lundi 3 août 2009

Nonma portait un grand chapeau de paille


Il était une fois une femme qui portait un grand chapeau de paille. Elle vivait dans un logement un peu cher mais mal chauffé. Elle devait avoir trente-six ans et demi, les cheveux bruns, les yeux ordinaires.

Elle s'appelait Manon et tout le monde l'appelait Nonma.

Le pire de ses ennemis l'appelait marde-molle mais ce sacré Steeve Martinez disait ça pour tout le monde, homme ou femme, et il détestait Nonma parce qu'elle lui avait rentré une fourchette dans l'oeil et rendu à moitié cinglé. Il est vrai que Martinez voulait saisir le tiroir-caisse du restaurant où travaille Nonma. Et que Nonma était une fille nerveuse. Au lieu de donner l'argent elle lui plongea donc une fourchette dans l'oeil.

-T'auras pas l'argent mon hostie d'loser! Va chier tabarnak! lança Nonma tout en piquant l'oeil de Martinez.

-Marde-molle! hurla-t-il.

Manon l'acheva à grands coups de poêlon. Et comme il était en fonte, le poêlon, elle faillit bien tuer Martinez.

-M'a t'en faire d'la marde molle mon hostie d'crosseur! qu'elle laissa entendre en lui assénant quelques coups résonnants de poêlon fumant.

Il s'en réchappa avec un traumatisme crânien permanent et un oeil en moins.

-Ma'de-molle! disait-il tout le temps, pour oui ou pour un rien. Ma'de molle parce qu'il ne pouvait plus prononcer les R convenablement. Le poêlon de fonte, ça vous déplace le vocabulaire.

À part de ça, Manon alias Nonma portait un grand chapeau de paille. Sauf au restaurant où elle n'avait pas le droit de le porter.