dimanche 6 décembre 2009

Le temps était un peu frisquet

La nuit était tombée sur le pays de la nation Crie. Les Iyéyous, les «vrais humains» comme ils s'appellent entre eux, pouvaient dormir à poings fermés ou jouer à leurs jeux vidéos préférés, là-bas à Moose Factory, Chisasibi, Eastmain, Waskaganish, Chibougamau. Ah! C'est que les Cris n'étaient plus ce qu'ils étaient, selon le vieux Tom.

-Wachiya! Ta-n(i)si ! qu'il disait ce soir-là dans son cibi à son cousin William, trappeur du lot jouxtant le sien, un vieux Cri, lui aussi, ce William, tout fin seul dans sa cabane en panneau de bois contreplaqué à mener la vie comme d'autres la menèrent bien avant eux.

Ces deux-là, Tom et William, c'était vraiment des irréductibles du mode de vie traditionnel. Ils passaient trois semaines dans le temps des Fêtes à Chisasibi et y revenaient vers le mois d'avril, jusqu'en août, le temps que les bois ne soient plus infestés de maringouins et de mouches noires. Ils avaient tous deux le même âge. Soixante-dix-sept ans. Et au lieu de crever dans un foyer, ils préfèraient finir leurs jours dans le bois et si possible y crever un jour.

-Monana'ntow. Ki-n'a ma'ka? répondit William, seul comme un Cri dans sa cabane remplie de provisions pour l'hiver et dotée d'une bonne guitare. La guitare pour qu'il puisse fredonner quelques airs cris de sa composition sur des accords pas trop difficiles.

Ils détestaient tous deux tout ce temps encabanés en communauté à Chisasibi, l'été et dans le temps des Fêtes. Ils se sentaient moins prisonniers dans leurs petites cabanes ou leurs mitogans, plantés ça et là pour la chasse, la pêche ou la trappe.

Ils étaient heureux d'être dans le bois, parmi les loups et les lagopèdes.

-Kisina-w... rajouta Tom.

Y'avait rien d'autre à rajouter en fait.

La nuit était froide et il neigeait.

3 commentaires:

  1. De temps en temps tu touches au ciel, mon Butch. Merci pour celle-là, je l'emporte dans mes rêves.

    RépondreSupprimer
  2. Hhaaaaaaah!Un répit ça se prend ben! Meegwetch Mak!

    RépondreSupprimer
  3. La soupe est chaude dans le corps de l'Indien.

    RépondreSupprimer