jeudi 29 décembre 2011

Kik et Flafla trippent seulement sur le cash

André «Kik» Gauthier est matérialiste à l'os et sa blonde l'est aussi.

Toute leur putain de vie tourne autour du cash. Même leur vie spirituelle.

Il n'y a jamais rien de gratuit dans la vie de Kik Gauthier et de sa blonde, Flavie «Flafla» Poisson-Laramée.

Aussi les deux s'achètent de la religion comme s'ils s'achetaient des shorts. Ils ne pratiquent pas d'autre foi que  celle de bien paraître. Si tout le monde pratiquait le mazdéisme eh bien on les trouverait là. Là où c'est payant.

Ils paient pour tout et rien ne leur est plus naturel pour eux que de parler de leurs achats.

Ils sont généreux avec l'argent des autres puisqu'ils les impliquent toujours dans leurs petites magouilles pour faire du cash facilement.

Évidemment, leur carte de crédit est défoncée et leur maison hypothéquée. Mais ils auront droit à leur Floride et à tous les plaisirs que pourrait s'offrir un Gouverneur général vivant aux crochets de l'État. 

Kik et Flavie sont bien gréés. Ils ont une télé plasma 3D avec un écran de 3 mètres. Ils ont un sauna. Ils ont un spa. Ils ont une piscine, deux autos, un quatre roues, un chalet, un ceci et un cela. 

Évidemment, ils n'ont jamais une crisse de cenne. C'est pour pouvoir emprunter aux autres, quitte à se faire de nouveaux amis quand ils ne peuvent plus rembourser les anciens.

Ils détestent les arts et la littérature. Traitent les artistes de BS. Méprisent les pauvres. Alouette.

On ne doit pas les détester mais plutôt les plaindre.

Esclaves de la matière, ils ne savent plus rêver. 

Et tout le monde sait que le rêve, c'est comme le sommeil. Cela ne s'achète pas. Tu l'as ou bien tu ne l'as pas.

Et ne venez pas me dire qu'un sommeil artificiel vaut mieux que pas de sommeil du tout.

Non, ne venez pas compliquer la démonstration vers laquelle se dirige ce petit conte moral.

Ne devient pas Voltaire qui veut.

Ne faites pas les rabats-joie et comprenez, s'il-vous-plaît, qu'il y en a plein de Kik et de Flafla de nos jours qui courent comme des poules pas de tête d'un bord à l'autre de la cour, à la recherche de je ne sais quoi, sinon de rêves frelatés qui se vivent dans la plus parfaite impuissance créatrice.

Oui, ils sont plates, soporifiques et inertes, Kik et Flala. Mais chacun sa vie. Réjouissons-nous que cela ne soit pas la nôtre.

Voilà. C'est dit.

3 commentaires:

  1. J'ai bien aimé la flûte bucolique en accord avec la nature: la jouissance sans la possession...

    RépondreSupprimer
  2. Je ne les plains pas,
    Kik et Flafla.
    Ils se sont laissés
    laver le cerveau alors
    qu'ils ont toujours
    le choix contraire de vivre,
    hum, plus simplement,
    plus "connectés" à leur
    environnement.
    Le capitalisme doit
    céder sa place
    au coopératisme.

    D'excellents caquistes
    en effet Ben...

    RépondreSupprimer