mardi 11 août 2009

La vie n'est pas qu'un bouquet de roses


La vie n'est pas qu'un bouquet de roses. D'ailleurs, Agama n'aimait pas les roses. Seulement les acacias.

-Qu'est-cé ça les acacias? se demandent certains de mes lecteurs.

Alors là, vous m'étonnez. Vous n'avez qu'à taper «acacia» dans Google. Le premier imbécile venu sait faire ça. Donc, vous devriez avoir honte de me demander «qu'est-cé ça les acacias» ou bien qu'est-ce que la physique quantique.

Toutes les questions que vous pouvez vous poser trouveront une réponse, sinon plusieurs. Même si vous vous demandez si Dieu existe, vous en aurez pendant des heures à naviguer sur Google. Fuck! C'est clair qu'il y a réponse à tout. Et j'en vois qui sont encore là pour me demander «qu'est-cé ça les acacias»! En deux mil neuf hostie! «Qu'est-cé ça les acacias?»

Il n'y a plus de raison pour l'ignorance. Vous devez sûrement avoir un portable ou bien une vieille patate Pentium III à l'article de Namor. Sinon, les livres ne coûtent plus rien. C'est plus long pour trouver l'information, mais c'est mieux que de passer ses journées à regarder la télé. Et ça ne coûte rien. Zéro. Pas une hostie de token.

Donc, «qu'est-cé ça les acacias?», eh bien ça m'étonne des quelques-uns d'entre vous, chers lecteurs, mais je vous pardonne. Ça ne vient pas tout seul, l'instinct de tout connaître d'un seul clic.

Ce qui fait que les générations montantes s'emmerdent en classe ou bien au travail. Ils peuvent être crissement performants, je vous en torche un papier. Comme ils peuvent aussi être crissement nuls, comme tout le monde.

Ah! C'est que la vie n'est pas qu'un bouquet de roses. D'ailleurs, Agama n'aimait pas les roses. Juste les acacias.

Agama provenait de la côte ouest de l'Afrique. Sa peau était de la couleur du café, même si la métaphore est facile, je n'ai rien trouvé de mieux, même sur Google.

Agama n'aimait que les acacias.

Et chaque fois qu'elle en parlait à ses clients, au restaurant où elle travaillait, sur un quart de nuit, c'est bien rare qu'ils ne lui répondaient pas «qu'est-cé ça les acacias» sinon «sorry, I don't speak French».

Non, la vie n'est pas qu'un bouquet de roses.