samedi 14 mai 2011

Les proverbes se trompent

Il est de ces contradictions dans la vie sans lesquelles la fadeur et la futilité seraient les mamelles de ce monde. Mais non, tout est là pour nous rappeler que l'impossible est possible.

Les proverbes se trompent. On peut se découvrir d'un fil en avril. Les hirondelles ne font pas le printemps. Et tout le tralala.

La sagesse se trompe aussi.

Prenez Isabelle Labine. C'est la fille qui, en paroles, a les valeurs à la bonne place. Pourtant, c'est une vraie mégère pour qui la connaît bien, une pie voleuse, une étourdie, une profiteuse. On l'entend dire mille fois par jour qu'elle est une fille d'entraide, de partage et de solidarité. Dans les faits, c'est une crosseuse, tout le monde s'entend là-dessus et bien peu lui en font la remarque. Ce qui fait qu'elle crosse au vu et au su de tout un chacun qui préfère, par ailleurs, se préoccuper d'autres choses plus intéressantes que cette maudite Isabelle Labine, avec ses grandes dents de jument, ses yeux de ventriloque et ses oreilles percées. Elle n'impressionne personne et, par le fait même, elle n'aide personne. Tout lui est dû. Elle ne doit rien. Elle ne donne rien. Voilà sa vision de l'entraide, du partage et de la solidarité.

Comparons Isabelle Labine à Rita Moreau. C'est la fille qui, dans ses mots, se crisse de tout. Elle est mal embouchée, mal engueulée, vulgaire, rustre et même grossière. Un tabarnak n'attend pas l'autre. Pourtant, c'est une vrai soie pour tous ceux qui la connaissent. Une fille honnête et généreuse. Reconnaissante. Solidaire. On l'entend cracher sur toutes les belles valeurs de la société mille fois par jour. Dans les faits, elle donne de la valeur à la société. C'est une belle fille de surcroît. Serait-elle laide qu'elle n'en serait pas moins digne d'intérêt, mes snoreaux! Elle aide tout le monde. Rien ne lui appartient. Elle n'a pas grand' chose mais elle le donne.

Eh bien croyez-moi, chers lecteurs et lectrices, rien n'est acquis d'avance en ce bas monde.

Les fleurs poussent dans le fumier. Et les mauvaises herbes aussi.

On n'en fera pas de cas de figure.

Cependant, ça devrait nous rappeler qu'il ne faut pas se fier aux apparences. Évidemment, tout le monde tient assez à son apparence, ne serait-ce que pour avoir l'air du monde. Qui se promènerait déguisé en mariachi dans la rue, en plein hiver, hein? Personne. Sinon une personne qui ne se fie pas aux apparences.

C'est évident comme bonsoir que la vie est dure à suivre.

Les gens qui donnent le plus de pourboire sont les plus pauvres, surtout quand c'est le premier du mois.

Les plus chiches sont les riches.

Ce n'est pas moi qui s'invente ça. Je veux bien croire qu'il ne faut pas se fier aux apparences. Mais tout se mesure parfois en espèces sonnantes. Et à ce compte-là, je vous dirais que les pauvres sont nettement plus généreux, prêts à donner cinq pourcent de leur fortune mensuelle au premier venu, pour démontrer toute la majesté de leur âme.

Donc, entre vous et moi, elle peut aller se faire foutre Isabelle Labine.

Je préfère Rita Moreau. Pas vous?