jeudi 15 septembre 2016

Les Immortels

Le champagne coulait à flots. Les Immortels, comme ils s'appelaient entre eux, étaient tous réunis pour célébrer une nouvelle réussite financière.

On venait d'écraser une révolution sociale dans un quelconque pays du globe et tout un chacun des Immortels y avait trouvé son compte. 

Des mercenaires se chargeaient de terminer le travail en nettoyant le terrain de tous ceux qui pouvaient compromettre les affaires des Immortels. Journalistes, syndicalistes, parlementaires et militants des droits de l'homme allaient être plongés dans la géhenne du feu pour laisser passer les capitaux. 

Les Immortels mettraient fin aux dépenses publiques frivoles comme l'éducation et la santé en plus d'avoir la mainmise sur l'argent des contribuables pour développer leurs projets miniers, pétroliers et industriels.

-On les a bien eus hein? disait l'Honorable Edwige L. Badminton tout en demandant aux musiciens de jouer quelque air entraînant comme In the Mood de Glenn Miller, son préféré.

-Oui, ajouta Daniel W. Bronstein. En contrôlant cette république rebelle, nous aurons de plus accès à toute la région. Nous mettrons fin à leurs foutues politiques protectionnistes qui nuisent tant aux intérêts des Immortels...  Nous avons des familles, des employés à faire vivre! 

-Puis-je profiter de la présence d'une dame de compagnie dans ma suite? ironisa Jean-Michel De La Grange. J'aurais bien besoin d'un peu d'exercice...

-Ha! Ha! Ha! rigolèrent-ils tous ensemble.

Soudain, un halo de lumière apparut au-dessus de l'hôtel où les Immortels s'étaient rassemblés.

On entendit un bruit métallique entrecoupé de sons stridents. 

-Qwtzrtz! Rwzzztgq!

-Qu'est-ce que c'est que ce bordel? hurla De La Grange en ajustant son costume trois pièces.

-Qwtzrtz!

Une créature apparue dans ce qui s'apparentait à un hologramme. 

-Qui êtes-vous? Qu'est-ce que vous faites ici? demanda Badminton.

-Qwtzrtz! Terriens, je me permets d'interrompre votre rencontre... Vous êtes en communication avec Zorg, secrétaire de la ligue de la galaxie que vous appelez Andromède. Je ne suis pas ici en ami. Je viens vous annoncer que nous prenons le contrôle de la Terre sur décision unanime du Conseil de sécurité intergalactique. J'ai été mandaté pour vous faire connaître vos devoirs et vos obligations en tant que membres de la communauté intergalactique.

Badminton tomba mystérieusement au sol, les yeux révulsés. Puis Bronstein aussi. De La Grange et les autres ne comprenaient pas ce qui se passait.

-Qu'est-ce que c'est que ce bordel? demanda-t-il à la créature.

-C'est ce qui vous attend si vous ne nous obéissez pas. Vos amis sont morts parce qu'ils étaient habités de pensées révoltantes. Nous pouvons tous vous tuer à distance, sans même que vous sachiez où nous sommes.

-Et que voulez-vous? Une participation aux profits? On peut s'arranger... ajouta De La Grange.

-Nous voulons éliminer chez votre espèce les comportements antisociaux, le mensonge et la corruption généralisée de vos institutions qui menacent non seulement la Terre mais insultent tout l'univers connu. Cela fait longtemps qu'on vous observe et nous tenons à rétablir la vertu au sein de votre communauté fondée sur l'iniquité. Il nous peine de vous tuer l'un après l'autre, comme nous venons de le faire, mais nous nous verrons dans l'obligation de le faire si vous n'appliquez pas nos lois.

-Et que sont vos lois?

-La démocratie directe sans système de partis politiques. La reconnaissance de l'unicité de chaque être humain. L'accès à la connaissance, à la santé et aux loisirs pour tous. Bref, tout ce que l'on applique déjà dans la galaxie d'Andromède et bientôt partout dans la Voie Lactée et ailleurs dans tout l'univers.

-Êtes-vous fous? Vous allez...

De La Grange ne put poursuivre sa phrase. Il s'écrasa au sol, lui aussi, les yeux révulsés.

La Terre était envahie par des extra-terrestres d'Andromède qui nous traitaient comme si nous étions des Sauvages.

L'hologramme disparut. Puis les Immortels sentirent que quelqu'un fouillait dans leurs pensées et leur répondait...

-J'essaie de changer! Je vous jure que j'essaie vraiment de penser à autre chose! Pitié! se dit en lui-même Bronstein pour dire à ceux qui occupaient son esprit qu'il était un bon gars.

Personne ne sut que les extra-terrestres nous avaient visités.

Les Immortels furent dissous en tant qu'association.

Ceux qui n'étaient pas morts convinrent qu'il fallait mieux marcher les fesses serrées avec ces maudits communistes d'Andromède.

Ils rétablirent les programmes sociaux et favorisèrent une meilleure distribution des richesses partout dans le monde.

Personne n'y comprenait rien. Les brutes tombaient comme des mouches, les yeux révulsés, sans que personne ne leur ait fait quoi que ce soit. 

Certains crurent que Dieu était bon.

D'autres pensèrent que c'était quelque chose dans l'eau qui faisait en sorte que toute pensée violente affectait l'organisme par la sécrétion d'une hormone parasitée par un quelconque virus...

Quoi qu'il en soit, tout se mit à mieux aller sur Terre.

Et personne ne s'en plaignait.

***
Post-scriptum

Fin alternative

La fin de cette histoire est un peu trop positive. Elle suppose que l'univers est rempli de créatures aux bonnes intentions.

Cette histoire, tirée de mon esprit siphonné, aurait pu se terminer sur une toute autre note...

Après une période de paix relative succédant à la disparition des anciennes élites, les créatures d'Andromède installèrent des roitelets dévoués à leurs nouveaux maîtres venus de l'espace pour instaurer sur Terre une dictature encore pire que tout ce que l'on avait connu auparavant. Cette dictature était maquillée sous des tonnes de bons mots et de beaux sentiments. Pourtant, on veillait en hauts lieux à ce que toute personne susceptible de s'opposer à l'ordre régnant soit éliminée en douceur sans laisser de soupçons sur une quelconque intervention étrangère. Les gens qui témoignaient de velléités de rébellion mourraient tous subitement d'une mort que l'on disait naturelle.

Les extra-terrestres, ceux-là même dont le commun des mortels ignoraient l'existence, continuaient de marchander avec les roitelets pour progressivement programmer les humains à la servitude la plus totale qui soit. Les bandits d'Andromède pillaient notre eau, notre pétrole, notre or et toutes nos ressources naturelles pour les revendre aux quatre coins de l'univers.

L'éducation gratuite, la santé et tout le reste n'avaient été que des prétextes pour mener à bien leur plan de domination totale. Ils comprirent assez vite qu'ils valaient mieux revenir à l'ordre ancien et continuer de traiter l'humanité comme le faisaient les Immortels puisque certains aspects de notre culture et de nos soi-disant religions leur avaient échappé.

Aucun commentaire: