jeudi 1 avril 2010

Les bienfaits de la communication

Rita Lampron vivait seule dans un trois et demi, dans un vieil immeuble du centre-ville datant de la révolution industrielle. On avait pensé à tout, à l'eau courante, à l'eau chaude et au chauffage. À tout sauf aux arbres. Il n'y avait pas un brin de végétation autour de l'immeuble, sinon quelques pissenlits et ces bégonias que Rita laissait crever dans leurs pots sur le bord de sa fenêtre.

Rita n'avait jamais été grande. Elle était maintenant rabougrie. Elle écoutait la radio, la télé et puis c'est tout.

Un jour, en fait hier, Rita reçut le coup de fil d'une compagnie qui vend des systèmes d'alarme.

Rita en a acheté un. Pas parce qu'elle en ressentait vraiment le besoin. Juste pour parler à quelqu'un.

Rita s'est fait le plaisir de poser toutes les questions possibles et inimaginables avant que de procéder à l'achat de son système d'alarme.

La préposée, au bout de la ligne, en avait son voyage, si je puis me permettre l'expression.

-Est-ce que votre système d'alarme vient en plusieurs couleurs? Moi j'aime beaucoup le rose. Le rose c'est plus gai.

-Nous n'en avons que des bruns. Mais les anciens modèles étaient gris.

-Pas de rose donc... C'est dommage parce que j'aime beaucoup le rose. Pas vous madame?

-Heu...

-Y'a-t-il plusieurs options de sonnerie?

-Heu... C'est toujours la même je crois... Il faudrait que j'en parle au gérant...

-Moi je vis seule et je suis ici toute la journée parce qu'à quatre-vingt treize ans on ne sort plus autant qu'avant... Je suis seule et sans famille. Personne ne vient me voir... Personne ne m'appelle... Est-ce que ça fait longtemps que vous travaillez pour la compagnie de système d'alarme Ultracon?

-Miracon madame. Pas Ultracon... Ça fait deux ans madame...

-Moi je ne travaille plus depuis belle lurette mais dans le temps j'étais institutrice, oui. J'aurais aimé avoir des enfants mais je ne pouvais pas en avoir. Alors j'ai enseigné. Puis je vais mourir vieille fille, oui. Est-ce que vous savez où est la rue Paré?

-Nos livreurs ont des GPS madame...

-Des djépéfesses? Je ne connais pas ça ma chère madame... Je suis vieille. Je dois marcher avec une marchette. L'autre jour j'ai mangé du pâté chinois et c'était très bon.

-Autre chose madame?

-Oui, c'est à propos de la consommation en électricité de vos systèmes d'alarme... Est-ce que ça prend beaucoup de courant?

-Il faudrait que j'en parle au gérant madame...

-Et aussi, je voulais vous dire que si vous avez des taches de graisse sur vos vêtements, mettez du savon à vaisselle dessus et laissez le agir deux ou trois heures avant le lavage... Le linge redevient bien beau... Oui...

-Autre chose madame?

-Est-ce que c'est une femme ou un homme qui viendra installer le système d'alarme. Si c'est une femme, j'aimerais le savoir tout de suite parce que je lui préparerais une tasse de thé.

-C'est un homme madame.

-Et vous pouvez me dire son petit nom? Des fois que je le connaîtrais... J'ai connu un monsieur qui s'appelait Hubert Langevin, mais il était ramoneur, et je ne crois pas qu'il installait des systèmes d'alarme...

-C'est jamais le même madame... On a quinze installateurs...

-Pourriez-vous me les nommer s'il-vous-plaît... Des fois que je les connaîtrais... Je connais aussi un monsieur Bordeleau, lui il joue aux cartes. Mais je n'ai jamais joué aux cartes avec lui. J'en ai juste entendu parler l'an passé, en novembre...

-Je m'excuse madame mais j'ai un appel sur l'autre ligne...

La préposée avait appliqué le truc pour ne plus se faire embêter: feindre un appel sur l'autre ligne. Elle l'avait mise sur garde et elle était sortie fumer une cigarette, le temps de dépomper.

Elle revint au téléphone. Rita était encore là.

-Allo?

-Oui. C'est moi. Rita Lampron.

-Ok. On va passer demain madame Lampron.

-Vous avez mon adresse et...

-Oui. On a tout ça. Merci beaucoup et bonne journée!

-Je...

-Touuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu.

La communication avait été interrompue, évidemment.

11 commentaires:

  1. Attends un peu voir le prochain tawouin de télémardeketing. Le tenir s'à ligne poliment pendant une demi-heure.

    RépondreSupprimer
  2. Une autre belle histoire mon Gaétan, merci !

    Bémol par contre : criss que les gens sont rendu robotisés, pis je parle pas de madame Rita Lampron, là ! Trop triste.

    Ben de Drummondville

    P.S. On se croirait dans un épisode de Star Wars, c'est plein de Droïdes partout, calice !

    RépondreSupprimer
  3. Bin je dis, il devrait y avoir des gens qui visitent les gens tous seuls régulièrement : après tout, y a bien des visiteurs de prison, pourquoi qu'y aurait pas des visiteurs de vieillesse ? Hein ?

    RépondreSupprimer
  4. Aaaah, celle-là va direct dans le recueil, mon vieux.

    RépondreSupprimer
  5. Rita Lampron a été touchée par vos bons commentaires et elle souhaite obtenir vos numéros de téléphone personnels pour vous enquiquiner.

    C'est triste une personne qui vieillit chez elle dans la solitude? C'est vous qui le dites et c'est vous qui devez maintenant recevoir tous les appels de Rita Lampron, même les plus inusités, puisqu'elle en a tellement à raconter sur ses murs, ses planchers et ses plafonds.

    Vous y songerez à deux fois quand vous témoignerez de beaux sentiments.

    Rita Lampron rules.

    RépondreSupprimer
  6. Donnes-y mon courriel, à ta madame Lampron, pis ouvres-y un compte paypal, eh, moraliste. J'ai hérité de 4040288023083 milliards de zlotys et j'ai besoin qu'elle m'aide à les transférer au Cap de la Madeleine.

    RépondreSupprimer
  7. Quand j'apprendrai ça à Rita, qui vit dans ce quartier de Trois-Rivières que l'on appelle la P'tite Pologne, sûr qu'elle va danser une mazurka avec sa marchette.

    RépondreSupprimer
  8. Dis-lui « dyendobje » de ma part.

    RépondreSupprimer
  9. Bah! On es toujours la Rita Lampron de quelqu'un non ?

    RépondreSupprimer
  10. Il n'y a qu'une seule Rita Lampron et elle va mourir seule parce que la vie ne ressent pas ce besoin trop humain de justice, de bonheur et de petits bonbons à la menthe.

    RépondreSupprimer