dimanche 17 juillet 2016

Ti-Wézo Lepage est un homme bon

Les gens bons ne doivent pas nécessairement être confondus avec les honnêtes gens. On peut très bien être une bonne personne tout en étant pas honnête selon les termes de ces préjugés sociaux qui prennent parfois l'appellation de lois. Comme l'on peut tout aussi bien être une mauvaise personne tout en étant honnête.

Prenons le cas de Ti-Wézo Lepage. Ce gars-là vend des cigarettes sur le marché noir ainsi que d'autres produits qui se fument et qui font rire. Aux yeux de la loi, c'est un criminel. À mes yeux, qui l'ont vu aussi multiplier les bonnes actions, c'est un grand monsieur, un maudit bon gars. Il donnerait sa chemise même s'il n'en a que deux plutôt sales et élimées. Jamais sa porte n'est fermée à qui que ce soit. Les misérables profitent amplement de sa générosité proverbiale. Rien ne lui fait plus plaisir que d'organiser des repas avec tous ceux qui traînent autour de lui. Son logement est une vraie cour des miracles. Tout ce qu'il y a d'éclopés, de prostitués et de petits malfrats se pointent chez-lui pour récupérer un peu de sa bonne humeur et de sa candeur. Les profits de ses crimes, pour tout dire, il les dépense essentiellement avec ces flopées de trous du cul.

Richard-Antoine Dumoulin est tout le contraire de Ti-Wézo Lepage. Cet homme triste et gris n'a rien de malhonnête. Tout ce qu'il fait a toujours lieu dans les limites de la loi et des conventions établies. Il se targue d'être un honnête homme et se félicite d'être couvert d'honneurs tout autant que de diplômes. Pourtant, ce journaliste est pétri de méchanceté, de mépris et d'arrogance. Les mendiants, pour lui, sont tous des profiteurs qui veulent s'acheter de la drogue. Les assistés sociaux sont des parasites qui se laissent vivre par le labeur d'autrui. Les fumeurs de marijuana sont des rêveurs incultes qui contribuent à la faillite des États. Et ainsi de suite. Tout ce qu'il de bon, en fait, c'est lui et lui seul.

La maison de Dumoulin est bien sûr interdite d'accès aux prostituées, aux drogués et autres quémandeurs. En fait, peu de gens sont acceptés dans le cercle de Dumoulin. Contrairement à Ti-Wézo Lepage, cet honnête homme ne tolère que la présence de ses pairs, des gens semblables à lui qui lui permettent de s'élever dans le monde plutôt que de se rabaisser au niveau de ceux qui vivent dans la dèche et l'échec permanent.

Ti-Wézo ne critique jamais Dumoulin. Il n'a pas la tête à se bourrer de ressentiments. Il ne lui inspire que de la pitié. Il trouve que Dumoulin rate quelque chose ici-bas tout autant que là-haut.

Dumoulin tape sur Ti-Wézo aussi souvent qu'il le peut. Il méprise royalement ce vendeur de cigarettes qui boit de la bière sur son perron en passant le joint à tous les crottés qui viennent le visiter et lui donnent de grandes tapes dans le dos.

Oui, Dumoulin est un honnête homme.

Et, oui, Ti-Wézo est un homme bon.

Évidemment, tout a mal fini pour Ti-Wézo. Dumoulin en avait assez de le voir mener la dolce vita jour après jour avec l'argent de ses taxes et de ses impôts.

Dumoulin, en parfait honnête homme qu'il est, l'a dénoncé anonymement auprès du programme Surveillance de quartier. Il leur a dit que Lepage vendait de la drogue et des cigarettes. Un mois plus tard, Ti-Wézo se faisait coffrer.

Les drôles d'oiseaux qui profitaient de la sagesse et des largesses de Ti-Wézo se trouvèrent un tant soit peu démunis suite à l'incarcération de leur rayon de soleil.

Ti-Wézo les calmait, l'air de rien.

Sans Ti-Wézo, ils multiplièrent leurs vilaines habitudes, dont celles d'entrer n'importe où par infraction pour subtiliser des biens.

Dumoulin s'est fait voler sa collection de films de répertoire ainsi que son rasoir électrique.

Ça l'a mis hors de lui, vous vous en doutez bien.

Et il s'est juré d'en finir avec la racaille, d'une manière ou d'une autre, en se faisant toujours plus dur et plus intransigeant envers tout manquement à l'ordre et à la raison résonnante.

Ti-Wézo fait son temps en prison.

Les gardiens et les détenus aiment bien Ti-Wézo. Tout le monde le trouve drôle et agréable à vivre, même les types les plus endurcis.

Et vous savez pourquoi? Tout simplement parce que Ti-Wézo est un homme bon.

Aucun commentaire: