vendredi 29 mai 2009

JE N'ÉCRIRAI RIEN

Je m'écoutais penser ce matin et je ne pensais pas à grand' chose à vrai dire.

J'ai presque failli être con. Un peu plus et je m'abandonnais à écrire que j'aime mieux la pluie que le beau temps, juste pour faire chier. J'aurais pu tout aussi bien m'indigner du fait que des malandrins mutilent les lilas de mes voisins pour leur subtiliser un peu de ce capiteux parfum.

Ou bien vous chier des taques sur la ligne Info-Santé 811, que le ministre Bolduc dédie à tous ceux qui ont passé des tests de dépistage du cancer, erronés presqu'une fois sur trois. Imaginez. Vous composez le 811 et...

-Info-Santé bonjour. (D'une voix terne et monotone.)

-J'ai un bouton su' l'bord du cul...

-Votre nom votre numéro d'assurance sociale? (D'une voix encore terne et moche.)

-Pourquoi faire? J'ai un bouton su' l'bord du cul!

-On ne pourra pas vous aider si vous ne me donnez pas vos identifiants... (D'une voix un peu exaspérée. Elle s'en tape au moins quatre cents par jour...)

-J'veux pas vous donner ça moé bout d'christ! Mon bouton su' l'bord du cul vous fait dire qu'i' s'en calice de vos statistiques! De plus il vous envoie chier. Ok?

Fin de la conversation. Et le pauvre homme continue tout de même à vivre avec un bouton su' l'bord du cul. Peut-être qu'il aura la vie sauve grâce à la voix terne et sèche de Germaine d'Info-Santé. Il ne subira pas de test de dépistage erroné et il ne se fera pas chopper le trou du cul pour rien.

***

Non, non! Je n'écrirai rien sur tout ça. Et moins encore. Oubliez la pluie, les lilas du voisin et la ligne Info-Santé 811.


***

«CONSEIL PRATIQUE» DE LA SEMAINE
Tous les vendredis matins, à heure fixe, question de finir la semaine en beauté.

Quand vous vous manucurez les ongles des doigts et des orteils, il est impératif de garder la bouche fermée.

Par ailleurs, ne déposez pas vos rognures d'ongles dans le fond de votre tasse de café. Quelqu'un croyant bien faire pourrait vous servir encore du café et vous pourriez le boire par inadvertance. Et en boire plusieurs gorgées, même, avant de vous rendre compte de l'incident.

Donc, dans tous les cas, soyez prudents. La témérité n'est pas à la portée de tout le monde.