vendredi 9 avril 2010

Il y a toujours des gagnants et des perdants dans la vie, même au Yukon

Rien ne devrait ternir la réussite de qui que ce soit. Pourtant, il y a toujours quelque chose qui cloche.

Ce n'est pas tant la jalousie que la perspicacité qui joue dans cette quête bien humaine de défauts sans lesquels la source de l'humour finirait par se tarir.

Marcel était prospère. Il occupait un poste de haut fonctionnaire dans un coin reculé du pays, à Dawson City, au Yukon. Acadien de naissance, il avait obtenu ce poste compte tenu de son presque parfait bilinguisme. Ce qui fait que l'on retrouve des Acadiens partout, d'un océan à l'autre et jusqu'au Pôle Nord.

Marcel, nous le surnommions le Sagouin, en hommage à la Sagouine, un personnage de l'écrivaine Antonine Maillet, elle aussi fille de l'Acadie.

Un samedi soir, après le barbecue qu'il organise chez-lui, le Sagouin se sent soudainement en forme pour aller draguer les filles.

-A'j'cré ben que j'va's sortir a little bit à souère pis que j'va's gonna see les chicks qui s'tiennent au Goldrush Hotel.

Le Sagouin entraîne donc toute sa bande de pauvrichons avec lui, puisque personne n'a de véhicule. Tous les amis du Sagouin travaillent dans le domaine de la restauration rapide. Un domaine où les ivrognes sont tolérés. Bien que ses amis soient de pauvres types, ils sont francophones, comme lui, et Marcel se sent bien quand il parle en français, même s'il a l'accent de la Sagouine.

En cours de route, le Sagouin fait remarquer au gros Massicotte assis à ses côtés qu'il ne lui sera pas facile de séduire une dame sans avoir de clés d'auto.

-Massicotte, syncope, comment c'que-c'est que tu vas going to avouère une fille, hé? T'as pas d'car. Les filles y veulent pas d'un gars qu'i' a pas d'car!

-Sacrement le Sagouin! rétorque le gros Massicotte. Cré-moé qu'les filles se calissent des chars à minuit quand qu'y'ont envie d'un peu d'tendresse... P't'être pas toute, mais tu m'feras pas accroire que rien qu'une c'est pas assez. Ok là?

-Man! ajoute Marcel. R'garde dans ma main, qu'est-cé qu'j'ai?

Et là, le Sagouin fait cliqueter de la menue monnaie dans sa dextre en retenant le volant avec sa senestre.

-C'est d'la moulée pour les femmes! termine le Sagouin. La comprends-ti big guy?

Le gros Massicotte ne rit pas. C'est comme s'il n'avait rien entendu.

-Hostie d'frais chié d'calice! se dit Massicotte en lui-même.

Au bout de quinze minutes, tout le monde débarque au bar du Goldrush Hotel.

Il est minuit. Les gars se commandent de la bière et regardent les filles. Ils font leurs commentaires mais ne s'entendent pas parler puisque la musique est trop forte. Au bout d'une demie heure, le gros Massicotte se détache du groupe. On le revoit un peu plus tard en train de danser un slow avec une petite rousse sur le plancher de danse.

Le Sagouin et les autres continuent de boire dans leur coin. Puis c'est le last call. Tout le monde doit rentrer à la maison.

Le gros Massicotte vient voir le Sagouin pour lui mendier vingt piastres et un lift pour lui et sa nouvelle flamme.

-Est ben fine... Elle s'appelle Maureen, lui dit le gros Massicotte.

Le Sagouin lui passe vingt piastres puis fait le taxi pour tout le monde pour deux raisons: il ne boit pas et il n'y a que lui qui possède un véhicule, et pas n'importe quel, bon sang, c'est un Hummer.

Au bout du trajet, le Sagouin se sent un peu frustré de voir le gros Massicotte partir avec Maureen, une fille qui travaille avec lui et qu'il essaie de séduire depuis cinq ans par mille et une démonstrations d'argent et de belles possessions.

Qu'est-ce qu'elle lui trouve au gros Massicotte? Ce gros joufflu, pauvre, toujours cassé, qui a l'air d'un crotté de fond de ruelle?

-J'te l'avais dit e'l'Sagouin qu'j'avais pas besoin d'char pour séduire une p'tite mère, pas vrai? lui dit le gros Massicotte lorsqu'il vient pour débarquer le couple de nouveaux tourtereaux à la résidence de Maureen la trop bandante.

Le Sagouin fait crisser les pneus de son Hummer pour se défouler, pour sublimer sa virilité mise à rude épreuve par cette fille qui n'a pas d'orgueil mais de jolis seins.

-Why is he doing that? demande Maureen au gros Massicotte en lui flattant les testicules par-dessus son pantalon.

-I don't know, lui répond le gros en lui caressant le lutin sous son slip. Maybe is jealous.

-Jealous why?

-Jealous cos' I'm gonna put my prick inside you I guess...

Douze minutes plus tard, ils baisent.

Pendant ce temps, le Sagouin est revenu chez-lui. Il s'asseoit dans son fauteuil préféré, baisse son pantalon puis se crosse avec ses clés de char en pensant à ce que le gros Massicotte est en train de faire avec Maureen.

-Big fucker! Gros hostie d'cochon à Massicotte! qu'il crie tout en se dégraissant le salami.

Petite brûlure au bout du cap, un peu de sauce, deux coups de torchon et dodo.

Le Sagouin se sent vaincu.

Que voulez-vous, il y a toujours des gagnants et des perdants dans la vie.

1 commentaire:

  1. Le titre résume à lui seul, eh bin oué, c'est la vie. La Sagouine, je connaissais, j'avais vu - ou lu ? chais pus, un extrait, et j'aurais bien aimé voir ça car ça m'avait plu, mais ça c'est trouvé que j'ai pas eu l'opportunité, dommage.

    RépondreSupprimer