mardi 6 septembre 2016

Tentation victimaire

Néron jouant de la lyre devant Rome
qu'il a lui-même incendiée...
Dostoïevski était un fin psychologue. J'ai fréquenté son oeuvre en y trouvant des tas de clés pour desceller les âmes de mes pairs et de mes impairs.

Je reviens souvent à lui pour pour ergoter sur tel ou tel aspect de la vie humaine. Évidemment, je me répète. Vous ne vous attendez tout de même pas à ce que j'en invente une tous les jours... J'enfonce toujours le même clou avec plus ou moins d'insistance.

Dostoïevski devait probablement savoir lire en lui-même pour comprendre aussi bien autrui. Je suppose que nous avons tous hérités des mêmes ingrédients de base pour nous forger une identité. Certains mangent plus épicé que d'autres. D'autres s'enfoncent mieux dans la vase. La nature humaine est la même pour tout le monde, à la base, mais ce n'est pas une raison pour fonder son existence sur les pires aspects de l'humanité.

Dans son roman Les Frères Karamazov Dostoïevski rapporte via l'un de ses personnages l'histoire d'un poète qui assiste seul sur la rive au naufrage d'un navire. Le poète est tellement exalté par la mort atroce des naufragés qu'il écrit dans un moment d'inspiration de ne pas regarder les naufragés mais lui qui souffre de les voir se noyer!

Toute notre époque tient dans cette anecdote.

Des tas de gens se croient plus touchées que les victimes elles-mêmes du seul fait qu'elles entrent subrepticement dans leur vie misérable et digne de peu d'estime.

On en voit des masses qui pleurnichent de s'être cassé un ongle si Untel raconte s'être fait broyer les deux bras.

Quoi qu'il arrive dans la vie, les pleurnichards ne peuvent être que le centre de toute l'attention de l'univers connu et inconnu. Ils vous tombent dessus comme des charognards pour vous empoisonner la vie avec leur égoïsme victimaire.

-C'est pas facile pour moi! Bou-hou-hou! Moi, moi et moi seul souffre autant... Je les ai vus se noyer et depuis moi, moi et moi ne dormons plus... J'ai ressenti ce que cela fait de se noyer en buvant un verre d'eau... Je pense que je devrais suivre une thérapie... Je vais appeler tout le monde pour leur raconter comment je me sens mal, comment je me sens triste, en espérant qu'ils me donnent de l'argent, m'en prêtent à la rigueur, et me fassent des chatouilles sur le ventre et des bisous dans le cou... Je suis tellement malheureux! Tellement plus que les autres! Moi j'ai un coeur si pur. Je suis si hypersensible. Je ne supporte pas la vue du sang et des personnes malades ou décédées... C'est pour ça que je n'aide jamais personne... C'est pour ça que je bois... C'est pour ça que je me drogue... C'est pour ça que j'ai étranglé mon voisin pour lui voler vingt dollars...

Ce type de personnalité de peu d'envergure voudrait susciter la pitié de tout un chacun. Ces personnes enfoncées dans leur statut d'éternelles victimes souhaitent que l'humanité au complet pleurent à leurs genoux. Ce sont ces mêmes personnes qui, curieusement, méprisent l'humanité, flouent les uns et les autres. pourrissent sous le poids de leur cupidité dont on ne touche jamais le fond.

Je suis capable de faire preuve d'empathie et de compassion. Néanmoins, il ne faut jamais abuser de ma réserve d'amour et d'altruisme. Il vient un temps où je m'insurge contre ces gens qui voudraient nous faire renifler leur caca mental en espérant qu'on leur dise qu'ils sentent bon.

Si vous êtes malades, tarés, égoïstes, peu charitables, centrés sur votre nombril, bouleversés de vous être cassé un ongle, s'il-vous-plaît, ne venez pas m'importuner.

Il faut un jour séparer le bon grain de l'ivraie.

Il faut arroser les bons plants plutôt que d'abreuver le chiendent.

Il faut ce que vous voulez puisque je ne suis pas dans vos bottines.

Je veux seulement ne pas perdre mon temps avec ceux et celles qui n'en valent pas la peine.


Aucun commentaire: