dimanche 8 mai 2011

Robob, Dagnel et Lake of Stew hier au Café-galerie L'App'Art'

On se sent toujours un peu plus artiste parmi nos pairs. Hier, j'étais entouré d'artistes et, franchement, ça faisait du bien à l'âme. Dans la loge du Café-galerie L'App'art' ça grattait de la guitare, ça jouait de l'harmonica, ça frottait de la planche à laver. Ça mangeait de la soupe en buvant une bière.

C'était la soirée de Robob, Dagnel et Lake of Stew. Il y avait au menu du folk francophone et anglophone, du bluegrass, du western, du rockabilly et de la musique hawaïenne.

Dans la loge, on se parlait parfois en français, parfois en anglais, souvent en musique.

Dagnel et son frère proviennent de la formation de rockabilly Les Malléchés. Guy alias Guy Marcotte était à l'harmonica. Son harmonica chuintait des complaintes pas ordinaires. Ils ont livré une performance enlevante, un son inspirant, sans poncifs ni standards éculés. Dagnel présente des textes en français solides qui riment aux bons endroits, avec des préoccupations sociales qui ne nuisent en rien à l'humour et à l'amour de la musique.

Le légendaire Robert Rebselj, alias Robob, est intervenu ensuite avec son band trié sur le volet où votre humble serviteur joua lui-même un rôle de choriste sur un air de musique hawaïenne. Les quatres tounes de Robob, des compositions de son cru, ont le charme des années '20. Avec son ukulélé et son gazou, il y est allé en toute simplicité, avec un sens du spectacle qui fait déjà sa marque de commerce. Il y avait même des danseuses des Années Folles déguisées en oiseaux et un hippie qui faisait office de joueur de flûte à coulisse. C'était impossible de refuser de monter sur scène, dans ces conditions, pour chanter un air du folklore hawaïen avec ma voix de Yogi l'ours.

Lake of Stew, ce sympathique groupe montréalais, a terminé la soirée tout en bluegrass. Ça résonne du banjo, croyez-moi. Oua. C'était le party.

Bref, c'était une belle soirée. À recommencer. Sans aucun doute.