mercredi 6 juillet 2016

De l'économie ou de l'état actuel de nos préjugés sociaux

L'économie n'est pas une science exacte. C'est l'état actuel de nos préjugés sociaux sur l'organisation de la communauté humaine. Il est tout aussi vicieux de croire que le pouvoir du roi provient de l'ordre divin que de considérer la bonne ou la mauvaise fortune comme étant une conséquence de l'ordre naturel.

De nos jours, il est possible de défier la loi de la gravité et d'envoyer un satellite tourner autour de Jupiter.

Par contre, on ne manque pas de nous rappeler qu'il est impossible de défier des lois moins immuables que celles que l'on prête à l'économie.

Toute tentative d'entrevoir d'autres manières d'envisager l'économie est d'ores et déjà condamnée à se faire reléguer au niveau du pelletage de nuages. De ces mêmes nuages que percent chaque jour nos avions, nos fusées et nos satellites. Tout ça parce que les frères Wrigth, des réparateurs de bicyclettes, ont cru au grand dam des sommités scientifiques de leur temps, qu'un objet plus lourd que l'air pouvait voler.

Voilà pourquoi je me gausse de ces savantes analyses, de ces courbes et de ces tableaux qui ne sont là que pour maintenir notre sujétion envers les pharaons de notre temps.

Il n'y a rien de proprement scientifique dans l'économie et encore moins dans la politique. Rien.

On tient à nous faire accroire que le capitalisme est immuable, scientifique, éternel.

C'est une farce, comme celle qui consistait à dire que le roi Louis XVI et le tsar Nicolas II tenaient leur pouvoir de droit divin.

Tout peut changer. Tout.

Rien n'est coulé dans le béton.

L'homme continuera de percer des nuages quoi qu'en pensent les serviteurs de l'habitude en s'appuyant sur leur ridicule confort intellectuel.

Les lumières continueront de s'allumer malgré tous ces éteignoirs d'espérance et petits esprits à la solde du gorille alpha du moment.