lundi 14 novembre 2011

Moé, là, moé...

Le moi est toujours ridicule. Écoutez un moi qui s'exprime et entendez l'imbécillité en action.

-Moé, là, moé... Moé j'su's quelqu'un ou quelqu'une qui... Moé, là, moé...

Le monde s'écroule. L'environnement se dégrade. La pauvreté et la misère se répandent comme la peste. La corruption, la collusion et la confusion règnent partout. Et qu'entendons-nous?

-Moé, là, moé...

Je voudrais entendre quelqu'un qui raconte des agissements et des méditations qui me feraient croire en la possibilité de transcender la condition humaine. Un moi moins masturbateur. Un moi tourné vers autruis. Un moi qui s'oublierait pour mieux se révéler.

Entendre brailler, chiâler ou mugir une personne singulière qui n'a même pas été torturée dans une dictature sud-américaine ou bien battue, ou bien détruite, n'est-ce pas le comble de l'ennui?

-Moé, là, moé...

Une simple personne qui n'a rien à raconter hormis ses brosses ou ses baises, voire sa job...

-Moé, là, moé...

C'est sans doute dans l'air du temps. Tant qu'on peut changer d'air, aussi bien en profiter pour ne pas vivre sa vie parmi des égoïstes sans envergure qui se prennent pour des stars.

L'humilité n'est pas une vertu qui rabaisse l'homme. Au contraire, elle lui permet de dépasser le point zéro de l'expérience humaine.

Imaginez un sage oriental dépourvu d'humilité. C'est inconcevable. La sagesse et l'humilité vont de pair. Et convenons que ce n'est pas la sagesse ni l'humilité qui mènent notre monde.

-Moé, là, moé...

Moé, là, moé, j'ai seulement envie de tourner le dos à toutes ces poussières de nombrils du monde.

J'ai seulement envie de rêver...

Moé, là, moé...

7 commentaires:

  1. rêver ; c'est ça le pire crime de tous ces "moé" : ils ont tué le rêve.

    RépondreSupprimer
  2. C'est pour ça que je suis rempli de ferveur face à la littérature russe. Une littérature féérique, jamais terre à terre...

    RépondreSupprimer
  3. merde. arrête de parler des autres en les accusant de ne pas parler de toi, ou des tiens, bordel!

    RépondreSupprimer
  4. entre nous, hein, la littératuire prusse, ce serait pas plutôt comme des montagnes de neiges remplies de gras coulant jaune sur les lunettes d'une nonne perchée sur son propre porte bagage ?

    la prieuvre :

    http://www.youtube.com/watch?v=RoqM_nN0vt4

    RépondreSupprimer
  5. gregg araki est untrès bon cinéaste.
    blaireuax.

    RépondreSupprimer
  6. Moé là, moé j'dis qu'cé
    un criss de beau billet.
    Merci,take care.

    P.S.
    Jipi tabarnac.
    Osti qu'té lourd des fois.
    Tain. Bises.

    RépondreSupprimer
  7. Moé j'vous r'mercie tous.

    Le rêve est encore là, Anne. Suffit que de s'oublier un peu.

    Ivan,t'as raison pour Jipi.

    Tain.

    RépondreSupprimer