samedi 20 septembre 2008

ANALYSE SUBJECTIVE DE LA PUB TÉLÉ DES CONSERVATEURS

Avez-vous remarqué cette pub télé des conservateurs qui ne montrent que des Blancs tous plus blancs que neige? C'est à se demander à quoi ressemblera le pays s'ils obtiennent la majorité. Le Canada vivra-t-il un long quatre ans des Arpents Bruns ou des chemises bleues? Parce que dans l'autre pub des conservateurs, ils portent tous l'uniforme, la chemise bleue, z'avez pas remarqué?

Tout est dans le détail avec ces clones de l'inspecteur Javert, toujours prêts à lutter contre le crime et les criminels qui, curieusement, sont aussi leurs ennemis politiques: drogués, assistés sociaux, discriminés positivement, avorteuses, etc. Je suis même en train de penser que les conservateurs sont plus efficaces que les marxistes pour créer de nouvelles catégories d'ennemis du peuple. Ça promet en hostie!

Revenons à la pub sans politiciens, la pub conservatrice adressée au vrai monde, pas celle des politicards qui se font sécher les dents en arborant leur bel uniforme bleu auquel il ne manque que les rangées de médailles et la casquette de général d'opérette.

Dans la pub conservatrice destinée au vrai monde, on voit d'abord un fermier blanc, un type proche de la terre, dont son arrière-arrière-grand-père blanc mangeait sans doute du gros pain noir tandis que sa petite fille blanche s'en sort toujours en avortant - comme quoi le thème musical de la campagne électorale des conservateurs pourrait être la chanson Dégénération, du groupe Mes Aïeux. Je n'ai jamais aimée cette toune qui me rappelle vaguement Life is Life du groupe Opus. Ça ne vole pas haut, que voulez-vous, je sais lire.

Ensuite, focus sur une bague de mariage traditionnel blanc d'une bonne femme blanche du type qui a peur d'avoir peur. Très vendeur, ça aussi, auprès des grenouilles de bénitier qui détestent le monde moderne, la tolérance, le libéralisme et les mariages gays.

Puis des Blancs, en veux-tu en v'là, des cheveux blonds, des yeux bleus, des bébés roses, des petites princesses du pays de Heidi, et tout ce beau monde comme la plus belle famille du monde, unis, heureux, convaincus que les conservateurs vont leur apporter la solution à leur portefeuille.Très vendeur, ça aussi.

Enfin, très vendeur auprès des morons qui en ont plein le cul des homosexuels, des maudits étrangers voleurs de jobs, des maudites féministes qui prônent l'avortement, des assistés sociaux qui parasitent le système, des gens de couleur qui volent des dépanneurs, des sauvages qui bloquent les ponts, des syndiqués qui passent leur temps à revendiquer au lieu d'obéir, des incrédules qui ridiculisent les saintes doctrines, bref de tout ce qui ne porte pas le sceau de la famille conservatrice, une grande famille de Wisigoths qui souhaitent envoyer tous leurs ennemis au Walhalla, abolir le Sénat, fermer Radio-Canada, et faire marcher le monde au pas ou à coups de pieds dans le cul. Bref, des zozos qui veulent déclencher une guerre civile, juste pour le fun, juste pour voir si c'est possible de revenir en arrière un brin, de conserver de belles valeurs comme les punitions corporelles à l'école, l'enseignement obligatoire de la foutaise créationniste ou le matraquage des grévistes. Comme dans le bon vieux temps.

Plus t'es con, plus tu fais appel à la censure. Je ne dis pas ça à la lègère. Je l'ai constaté par moi-même. Ce n'est même pas subjectif. Dans toute société normalement constituée, les inquisiteurs sont toujours des imbéciles. Ils voient le monde à travers le petit bout de la lorgnette, toujours. Ça se trouve à droite comme à gauche, de ce type de merde, mais je vous avouerai que la droite, en ce moment, présente une belle cuvée d'idéologues qui ne sont ni pragmatiques ni sensés, juste de petits êtres mesquins qui souhaitent que tout le monde rampe, que tout le monde prenne son trou, surtout les travailleurs et les maudits BS à marde. Il faut que ça roule. Il faut qu'on soit productifs. Il faut qu'on ait le coeur à la mauvaise place et la tête bourrée de leur caca bouilli.

Les Américains sont en train de se débarrasser du bushisme. Ce serait con de s'embarrasser de ces sous-fifres de Bush qui nous placeraient tous en décalage face à des Américains qui souhaitent imiter les politiques traditionnellement progressistes du Canada...

Où sommes-nous rendus saint-chrême? Dans quelle crisse de marde sommes-nous tombés?

C'est beau le nationalisme...

Quel fiasco!

Et moi, le con, qui vote pour le Bloc québécois dans mon comté, juste parce que je n'ai pas le choix... Juste parce que j'aimerais encore mieux vivre dans un Québec indépendant un peu à gauche que de vivre dans un Canada gouverné par des militants d'extrême-droite déguisés en centristes-mon-cul.

Pour sauver une certaine idée du Canada, un pays juste et progressiste, je suis obligé de voter pour le Bloc... C'est absurde, je sais. Je pourrais ne pas voter aussi, mais ça ne me ressemble pas l'abstentionnisme. Même les abstentionnistes vont souffrir des politiques conservatrices et je me dis toujours que de deux maux, il faut choisir le moindre, à moins d'être parfaitement masochiste ou totalement lessivé mentalement, du genre à manger un coup de poêle de fonte dans le front sans réagir.