samedi 25 juin 2016

Chafouin le saint homme

Chafouin s'appelle Chafouin parce que personne ne connaît son vrai nom. C'est l'une de ces créatures du centre-ville que l'on reconnaît tout de suite à son allure pour le moins excentrique.

Cet homme dans la soixantaine a une chevelure blonde comme le foin fou avec quelques reflets argentés ici et là. Son front a quelque chose de préhistorique. Il fuit vers son occiput touffu et dépeigné.

De taille moyenne mais de stature robuste, Chafouin marche toujours droit comme i.

Il n'a plus de dents depuis longtemps et, comme de raison, on ne comprend rien à ce qu'il dit.

On dit qu'il parle le chafouin, un patois de la région de Acton Vale. D'où son surnom, j'imagine.

Chafouin porte des pantalons beaucoup trop grands pour lui, une chemise trop petite et se promène été comme hiver en bottes de caoutchouc communément désignées par l'expression bottes d'eau.

Chafouin est tout un personnage. Tous ceux qui parlent et crient tout seul ne peuvent être que des personnages.

C'est pourtant un authentique gentilhomme qui cède sa place aux personnes âgées, aux handicapés, aux femmes et même aux filles lorsqu'il prend l'autobus pour se rendre au diable vauvert.

-Achoyez-'ous! Achoyez-'ous! qu'il leur dit en leur laissant sa place assise.

S'il est déjà debout et que personne ne se lève pour céder sa place à une personne âgée, handicapée ou féminine, Chafouin se fâche.

-I' faut qu'a s'achèyent caltor 'ous 'oyez bin? Ach! Est pas pou' raster d'boutte caltor d'la vie! Ach!

Chafouin, en de semblables circonstances, a les yeux exorbités et l'air si féroce que même les ados les plus récalcitrants finissent par obtempérer dans la crainte que Chafouin n'en vienne à sortir de ses gonds.

Il fait peur Chafouin et on est mieux de ne pas rire de lui.

Tout le monde rit de lui, en fait, mais cela se fait dans la dissimulation.

On n'oserait pas rire de lui en pleine face parce que Chafouin est toujours droit comme un i, le regard farouche et la bouche prête à mordre à pleines gencives.

-El' monde ch'ait pas vivre caltor d'la vie! L'vez-vous caltor quand qu'i' y'a des ch'femmes ou bin don' des pas ch'olides su' 'es ch'ambes! Caltor de caltor!

Chaque fois que je croise Chafouin, il me salue invariablement sans étirer la discussion.

Je le salue comme s'il était le seul gentilhomme de cette ville pétrie de mépris et d'indifférence.

-Ch'lut m'sieur!

-Salut monsieur! Belle journée?

-Ch'fait beau en caltor! Ach ch'me ch'mi ch'se ch'sait ch'ma ch'mou ch'mette!

-Hum, hum, que je lui réponds sans comprendre. C'est sûr! C'est sûr!

-Caltor d'la vie! et il reprend sa route.

Il faut dire que, à l'instar de Chafouin, je cède aussi ma place aux vieux et aux handicapés quand je prends l'autobus.

N'empêche que Chafouin m'a vu faire quelques fois et m'a en quelque sorte adopté.

Je me suis montré digne de ses salutations.

Chafouin ne fait pas que céder sa place dans les autobus. Il tient les portes pour les gens qui ont les bras chargés de paquets. Il donne un peu de sa menue monnaie aux mendiants. Il pousse les véhicules coincés dans la neige même s'il n'a pas de véhicule.

Bref, Chafouin est en tous points un gentilhomme comme il ne s'en fait plus.

Plusieurs le perçoivent comme quelqu'un dont l'ascenseur ne se rend pas au cerveau.

D'autres laissent entendre que c'est un crétin.

Moi, ma blonde et quelques autres l'admirons à distance.

Bien sûr qu'il n'est pas commode et qu'on ne comprend rien à ce qu'il dit.

Bien sûr qu'il est dépeigné, édenté et malodorant.

Bien sûr qu'il porte des bottes d'eau été comme hiver.

Par contre, c'est un saint homme à sa manière.

Un homme qui bat à plates coutures d'autres humains qui n'ont pas une once de bonté sous leurs parfums, leurs fausses dents et leurs masques.

Chafouin est tel qu'il est, sans flaflas ni fioritures.

Et, vrai comme je suis là, je l'aime tel qu'il est Chafouin.

Et, vrai comme je le dis, c'est une joie pour moi que de le rencontrer même si l'on ne se parle pas beaucoup.