mardi 23 septembre 2008

EN PENSANT À DOCTEUR JIVAGO, AUX CONSERVATEURS ET À LA GUERRE CIVILE

Avez-vous vu Docteur Jivago, le chef d'oeuvre cinématographique de David Lean, tiré du chef d'oeuvre éponyme de l'écrivain et prix Nobel Boris Pasternak?

J'ai pensé toute la journée à une scène du film où l'on voit les soldats russes revenir du front, déçus, blasés, affamés. Le tsar et ses complices, plutôt conservateurs, veulent les renvoyer là d'où ils viennent, ces sales déserteurs. Cependant, ils sont si nombreux que les officiers ne peuvent plus rien faire. Ils perdent le contrôle. Les déserteurs leur crachent à la gueule. Puis, tout bonnement, ils finissent par passer les officiers au fusil et à l'arme blanche.

Ces soldats reviennent vers la ville pour faire la révolution.

La guerre a provoqué une crise économique en Russie. Le pain est devenu cher.

Bientôt, l'État s'écroulera d'un coup sec et ce sera la guerre civile.

Dans cette histoire, je m'identifiais facilement à Docteur Jivago, un médecin poète qui préfère sauver des vies plutôt que d'assassiner les gens.

Pourtant, la roue de Saturne tournait. Et Saturne, comme toujours, allait dévorer ses propres enfants: conservateurs, révolutionnaires, Blancs, Rouges, Noirs, tout le monde quoi.

Je ne sais pas pourquoi j'ai pensé à ça toute la journée...