lundi 12 avril 2010

Mon entrevue avec Stifane Buteau sur le Canal communautaire

Dans son roman Comment faire l'amour avec un nègre sans se fatiguer, Dany Laferrière s'imaginait en entrevue avec Denise Bombardier. Quelques mois plus tard, il passait de la fiction à la réalité.

Alors voilà, je m'imagine en entrevue avec Stifane Buteau, animateur de l'émission Parlons Culture SVP sur le Canal communautaire.

L'émission débute sur une musique d'ascenseur.

Stifane: Le Garage Buteau a rendu possible cette émission.

Moi: Oui, j'ai basé toute mon oeuvre sur une quête d'authenticité que j'associe au fait que les souvenirs ne mentent jamais, au contraire de tout le reste.

S.: Est-ce que vous écrivez su' du papier ou ben don' su' un ordine?

Moi: J'écris au gré de mon inspiration aussi souvent que possible.

S.: Moé j'ai ben aimé lire Hulk quand j'étais jeune, mais mon livre préféré c'est Le livre des records Guiness. Maudit c'que qu'y'en arrive des affaires bizarres de même, hein? Comme e'l'gars qui a mangé e'l'plusse d'hot-dogs au monde ou ben don' e'l'gars qui avait un maudit gros bouton su' l'nez. C'est fou!

Moi: Je vous concède qu'il y a chez ces gens-là une source inépuisable d'inspiration pour l'écrivain. Cependant, il me semble que toute personne est un record du monde. Il est difficile de dire tout de suite en quelle matière cette personne peut detenir le record mondial. Mais à force de patience on finit par le découvrir. D'où cette nécessité pour l'écrivain de bien décrire ses personnages, vous voyez. Les décors, on s'en fiche. Tout le monde a l'Internet. L'écriture permet cependant de plonger dans les abîmes de l'âme humaine pour y sonder ses arcanes. Et rien de mieux que l'humour pour faire passer les messages qui ne passent jamais autrement.

S.: Arcane-moé pas avec ça toé chose! De qu'est-cé qu'tu dis là mon homme? Wo menute. Arcane! C'est un gros mot ça toé! As-tu pogné la grippe?

Moi: Arcane, cela signifie secret. Et, hum, permettez-moi d'ajouter que j'essaie de simplifier mon écriture, autant que faire se peut, pour ne pas être tout seul à me lire et à me comprendre. J'emploie rarement le mot arcane en fait. Sinon pour épater la galerie, vous voyez?

S.: Ouin ben tes histoires sont drôles j'cré ben. J'ai ben aimé quand tu parlais d'la fille qui s'appelait la Ventouse ou ben don' le Gorille, Planète, Germaine Flagosse, Étienne-qui-pue-des-pieds et tous ces personnages-là qui ont d'la jarnigoène en salami! Y'où c'que c'est que tu prends toutes ces histoires-là, hein? C'est mongol!

Moi: Oui, j'aime les histoires drôles et ne retiens essentiellement que les situations loufoques pour aspirer à quelque éternité pour cette écriture sobre et déjantée.

S.: Moé si j'tais toé j'publierais un livre toé chose. J't'en achèterais un. S'i' veulent pas t'publier, publie-toé toé-même. Le Garage Buteau pourrait t'acheter une pub à l'endos d'ton livre. C't'à mon père e'l'garage pis mon vieux y'est ben blood avec e'l'monde, c'est pas un hostie d'crève-faim pis pas un hostie d'gratteux non plus. D'mande-z'y cinq cents piastres pis sûr qu'i' t'les donnerait juste parce que tu y'as jamais rien d'mandé pis qu'i' t'connaît pas! I' donne son argent à tout l'monde mon père.

Moi: T'es pas moé hostie. Pis moé, j'su's-tu toé? Voyons Buteau! Pour vouère si j'va's m'mettre à achaler ton père! J'publie tous 'es jours su' l'ouèbe calvaire! M'semble que j'ai sauvé des arbres pis qu'ça prouve que j'me calice assez d'l'édition, des règles de tel ou tel pantin de l'imprimé qui veut t'dresser comme un singe savant pour mieux mutiler ton oeuvre! Fi de ces coquins! L'imprimé est à l'électronique ce qu'était le manuscrit pour l'imprimé du temps de Gutenberg. Faut relire Marshall McLuhan, La galaxie Gutenberg, tiens. Le téléphone a supplanté le télégraphe et maintenant l'Internet supplante ces bricolages de papier.

S.: Toé, tais-toé! Ha! Ha! Ha! Mon hostie d'gros fucké toé!

Moi: Buteau, on va-tu prendre une bière à taverne? J't'écoeuré d'être assis icitte.

S.: Ha! Ha! Ha! Ici Stifane Buteau. C'était Parlons culture SVP, une émission rendue possible par Le Garage Buteau. Ha! Ha! Ha! Toé t'es drôle gros Boutch! Restez don' à l'écoute du Canal communautaire...

4 commentaires:

  1. Oupelaille ! Entre la fiction et la réalité, ya parfois de petits arcanes bien étroits ...

    :-)

    RépondreSupprimer
  2. Tu m'as entendu rire, j'espère?
    Johann Strauss n'a pas trop couvert mes éclats de rire?

    P.-S.: Allons-y pour le "tu", ça fait moins guindé et je n'ai pas de tableaux de grands maîtres accrochés au mur dans mon salon.

    RépondreSupprimer
  3. On pense à peu près pareil sur la nécessité de publier! C'est vrai qu'avec l'humour, on fait passer tous les éditoriaux qu'on veut...

    Bravo! J'ai pas d'autre mot.

    RépondreSupprimer