mercredi 14 décembre 2011

Tomtom Palourdeau est un hostie de bon diable

Tomtom Palourdeau est issu d'une famille pauvre qui a de la noblesse de caractère.

En ces temps de déliquescence et de détournement des valeurs, tout semble favoriser la pourriture.

On arrose l'ivraie et on jette le bon grain.

Pourtant, la famille de Tomtom ne marche pas comme ça dans la vie.

Chez les Palourdeau, il faut se porter au secours de toute personne dans le besoin sans tenir compte de ses limites tant matérielles qu'intellectuelles.

Au moins signifier sa présence. Ne pas détourner le regard ou le coeur devant celui ou celle qui souffre. Être pleinement là pour autruis, sans attendre de récompense ou de compensation. Seulement pour ne pas devenir de l'ivraie, de la pourriture qui se donne des grands airs.

Aucune foi ne supporte cette démarche bien qu'il existe un certain respect pour les hommes et les femmes de bien dans la famille de Tomtom. Ils ne sont pas vraiment chrétiens ni bouddhistes. Vaguement animistes. Pas très bavards sur la cause première de l'univers.

Tous les membres de la famille ont eu des démêlées avec la justice, même Tomtom.

Les Palourdeau ne sont pas vraiment des anges aux yeux de la loi des hommes, mais bon sang s'il y a des gus qui méritent d'aller au Ciel c'est bien Tomtom et sa famille, les Palourdeau.

Tomtom Palourdeau est un spécimen représentatif de cette bonté bien active qui règne au sein de cette famille.

Comme tous les Palourdeau, il fait peur à première vue. Tomtom a l'allure d'un gars qui travaille pour le shylock du quartier: grand, gros avec tout plein de cicatrices dans le visage. Il porte une veste de cuir avec des franges. Il sent le tabac et la marijuana. Il boit. Il lui manque des dents. Il est couvert de tatouages.

C'est pourtant un gars d'une bonté terrible, Tomtom.

Il donnerait sa chemise et peut-être qu'il l'a même déjà fait.

Oui, Tomtom est un bon bonhomme, sensible, attentionné, avec toujours une bonne parole même pour les plus pourris d'entre nous.

-Il doit être bien malheureux, que nous dit Tomtom lorsqu'on lui parle d'un crosseur ou bien d'un shylock. Pourquoi se casser la tête alors qu'on pourrait seulement s'aimer tabarnak?

Tomtom sacre beaucoup, je dirais même beaucoup trop. Cependant il n'y a que les bourgeois pour vouloir donner des cours de diction au peuple. Ça les écoeure de ne pas faire partie de la bande. Alors ils disent de ne pas dire tabarnak. Et ils aident les gens hypocritement en attendant la médaille ou bien la récompense. Ce n'est jamais tout à fait gratuit. Pas comme ça l'est pour Tomtom et les Palourdeau.

Bien sûr les Palourdeau ne sont pas tout à fait honnêtes. Ils font des affaires sur le marché noir. Ils travaillent au noir. Ils font ceci ou cela tout croche et tout de travers.

Néanmoins l'on ne trouve pas mieux que ceux-là dans toute cette putain de ville pour soutenir la cause de l'amour et de l'harmonie entre les humains.

Si les anges existaient et s'ils descendaient sur terre pour faire sauter cette Sodome des temps nouveaux qu'est devenue la ville où vivent les Palourdeau, eh bien sûrement qu'ils remettraient ça.

Pourquoi? Parce que les Palourdeau sauvent cette ville d'hypocrites et de malfaisants qui se vantent de faire souffrir Untel ou Unetelle, de faire plier les genoux aux pauvres ou bien whatever. Je vous jure que c'est une ville de pleins d'marde sans bonté.

Pour ce qui est de Tomtom, j'oubliais de vous dire qu'il passe les publisacs le mardi et effectue toutes sortes de menus travaux pour de l'argent et parfois pour faire plaisir à quelqu'un qui n'a pas un sou.

Il s'informe de la santé et de l'état de tout un chacun.

Il prend le temps d'écouter ce qu'on lui dit quand on lui parle.

Il dit merci, bonjour, je vous en prie, vous êtes bien aimable.

Il n'entre jamais chez quelqu'un les mains vides.

Il donne à tout le monde, même aux riches.

Bref, ce type-là ce n'est pas une merde.

Comme tous les Palourdeau d'ailleurs.

3 commentaires:

  1. "Il donne à tout le monde, même aux riches."

    IL n'est pas le seul, tous les pauvres donnent aux riches.

    RépondreSupprimer
  2. C'est pour ça qu'il est pauvre, Tomtom. Pauvre, mais pas malheureux pour autant. Tout ce qu'il a Tomtom le partage. Quand y'en aura plus y'en aura d'autres. En fait, il se calisse de l'argent. C'est juste fait pour compliquer le partage. Y'a trop de fonctionnaires pour y voir et jamais assez d'humains pour le vivre pleinement comme si c'était respirer. À la différence de Tomtom, j'ai le malheur de m'indigner. Tomtom me dirait que je m'en fais pour rien. Que l'important c'est ce qui compte. Et qu'à trop compter on s'y perd.

    RépondreSupprimer
  3. Il est bien brave ce Tomtom et sache que tes indignations nous amène toujours à un peu plus de dignité...sans flagornerie aucune.

    RépondreSupprimer