mercredi 7 octobre 2009

Dix milles dollars...


S'ils avaient obtenu ce prêt de dix milles dollars, jamais ces parents n'auraient commis ce pacte de suicide qui s'est transformé en homicide pour leurs trois pauvres enfants. Ces parents n'étaient pas des monstres, selon la mère qui a survécu à tout ça et qui doit maintenant affronter la justice, notre justice.

Il leur fallait juste dix milles dollars... Ils n'étaient pas des monstres? Ils avaient perdu leur emploi et ils n'arriveraient plus à payer la maison, l'auto, l'aspirateur et l'écran plat. Qu'ont-ils fait? Ils ont plongé le couteau dans le corps de leurs enfants puis ont retourné la lame vers eux. Une autre belle preuve que le matérialisme brut est une voie sans issue.

Dix milles dollars... C'est le prix de la vie pour les imbéciles. C'est une raison suffisante pour tuer ses propres enfants, la seule richesse de ces parents qui, selon la mère accusée, n'étaient pas des monstres...

Selon moi et selon notre justice, fort heureusement, ils étaient des monstres! C'est encore bien que l'on puisse s'offusquer un tant soit peu d'une telle saloperie...

Vous avez perdu votre emploi? Il vous manque dix milles dollars? Fuck it. Faites autre chose. Faites faillite. Envoyez chier vos créanciers, quels qu'ils soient. Changez de ville, de province, de pays. Habillez-vous dans les friperies. Travaillez au noir. Empruntez des disques à la bibliothèque, c'est gratuit. Apprenez l'anglais. Confiez vos enfants à la crèche. Faites une manif devant le bureau du maire ou du député. Déchirez vos cartes de crédit. Faites du jogging, de la marche ou du vélo. Il s'en vend des pas cher. On peut même en trouver le jour des vidanges...

Ils n'auraient jamais songé à mettre fin à leurs jours et à ceux de leurs enfants s'ils avaient eu ce prêt de dix milles dollars... Quelle bêtise!

Les problèmes d'argent ne sont pas de vrais problèmes. Nous vivons sur un jeu de Monopoly. On n'a qu'à passer à Go deux ou trois tours sans réclamer ses deux cents dollars et ensuite on peut se remettre à jouer, à acheter des maisons, des hôtels, des piscines et des écrans plats. Et si le jeu nous est refusé, eh bien on joue à autre chose. Il y a plein de jeux: le parchési, la balle molle, le football, le marxisme-léninisme, n'importe quoi sauf tuer ses propres enfants et se suicider ensuite.

Je sais que tout ce que j'écris là n'empêchera pas un meurtre de plus de se commettre, même si je me donne l'illusion de pouvoir guérir ma société avec des mots qui ne sont lus que par une poignée de lecteurs et lectrices qui, j'en suis convaincu, ne songeraient jamais à zigouiller leur progéniture pour un prêt de dix milles dollars qu'ils n'auraient pas reçu.

Ces dix milles dollars représente pour moi toute la profonde débilité de notre civilisation axée sur le fric et l'acquisition de biens dérisoires.

L'esprit est menacé plus que jamais par le matérialisme brut. Pas étonnant qu'il y en ait qui perdre l'esprit et devienne des monstres.

Reposez en paix, pauvres enfants...

Fuck l'argent!

4 commentaires:

  1. tu sais que je dis énormément de conneries. et que j'en fais quand je suis saoul. et que je me laisse souvent aller à un "cynisme" bon marché. mais la chuis d'accord. m'estime encore apte à accorder un peu de bon sens à mes "jugements" sur les choses, aussi basiques soient-ils.

    amen!

    résultats de l'eurovision ce midi :
    "Gaétan Bouchard, one point."

    RépondreSupprimer
  2. Même l'art se matérialise...

    Dadaïsme, conceptualisme, Design graphique et Design industriel.

    Moi, j'aimerais bien mieux acheter une sculpture en bout de vidange qu'une bouteille d'eau designé par Dolce & Gabanna.

    (commentaire du gars en Art Plastique)

    RépondreSupprimer
  3. Ces gens étaient dépressifs, ça me semble évident ! C'est certain qu'en temps normal, des gens sains ne font pas de telles choses !

    J'aimerais pas être à la place de la survivante...

    RépondreSupprimer
  4. Cruauté du régne de l'argent qui déshumanise, ça fait froid dans le dos!

    RépondreSupprimer