lundi 26 juillet 2010

Michel Chartrand: Les dires d'un homme de parole

Je suis en train de lire Michel Chartrand: Les dires d'un homme de parole. C'est de Fernand Foisy. Publié par Lantôt Éditeur en 1997.

Chartrand s'indigne d'une flopée d'injustices. Le capitalisme passe au cash, si je puis me permettre l'expression, par des exemples concrets, en chair et en os. Rien de théorique ou d'abstrait chez Chartrand. De l'indignation bien ressentie parce que nous devons traiter notre semblable comme nous souhaiterions être traités. Et force est de constater que cette maxime tarde à faire son chemin chez nos élites économiques. On traite le peuple comme des pouilleux, en haut de la pyramide. On le regarde comme du bétail, sinon comme une statistique.

Même la victoire d'un parti socialiste serait insuffisante à changer cela.

C'est un vice de forme du système. Un système qu'il faut changer en profondeur pour qu'il soit au service des gens plutôt que de voir les gens asservis au système.

Avant de bâtir des pyramides de gypse, si je me fie aux propos de Chartrand, il faut bâtir des écoles, des hôpitaux et des bibliothèques. Il faut assurer la sécurité et le bien-être de tout un chacun. Il faut vivre quoi.

Ça me semble sensé. Vous ne trouvez pas?

1 commentaire:

  1. Si, c'est parfaitement sensé ! Faudrait donner le pouvoir à tout le monde pour de vrai, le pouvoir à chacun, et seulement sur sa vie, pas sur celle des autres. Y aurait moins de fous dangereux aux commandes, je trouve.

    RépondreSupprimer