lundi 12 décembre 2016

Trois nouvelles toiles

Seul à trois heures du matin
Acrylique sur toile, 18 X 24 po.
Je vais vous épargner mes envolées sociopolitiques ce matin pour me consacrer sur ce pur bonheur que j'éprouve lorsque je peins. La politique, en fait, c'est comme les vidanges. Il faut bien les sortir périodiquement pour ne pas être atteint par les parasites et la putréfaction. Cela ne veut pas dire qu'il faille caresser ses sacs de vidange et leur prêter plus de vertus qu'ils n'en ont. C'est une obligation que nous impose la vie en société. Et tant qu'à faire le ménage, aussi bien qu'il soit bien fait.

Au lieu de vous livrer mes imprécations contre la corruption et la mafia politiques, je vais plutôt vous montrer ce qui est récemment sorti de mes pinceaux. Je suis sûr que vous ne m'en voudrez pas. "Le gros Gaétan Bouchard finit par se faire lourd avec ses airs d'ange exterminateur." On finirait par se demander si je suis normal...

Il va sans dire que je ne le suis pas. Je suis marginal, plutôt asocial pour préserver ma philanthropie et un tantinet vulgaire parce que je n'en ai rien à foutre de jouer au bourgeois.

Pourtant, je constate que mes peintures sont sans doute plus universelles que mes propos. Mes gros nez et mes gros pouces ne dérangent personne. On a la vague impression que je suis un bon gars, plutôt jovial, rieur et bon enfant lorsqu'on les regarde. Je ne fais pas l'unanimité parmi mes pairs artistes-peintres, mais comme je les fréquente pas plus qu'il ne le faut, je suis faiblement atteint par leur avis.

Je vous présente donc trois tableaux. Le premier, en exergue de ce billet, celui qui s'intitule Seul à trois heures du matin, est une tentative de présenter un sujet sérieux et sans trop d'humour. Un pauvre type au pantalon élimé s'en va au beau milieu d'une rue déserte et passe devant une boutique d'Urgent Argent, spécialisé dans le prêt sur gage et le recyclage des produits de la criminalité.

Libre comme un éléphant
Acrylique sur toile, 6 X 12 po.
Deux petits tableaux s'ajoutent. Libre comme un éléphant se passe d'explications. Un gros qui s'en va tout nu au pied d'une chute dans un environnement relativement luxuriant.  Quant à British Columbia Hitchhiking il est sans doute là pour me rappeler une autre vie, à l'époque où je faisais du pouce dans l'Ouest canadien.

Ces trois tableaux sont disponibles pour un juste prix à mon atelier-galerie d'art sis au 448 de la rue Niverville à Trois-Rivières. Je suis ouvert les samedis et dimanches de 13h00 à 17h00 pendant la période précédant le Temps des Fêtes. Mes tableaux sont un peu plus chers que ceux que vous pouvez acheter au Wal-Mart. Aussi je vous recommande d'aller au Wal-Mart pour économiser. Il s'y vend de très belles reproductions, dont l'une qui représente New-York et l'autre un café de Paris. Je ne serais pas étonné que vous y trouviez aussi des petits anges ou, mieux encore, une reproduction de Michel-Ange. Vous seriez bêtes de passer à côté de telles aubaines pour encourager un artiste-peintre indépendant qui passe son temps à colporter la sédition et la désobéissance civile.

British Columbia Hitchhiking
Acrylique sur toile, 8 X 10 po.