mercredi 17 mars 2010

Docteur Ouimette

On le surnomme Docteur Ouimette bien qu'il n'ait jamais terminé son secondaire un.

Pour le titre de docteur, pas moyen de savoir d'où ça vient. Ouimette, ça doit être son nom de famille, j'imagine.

Docteur Ouimette est un gars de constitution moyenne. Il a une tête semblable à celle de Vladimir Poutine, chauve et osseuse, avec le regard hilare de Stanley Laurel et la lippe baveuse de Benny Hill.

Docteur Ouimette ne fait rien dans la vie. Il est blasté par la vie et impropre au travail en raison d'un traumatisme crânien associé à quinze ans de pratique intensive de polytoxicomanie. Il a cessé de consommer il y a dix ans. Et, hormis ne rien faire, il fait la tournée de ses amis pour mendier du café et des cigarettes ici et là.

Sacré Docteur Ouimette! Tout le monde aime se faire mendier par Docteur Ouimette juste pour cette manière hasardeuse qu'il a de passer par trente-six détours pour finalement arriver au coeur de l'affaire: plus de café à la maison, plus de tabac, se sent sur le bord de crever, etc. Rien qu'un fatras de plaignardises loufoques.

Et dès qu'on lui donne ce qu'il demande, Docteur Ouimette se remet à sourire, à raconter de belles histoires, comme s'il était en état de grâce.

-C'est-tu beau la vie que c'est-tu beau, hein? dit-il souvent. En tous 'es cas, moé j'me dis que la vie c'est faitte pour vivre, pas vrai?

Bien sûr que la vie est faite pour être vécue. Mais dans la bouche de Docteur Ouimette ça signifie surtout qu'il se sent bien... jusqu'à ce que le mégot lui brûle le bout des doigts.

Vrai comme je suis là, Docteur Ouimette fume quatre paquets par jour, jusqu'à la dernière brindille, mais ne peut s'en fumer qu'un demi avec son propre argent, qui arrive toujours le premier du mois, régulièrement.

-Ah! J'trouve don' ça dur, misère de misère... C'est dur hein? dit-il après la dernière bouffée.

Puis il se plaint de tout, jusqu'à ce qu'un paria daigne lui offrir un clou.

-Ah! merci beaucoup! C'est-tu beau la vie que c'est-tu beau, hein? répète-t-il, Docteur Ouimette.

Il vit dans un refuge pour personnes qui ne sont pas capables de s'occuper d'elles-mêmes. L'asile qu'on lui offre sent un peu la pisse, le gras de peau et le pain moisi.

Évidemment, il est encore en manque de café et de cigarettes.

Sacré Docteur Ouimette, il ne changera donc jamais!

1 commentaire:

  1. Sacré Docteur Ouimette, je dois m'ôter mes lunettes pour pleurer de rire un bon coup.

    RépondreSupprimer