre quoi qu'en disent les prophéties.

Tabarnak! Il fait 49 Celsius avec le facteur humidex et on se pavane encore en char comme si c'était l'hiver! Et, du coup, tout le monde étouffe et requiert sa ration d'air en conserve dans cette Amérique que Henry Miller percevait comme un «cauchemar climatisé».

Je ne peux m'empêcher de penser que l'être humain est stupide, en plus d'être cupide, et que rien ne sera fait pour stopper le désastre déjà évident de notre civilisation.

Cela va continuer de mal en pis. À moins que je ne me trompe. Et je serais heureux de me tromper...

Il y aura encore plus de chars. Plus de pipelines. Plus de politiciens corrompus.

On foutra les gens sous terre et on leur mettra la télé et des divertissements virtuels.

À la surface il fera 60 Celsius. Ce sera un enfer permanent. Mais on y roulera en char, évidemment. On aura un troisième puis un quatrième lien vers Lévis. Les animateurs des radios-poubelles seront débarrassés à jamais des cyclistes et des piétons.