lundi 27 juin 2016

J'ai rêvé au général Sewitch

Image tirée de Twin Peaks de David Lynch
Mes ancêtres autochtones croyaient dur comme fer à l'enseignement des rêves. Peut-être même un peu trop. Ainsi, ceux qui rêvaient à la lune au cours de leur initiation à l'âge adulte devaient s'habiller et vivre en femme pour le restant de leurs jours. Certains ont dû mentir. Les autres sont sans doute devenus des bardaches.

Mais là n'est pas mon propos.

Comme toujours, je passe de l'âne au coq.

Je voulais tout simplement raconter mon dernier rêve. Un rêve sans importance mais qui l'est devenu au fil de la journée puisqu'il m'intrigue encore.

J'étais à l'université et je n'avais pas envie d'y être. Je n'y vais plus depuis plus de vingt-cinq ans. Néanmoins, j'y allais encore dans mon rêve.

J'ai donc fait l'école buissonnière en marchant avec un manteau trop grand pour moi que j'avais bourré de livres. J'avais très chaud sous le poids des livres et cherchais un endroit où me reposer. Je me suis dit que j'irais au Collège Laflèche, une institution que j'ai fréquentée il y a trente ans.

En chemin, j'ai changé d'idée. Je me suis plutôt dirigé vers une salle de réunion appartenant à la Société Saint-Jean-Baptiste.

Je me suis retrouvé tout à fait par hasard dans un beau parc aménagé à même une falaise. J'ai descendu un long escalier et suis tombé sur un nain handicapé accompagné de trois dames. Le nain était assis dans une chaise roulante. Il avait deux petites jambes asymétriques, une grosse jambe dodue et une petite jambe osseuse. Il s'appelait le général Sewitch et il sollicitait mon aide pour remonter l'escalier. Je l'ai donc embarqué à cheval sur mes épaules et l'ai remonté jusqu'en haut de l'escalier.

-Je veux que vous deveniez mon aide de camp! me pria le général Sewitch une fois que je l'eusse déposé dans sa chaise roulante.

Je l'ai donc accompagné jusqu'à la salle de réunion de la Société Saint-Jean-Baptiste pour une raison qui m'échappe.

Il n'y avait pas foule dans cette salle mais j'ai tout de même reconnu Dézo, un de mes anciens colocs, qui s'amusait à tripoter une fille qui ricanait.

Le général Sewitch m'a ensuite demandé de le ramener au parc. Je l'ai remis sur mes épaules et on a fait un bout de chemin.

L'eau y était pure et cristalline.

Et le général Sewitch n'était pas du tout jasant.

Je me suis réveillé avec une sensation étrange.

J'ai expliqué vainement mon rêve à ma blonde qui n'y a rien compris.

La seule explication que je puisse trouver c'est d'avoir vu le film Twin Peaks - Fire Walks With Me de David Lynch l'avant-veille. Il y a un nain dans ce film qui pourrait ressembler au général Sewitch. Et, comme toujours, Lynch situe son film à la frontière du rêve et du réel, univers un peu semblable à celui de Jodorowsky par ailleurs.