lundi 27 juin 2016

Les chiffres ne disent pas tout...

-Le peuple se trompe tout le temps. Regardez les chiffres. Ils disent tout. La courbe de croissance est positive lorsque nous pratiquons des politiques réalistes, pragmatiques, rigoureuses et pro-actives... Regardez! Non mais regardez! Ce n'est pas de l'austérité, ces chiffres. C'est de la prospérité!!!

Les assistants de George Caldwell opinaient du bonnet tout en consultant leurs textos. Grand et sec, Caldwell prêchait à des convertis. Il n'avait même pas besoin de leur faire cette démonstration. Ils pensaient comme lui parce qu'ils n'auraient pu pratiquer ce métier autrement.

-Le peuple a tort de se laisser envoûter par le chant de ces sirènes qui lui promettent mers et mondes! En agissant ainsi, les populistes diminuent leur pouvoir d'achat et contribuent à l'exil des grandes fortunes sans lesquelles il n'est pas envisageable de développer une économie prospère qui ruisselle sur tout un chacun... Le peuple se réfugie dans le protectionnisme, dans ses peurs du progrès, alors que ce graphique démontre très bien que les chiffres sont les chiffres!!!

Tout à coup, les assistants de Caldwell devinrent fébriles. Ils recevaient des textos qui confirmaient que tout leur monde venait de s'écrouler. Le peuple, ce maudit peuple qui ne connaît rien à rien, venait de renverser les règles du jeu. Des fortunes venaient de voler en éclats. Des parlementaires s'enfuyaient en masse. Un comité de salut public avait été mis sur pied. La police et l'armée prenaient le parti des rebelles. Tous les grands banquiers du pays avaient été arrêtés et incarcérés. Le comité de salut public annonçait qu'il allait nationaliser les banques et des secteurs-clés de l'économie. C'était, pour tout dire, une vraie catastrophe.

-On doit y aller George! Les rebelles entourent la banque... Ils veulent tous nous coffrer...

-Mais... mais voyons! Les chiffres! Les chiffres disent tout! Comment peuvent-ils faire ça?