dimanche 2 octobre 2016

Coincoin

Si les canards ont un dieu, je suppose qu'il a des ailes et qu'il fait coincoin.

Je ne vois pas pourquoi leur dieu aurait l'air d'un singe. D'autant plus que les singes les canardent à chaque automne, si je puis me permettre l'expression.

Si le dieu des canards est au ciel, ils sont sans doute plus près de lui que nous ne le sommes, même en ayant recours à la technologie.

Peut-être qu'il n'y a pas de dieux. Il est même possible que les canards n'éprouvent pas ce besoin de croire. Comme certains aborigènes qui ne s'en faisaient pas tant que ça avec les mythologies: tout juste des jeux pour s'occuper l'esprit quand on ne trouve rien de mieux à faire.

Hier, j'ai vu des canards s'ébrouer les ailes sur une belle île de sable fin émergeant du delta de la rivière Tapiskwan Sipi. Ils allaient et venaient de l'eau à la plage, sans trop s'en faire. Personne ne leur tirait dessus puisque la chasse est probablement interdite en pleine ville. Au fond, plus les canards se trouvent près des humains et moins ils reçoivent de plomb dans l'aile. Je ne sais pas si ces canards ont compris ça. D'une manière ou d'une autre, ils devront bien nous quitter un jour ou l'autre pour descendre au Sud.

Pour le moment, ils écoulent des jours paisibles entre ces îles qui donnent l'impression qu'il y a trois rivières. Et, curieusement, je les envie, ces Trifluviens de passage.

Il y avait un type qui disait de regarder les oiseaux du ciel qui n'ont pas besoin de s'en faire autant que nous pour vivre. On l'a cloué sur une croix pour sauver la civilisation. Il paraît qu'il se prenait pour un canard. Il ne faisait pas coincoin mais c'est tout comme puisqu'on ne l'a jamais compris. On en a fait un mythe pour amuser les gens entre deux guerres. Tous ceux qui ont tenté de l'imiter ont mal fini. Il y a des limites à abuser de la patience des chasseurs et des pécheurs. Tout ce qui vole recevra sa ration de plombs dans l'aile. Regardez les oiseaux du ciel: on leur tire dessus, on les déplume et on les fait rôtir!

Icare ne s'est pas approché trop près du soleil. Le soleil est trop loin pour que ce soit arrivé. Il s'est fait canarder par des honnêtes gens qui ne voulaient pas de ces fantaisies qui finissent par leur rendre la vie intolérable.

-Tu vas marcher comme tout le monde! Descends de là, macaque volant!

Non, je ne sais pas s'il y a un dieu pour les singes...

J'aime mieux les canards.

Les canards m'en bouchent un coin.

Coincoin.



Aucun commentaire: