mardi 25 octobre 2016

Les Québécois se foutent de la religion



"Écrasons l'infâme."
Voltaire

"Foutez-nous la paix avec vos histoires de religion!" a déclaré Jean-Luc Mélenchon lors d'une entrevue avec Jean-Jacques Bourdin diffusée le 30 août dernier sur la web télé BFMTV.  Mélenchon, candidat du Front de Gauche aux dernières élections présidentielles de la République française, n'y est pas allé avec le dos de la cuillère pour affirmer haut et fort ce que la gauche d'ici, au Québec, ose à peine murmurer. Comme si elle avait honte de ses propres combats contre l'obscurantisme.

Selon Mélenchon, la majorité des Français ne sont pas intéressés par la religion ou bien la pratiquent chez-eux sans emmerder personne. Toutes les religions enseignent de ne pas jouer au Tartufe et de ne pas sombrer dans la bigoterie. Les lois françaises ne sont pas faites pour le peuple de Dieu mais pour le peuple de France.

C'était pour tout dire rafraîchissant d'entendre ça de la bouche d'un homme de gauche.

Cela m'a fait prendre conscience, une fois de plus, que ma France est bien celle de Voltaire et de Charlie Hebdo. Une France décoincée, irrévérencieuse et libre. Une France qui se démarque par la pensée la plus libre du monde.

Il nous est resté un zeste de ce tempérament chez les Québécois d'ascendance française. Une attitude qu'on a tenté d'étouffer suite à la Conquête de 1760. Il ne suffit que de lire L'imprimeur des libertés: Fleury Mesplet de Jean-Paul de Lagrave et Jacques G. Ruelland pour en prendre pleinement conscience.  Les premiers Québécois étaient résolument républicains. Ce sont les curés qui, de tout temps, ont pris soin de nous écraser pour mieux nous soumettre à l'Angleterre.

***

Je ne me suis jamais senti autant Québécois qu'à l'époque où je ne vivais pas au Québec. Je me suis vite rendu compte que la religion était en déroute au Québec. J'ai réalisé que mon peuple n'en avait rien à cirer des dogmes et autres absolus institutionnalisés. Les Québécois avaient enfin retrouvé leur chemin vers la liberté et, malgré les aléas de la politique, cette liberté ne pouvait plus être reprise.

Grattez un peu le vernis américain et vous trouverez chez tout Québécois un anticlérical qui s'assume pleinement.

Les Canadiens et les Américains sont nettement plus religieux que nous le sommes. Ils croient en des bêtises qui ne nous atteignent plus. Plutôt que d'écraser l'infâme à la manière voltairienne, ils ont préféré le réformer... Ce qui fait de notre société la plus libre de tout le continent nord-américain. Et je défie n'importe qui de prétendre le contraire.

On m'a déjà dit dans l'Ouest canadien que les Témoins de Jéhovah eux-mêmes n'étaient pas conventionnels au Québec. Ils boivent de l'alcool et font tout le contraire de ce qu'ont leur dit. Je me plais à le croire, même si ce n'est qu'un racontar.

Malheureusement, une frange importante de la gauche québécoise n'a rien trouvé de mieux que d'imiter le rôle jadis tenu par les membres du clergé. Au lieu de nous libérer de la religion, nos apprentis-curés se sont mis à lui conférer un respect qu'elle ne mérite plus. Au lieu de poursuivre le combat contre l'obscurantisme, cette gauche-là s'est mise à organiser des grandes messes, au grand dam de tous ceux et celles qui portent en eux le combat historique mené par le peuple pour se libérer de la tutelle de la religion.

Je crois, au risque de me tromper, que la grande majorité des Québécois n'aiment pas se faire emmerder avec la religion. Ils la considèrent avec un mélange de mépris hautain et de fatalité. La religion ne sert même plus aux mariages et aux funérailles. Toutes les églises tombent en ruines. Il ne reste plus qu'une poignée d'illuminés qui revendiquent le droit d'emmerder la communauté avec leur bigoterie, leurs grigris et leurs pattes de lapin porte-bonheur.

Les gens qui ne sont pas religieux se font rarement entendre pour la simple et bonne raison qu'ils n'ont rien à vendre. La liberté n'est pas une valeur que l'on soumet aux enchères. Elle ne nécessite pas un culte. Bien au contraire!

Ce qui confère aux personnes religieuses une résonance artificielle qui finit par nous faire croire à tort qu'ils ont des millions de zélotes derrière eux alors qu'ils sont plutôt seuls et pitoyables.

À l'instar de Jean-Luc Mélenchon, je pense qu'il est temps que l'on cesse d'emmerder les Québécois avec la religion. Il est temps que les Québécois puissent vivre libres et en paix avec leur conscience, sans subir la pression des bigots et autres adorateurs de licornes enchantées.

La gauche québécoise doit se ressaisir. Elle doit poursuivre son combat contre l'obscurantisme. Elle doit redevenir libre et républicaine.

Que les gens pratiquent le culte qu'ils veulent à la maison.

Cependant, le Québec n'est pas le pays du peuple de Dieu, mais celui des Québécois et des Québécoises.