samedi 12 septembre 2015

Les tournesols de Godro





Feu le peintre trifluvien Jean-Marc Gaudreault, alias Godro, a donné des graines de tournesol à ma voisine. Les graines provenaient des tournesols qu'il faisait pousser devant son atelier. Son atelier était situé à deux pas de la cathédrale de Trois-Rivières. Tout comme mon atelier. Ma voisine y a sans doute vu un signe. Elle m'a donné les graines de Godro que je fais pousser à chaque année devant mon atelier-galerie d'art pour lui rendre hommage.

L'an dernier, je les ai plantées vers la mi-juin. Mes tournesols n'étaient pas très beaux. Leurs feuilles étaient souvent mangées par les insectes ou bien brûlées par le soleil. Pourtant, les tournesols nous firent la surprise de produire leur fleur vers la mi-octobre, juste avant que les premières gelées ne viennent les abattre.

Cette année, je les ai plantées au début de mai. Les fleurs sont sorties la semaine dernière. Mes tournesols ont fait face à bien des attaques au cours de l'été. Les insectes ont mangé leurs feuilles. Et le soleil, malgré que je les arrosais tous les jours, a desséché le reste. Néanmoins, nous avons fini par les réchapper. Les tournesols ont produit leur fleur la semaine dernière, de belles fleurs qui auraient pu faire la fortune de Van Gogh.

Moi et ma blonde étions fiers d'obtenir ce beau résultat après avoir travaillé fort pour assurer la survie et la descendance de nos tournesols.

Je les ai arrosés tôt jeudi matin, comme à mon habitude. En après-midi, ma blonde m'a envoyé un texto pour me demander si c'était moi qui avais coupé trois plants de tournesols sur les huit que nous avions. Non, que je lui ai répondu. Nous avons compris qu'une sinistre personne était passée en matinée pour s'approprier les fleurs de nos efforts. Des fleurs qui mourront, sans aucun doute, puisque le plant est resté dans le pot.

J'ai tout de suite pensé que ce devait être l'oeuvre de la même vieille christ de folle que j'avais surprise en train de couper des fleurs chez des voisins. Je pourrais me tromper, évidemment. Ça pourrait être aussi un christ de fou. Quoi qu'il en soit, ça m'a mis en beau tabarnak.

-On a passé des mois à les arroser pour voir sortir les fleurs de nos tournesols puis en deux secondes un christ de fou ou une christ de folle vient les arracher pour les faire crever chez-lui ou chez-elle dans un pot! Maudits humains de marde!

Ce matin, il nous reste encore quelques fleurs dans nos tournesols. J'en ai peint quelques-uns sur la devanture de mon atelier-galerie d'art pour être certain que personne ne va partir avec.

Il y a deux mois, un zouf a arraché les fleurs du restaurant La Binerie Chik, tout près de chez-moi. Que faire en pareil cas? Rempoter les fleurs et recommencer. Rien de plus. Rien de moins. Une manière de dire aux zoufs qu'ils ne réussiront pas à rendre notre monde encore plus laid.

Je vais donc aller arroser les tournesols qu'il nous reste encore et espérer qu'ils se rendent au bout de leur vie pour récupérer leurs graines. Tout cela pour assurer la survivance des tournesols de Godro, une manière bien personnelle d'honorer la mémoire de celui qu'on surnommait aussi Coyote.