mardi 20 juillet 2010

La Loubianka, Tolstoï, etc.

Je termine la lecture d'un livre de Vitali Chentalinski qui a pour titre Les surprises de la Loubianka. C'est publié chez Robert Laffont. En 1996. L'auteur y rapporte de fascinantes découvertes dans les archives littéraires du KGB. Il croyait y découvrir l'Inde et il tomba sur un nouveau continent, pour résumer sa démarche. Des tas de révélations insoupçonnées sur l'art de se débarrasser des témoins gênants et d'épurer un peuple de tous ses génies.

Cette lecture m'a permis de trouver de l'intérêt à lire Tolstoï. J'aime les auteurs russes. Mais de tous ces grands auteurs, Tolstoï n'a jamais vraiment nourri mon esprit. Idem pour Pouchkine. Je suis rentré dans Dostoïevski avec délectation. J'ai savouré Gogol et Tchékhov. J'ai ri jaune avec Mikhaïl Boulgakov. J'ai scandé les vers de Maïakovski. J'ai même lu Lénine et Trotski. Mais Tolstoï? Quelques nouvelles ça et là. Pas moyen de m'intéresser à Guerre et Paix ou bien à Anna Karénine. Suis-je encore trop jeune pour ces romans fleuve? J'en ai lu d'autres, pourtant. Et j'ai trouvé le goût. Mais Tolstoï? Zut. Je suis inculte de Tolstoï...

En lisant Les surprises de la Loubianka, mon intérêt pour Tolstoï s'est accru. J'y ai découvert un sage. Dans le tumulte et le chaos des révolutions russes, peu de voix se firent entendre pour épargner des vies, tant du côté des Rouges, des Blancs, des Noirs ou des Verts. De petits mouvements civiques se sont créés un peu partout en Russie pour défendre la démocratie, la liberté, la paix et la solidarité. Les tolstoïens, si je puis m'exprimer ainsi, ont défendu avec honneur les droits de la personne en Russie, sous tous les régimes. Juste pour ça, il me faut revenir à Tolstoï, à ses écrits politiques, nettement en avance sur son temps. Je m'attendais à m'ennuyer avec Tolstoï et je découvre au contraire un magnifique guide pour l'action civique autonome, indépendante des factions et catégories politiques. J'ai laïcisé mon Tolstoï et ses idéaux me rejoignent. J'y trouve une source vive de courage et de détermination. Tolstoï m'apparaît de plus en plus comme un hippie avant la lettre. Un auteur qui m'est malheureusement inconnu et que je dois connaître, sinon reconnaître comme l'un des grands.

Je vous reviendrai là-dessus un de ces quatre. Promis.

3 commentaires:

  1. Peut-être est ce effectivement le moment de suivre ton initiative et de ressortir "Guerre et Paix" de mes cartons, car j'ai aussi fait l'impasse et avoue bien sincèrement avoir parcouru ce pavé en diagonale il y a longtemps...

    RépondreSupprimer
  2. Ça te tentes-tu de rire ?

    http://www.cyberpresse.ca/le-nouvelliste/201007/20/01-4299700-yves-levesque-courtise-par-quebec.php

    MOUHAHAHAHAHAHAHAHA !!!!!!

    RépondreSupprimer
  3. Ah, Tolstoï, moi aussi j'ai calé devant ses romans, y a quelque chose là qui m'agace, et je ne sais pas quoi.....

    RépondreSupprimer