mardi 1 décembre 2009

L'temps des Fêtes dans l'faubourg à m'lasse de Twois-Wivièwes


Ça se passait de même dans le temps des Fêtes, dans l'faubourg à m'lasse de Twois-Wivièwes, dans Notre-Dame-des-Sept-Allégresses, Sainte-Cécile, Saint Sacrement pis la P'tite Pologne, là où y'a pas ben ben des arbres. Juste d'la mauvaise herbe ou ben don' du chiendent.

On s'faisait des sandwiches roulées pis des bonbons aux patates, des beignes pis des fudges, des tourtières pis de la dinde. Y'avait des olives pis des cornichons sucrés. D'la salade de macaroni pis d'la salade aux patates. Y'avait d'la tarte au sucre, d'la tarte aux oeufs, d'la tarte aux raisins, d'la tarte à m'lasse pis d'la tarte aux pommes, d'la crème glacée, des affaires de même.

Ça buvait plus du Kik Cola pis d'la Radnor Up que d'la bière pis du fort. Mais que'ques-uns buvaient un peu pis c'est eux autres qui souignaient dans les réveillons une fois qu'i' étaient ben chauds.

Chacun avait droit à son tour de chant, évidemment.




Une de mes tantes chantait Prendr' un verre de bière mon minou.

Pis nous autres, tous rassemblés autour d'une hostie d'fournaise à l'huile qui m'faisait presqu'aussi peur que l'huile à patates frites dans ces loyers faittes en carton, ben on jouait d'la cuillère, nous autres, pis on avait l'droit de s'bourrer à 'a face jusqu'à en être malades dans les chips, la liqueur, l'chocolat pis toutte le kit.

Hostie qu'on était bien. On s'sentait heureux, avec nos cadeaux, des G.I. Joe, des Lego ou ben don' des bing-bang-rentre-d'dans-tant-pis-pour-les-prudents.

La Wabasso Textile envoyait sa suie noire bienfaitrice sur tout le quartier qui célébrait Noël ou l'Jour de l'An... Elle se mêlait aux flocons de neige et vrai comme j'suis là la neige était picotée de points noirs, tout le temps. Ça nous empêchait pas d'en manger un peu, comme tous les enfants. C'est bon en hostie d'la neige. Mium!

Pis là, ben un moment donné le monde s'est tanné des chansons d'Noël. C'est des choses qui arrivent. On est passé subito presto de La Bolduc à Lucien Francoeur dans nos partys d'Noël. Les tourne-disques des jeunes des années '80 faisaient des ravages dans l'quartier. Autres temps autres moeurs.

Pis la Wabasso est devenue la Dominion Textile pis j'sais plus trop après. Les employés se sont faittes fourrer juste avant qu'ça farme pour la dernière fois. Y'ont investi trois milles piastres chacun de leur propre argent pour sauver leur emploi. J'le r'voés tous su' 'a rue, avec leu' pancartes, après qu'la compagnie soèye partie au Mexique avec leu' cash... I' portaient des pancartes pis i' scandaient dans 'a rue: «on veut travailler! on veut travailler!» Tabarnak que j'pognais d'quoi, sérieux.

En tous 'es cas, j'sais pas c'qui ont mangé pour Noël c't'hiver-là eux autres. J'sais qu'i' en a une couppe qui s'sont pendus. Après qu'la Wabasso soèye farmée pis après la Canron, la CIP, Tripap, Reynold's, Aleris, alouette! Hostie y en avait plein qui s'tiraient ou ben don' s'pendaient dans leu' shed.

C'était-y parce qu'on avait comme perdu l'sens du rigodon? Parce qu'on giguait trop avec des cartes de crédit? Par manque d'imagination, tout simplement? J'peux pas répondre à ça, sérieux. J'suis pas l'docteur Mailloux.

Ça fait que là, à matin, y a encore d'la neige qui est restée d'hier. Y'en annonce encore. Peut-être une tempête jeudi. Ça sent l'temps des Fêtes. L'temps d'manger des sandwiches roulées pis d'chanter Ça va v'nir découragez-vous pas ou ben don' Anarchy in the UK. Perso, j'aimerais mieux chanter Après qu'ma brosse est finie du célèbre Oscar Thiffault, la légende des Bois-Francs.

C'est l'premier décembre et on est à deux doigts des Fêtes. J'ai encore bonne soif et bon appétit. Thanks Grand Manitou!

1 commentaire:

  1. Et ça va bientôt sentir. Je me souviens de la photo des tourtières.
    Bon appétit!

    Moé j'aime po ça nowell. J'ai toujours hâte de revenir chez-nous. Mais, au jour de l'an, c'est le temps de souhaiter une bonne année à ceux qu'on aime. J'aime mieux ce party-là!

    RépondreSupprimer