lundi 12 septembre 2016

Rien à dire

Aucun rapport...
On ne devrait rien écrire lorsque l'on ne sait pas quoi raconter. Et ce "on" ne devrait exclure personne. Surtout pas soi-même.

Si je vous écris en ce moment, cela suppose que j'ai quelque chose à vous raconter.

Ce n'est pourtant pas le cas.

Je n'ai rien trouvé à vous dire bien que je serais capable de piquer une sainte colère sur un thème mineur comme les patates qui sentent toujours le moisi au supermarché.

Je pourrais aussi déchirer ma chemise sur d'autres thèmes encore plus bas de gamme. Les commentateurs les plus lus et les plus écoutés du Québec le font tous les jours sans souffrir d'une perte de popularité. Untel casse du sucre sur le dos de ceux qui se tournent vers la Mecque. L'autre laisse entendre qu'une vedette du grand écran ne devrait jamais se curer le nez en public. Des pléiades de crétins reprennent ça sur Twitter ou Facebook en réclamant que l'on fasse un sacrifice humain.

Je ne dirai pas que je ne dis rien quand je n'ai rien à dire.

Je finis toujours par dire quelque chose.

***

J'aime ouvrir des parenthèses que je ne referme pas toujours.

On me dit n'importe quoi et je pars comme une turbine. Je perds mes interlocuteurs dans des références à la civilisation sumérienne, à Popeye le vrai marin ou bien à Victor-Lévy Beaulieu.
Je diabolise le capitalisme. Je m'acharne sur Philippe Couillard et l'Arabie Saoudite. Puis je reviens sur la corruption politique, laquelle suppose la corruption de la justice et la corruption du peuple lui-même puisqu'il tombe en panne de bons exemples.

***

Je ferais mieux d'arrêter ça là...