samedi 9 mai 2009

UNE HISTOIRE SURVENUE DANS SAINTE-CÉCILE, À TWOIS-WIVIÈWES


Faut que j'vous raconte c'qui est arrivé à Djici la semaine passée. Ah! Une hostie d'histoire pas créyable comme y'en arrive à tous 'es jours dans Sainte-Cécile. C'te quartier-là c'est un hostie d'quartier où c'qui arrive toutes sortes d'affaires tout l'temps. Tiens, prenons juste l'histoire du pharmacien qui vendait de la poudre. Eh ben tu allais chercher ta poudre direct chez le pharmacien dans Sainte-Cécile. Quand qu'i' s'est faitte pogné, e'l'pharmacien, ben ça faitte e'l'tour d'la province, c'est pas mêlant, tout l'monde a entendu parler de d'ça, l'histoire d'la pharmacie où tu pouvais commandé d'la poudre, pis c't'histoire-là, ben ça peut arriver juste dans Sainte-Cécile, comme de raison, parce qu'i' arrive toujours toutes sortes d'affaires dans c'te quartier-là, c'est ben sûr.

En tous 'es cas, on va pas s'emmêler plus dans l'histoire pis on va la r'commencer du début. Une hostie d'affaire qui est arrivée à Djici jeudi matin d'la semaine passée.

D'abord c'est qui Djici? Ben voyons, tout l'monde sait c'est qui. Autrement c'est qu'vous êtes pas du monde de Sainte-Cécile. Z'êtes d'ailleurs pis vous niaisez su' le ouèbe n'importe y'où. On les connaît ces niaiseux-là. Mais c'est pas d'eux autres qu'on parle. Mais de Djici. Djici alias l'Homme-Chat. Le plus honnête des gars qui ont fait dix ans de prison que je connaisse. Tatoué de la tête aux pieds, l'Homme-Chat alias Djici doit son surnom au fait qu'il nourrit au moins une dizaine de chats de ruelle. C'est sa manière de remercier la vie. Et croyez-moi, Djici est un hostie de gars correct pis toutte.

Donc, Djici, jeudi matin passé est chez Ti-Wen en train de partager un café pis une cigarette. Il voit passé un gros bonhomme dans la soixantaine en quoi i' croit r'connaître Mike, un codétenu du temps et ivrogne à ses heures, facilement identifiable à sa carrure d'ours de six pieds trois pouces sinon à sa barbe à la ZZ-Top pis à sa calotte de baseball bleue.

Djici lâche son café ouvre la porte-partio de Ti-Wen pis i' s'met à lui gueuler à peu près ça:

-Salut Mike mon vieux calice de ragoût sale! Comment c'qui va l'vieux christ de sec qui pue la marde?

Le gars r'semble à Mike comme deux gouttes d'eau, la même carrure, la calotte bleue pis la grosse barbe de vieux calice de ragoût sale. Sauf que ce n'est pas Mike. C'est un autre.

-Tu parles-tu à moé? que lui demande l'autre, un peu vexé.

-T'es-tu Mike, toé, ou...

-Tu m'confonds avec un autre toé-là. J'm'appelle pas Mike, répond le sosie sur un ton ferme.

-Youps! réplique Djici. J'viens d'faire un hostie d'ragoût d'boulettes moé-là! Excusez-moé pardon m'sieur! J'pensais qu'vous êtiez Mike! J'voulais pas vous traiter d'hostie d'vieux calice de ragoût sale!

-Y'a pas d'fautes. Ok.

Le sosie est parti. Djici en a ri une christ de shot avec Ti-Wen.

Pis moé, ben, je l'ai écrit, comme si j'étais le greffier de Sainte-Cécile toé chose.