vendredi 19 mars 2010

Vrrrrroum

Imaginons un village paisible d'aborigènes. Ou bien un poulailler.

Un bolide file à vive allure, sans silencieux, et voilà qu'il traverse le village ou le poulailler. Son moteur vrombit comme le sacrement et sa chaîne stéréo boostée au cube fait frémir la carosserie. Toutes les créatures cessent leurs activités à cause de cet hostie de mongol qui se pense pour Buffalo Bill.

Les bébés pleurent. Les poussins aussi. Tout le monde y laisse des plumes.

Comment peut-on ainsi troubler la vie? Hein? Expliquez-moi, j'suis pas assez intelligent pour le comprendre...

Le bolide revient cinq minutes plus tard. Cent kilomètres heures. On a mis des stops au coin des tentes et des clôtures de broches pour laisser passer le sale con. C'est au piéton de regarder des deux côtés avant de traverser. Tout l'espace appartient maintenant à cet hostie d'étron.

Les années passent et il n'y a plus de tentes. Il n'y a plus que des poulaillers où l'on entasse l'humanité. Des millions de bolides filent à vive allure parmi les humains qui vivent maintenant comme des crétins, loin de la vie, à deux pas d'un stationnement, avec pour tout rêve celui de se trouver des pilules pour dormir ...ou relaxer. Mium. Gn'est bon des pelules!

Plus moyen de sortir sans avoir la sensation d'être une crotte de nez dans ce monde essentiellement conçu pour les chars.

On a inventé le stress. Et on a rien trouvé de mieux que de l'amplifier, la pédale dans l'tapis. On l'a célébré, consciemment ou inconsciemment. On s'est même mis à préférer le bruit à la musique.

Comme si c'était normal.

Comme s'il n'y avait pas là une insulte envers l'intégrité de l'âme et la noblesse d'esprit des humains.

On se plaint du sort des poulets et, franchement, c'est comme si l'homme avait quitté la vie au grand air pour se retrouver lui-même dans un poulailler, dans une atmosphère de charcuterie, de bruits stupides et de hocquets mécaniques qui transforme tout un chacun en niaiseux qui prétend tout connaître, comme une poule pas d'tête.

Vrrrroum... J'sais pas trop c'que j'raconte... Vrrrrroum... La saison de la rage au volant est reprise et ça me fait délirer.

Vrrrroum...

6 commentaires:

  1. je suis seul

    le jourcou ils arrêtrontde se(, cv<

    bise

    RépondreSupprimer
  2. Hé, arrête de faire du je-me-moi s'il-te-plaît.

    Y'a d'autres sujets de conversation.

    Merci beaucoup.

    RépondreSupprimer
  3. Pas mal, ton idée de poulailler....un de ces 4, tu verras qu'il faudra organiser une journée internationale du silence et de la lenteur, histoire de se rappeler comment c'était, la sérénité.....

    RépondreSupprimer
  4. Une journée du silence? Pourquoi pas une semaine, un mois, une année, une décennie...

    Hein Anne?

    ***

    Yup É!

    RépondreSupprimer
  5. Là où j'habite, c'est silence et lenteur tous les jours de toutes les semaines. Sauf la nuit. La nuit on ajoute des ronflements et les chants des coqs.

    RépondreSupprimer