jeudi 9 juin 2016

Louis le parasite

La nature humaine est ainsi faite que les apparences sont presque toujours trompeuses.

Rien de mieux que Louis Lavergne pour servir d'exemple.

Louis a une belle voiture, une belle maison, une belle piscine, une femme qu'on ne saurait dire tout à fait jolie et un chien barbette qui jappe tout le temps.

Louis ne rate jamais une occasion pour dire qu'il a réussi dans la vie.

Il tient pour preuve ses acquisitions, dont celles que je viens d'énumérer, auxquelles il ajoute son écran plat de 60 pouces et les deux cents stations de télé qui l'accompagnent.

Louis ne lit jamais. Les liseux, selon lui, n'ont pas d'écrans plats et encore moins de piscines.

Louis a le sens des réalités.

Ce gros gras toujours sur le bord de l'accident cardiovasculaire mange mal, boit trop et ne fait jamais de sport. Il dit que tous les discours sur la santé sont des inventions des porteux de lunettes.

Louis ne porte des lunettes que pour lire et, comme il ne lit jamais, c'est rare qu'il les sort. Il demande plutôt à sa femme de lire les manuels d'instruction des mille et un trucs inutiles qu'il s'achète. Et il mène une très belle vie comme ça. L'an dernier il est allé à la Cuba. Cette année il s'en va à Las Vegas. L'an prochain il passera du bon temps en Floride.

Louis déteste viscéralement les assistés sociaux, qu'ils surnomment les maudits BS sur un ton plus que méprisant.

Il déteste aussi les syndicalistes: tous des lâches qui font fermer les usines.

Louis, vous l'aurez sans doute deviné, vote toujours du bord du patronat pour assurer la pérennité de ce système de marde dans lequel nous vivons trop souvent contre notre gré.

C'est un libéral, fédéraliste sans nulle autre conviction que la défense des iniquités qui lui profitent.

Louis ne donne jamais rien à personne. Tout est compté, mesuré et calculé. Rien ne sort de ses poches sans qu'il n'en retire un quelconque intérêt.

Évidemment, Louis s'arrange pour camoufler ses revenus, pour travailler au noir autant que faire se peut. Il touche toutes formes de subsides de l'État en crachant bêtement sur ceux qu'il considère comme des parasites.

Le gros Lavergne est pourtant un authentique parasite qui fraude le chômage, la CSST, Revenu Québec, Revenu Canada et tout le reste.

Il se croit blanc comme neige et vote pour les plus corrompus d'entre tous les corrompus.

Louis vote pour ces voleurs qui veulent mettre au pas les maudits BS.

Selon sa morale de singe, on devrait évidemment matraquer les manifestants, poivrer les étudiants, saigner les grévistes.

Au fond, Louis Lavergne est une puissante grosse merde comme on en fait beaucoup trop par les temps qui concourent à nous faire détester ce type de crosseur.