mercredi 13 mai 2015

La Coupe Stanley, c'est rien du tout

Le Canadiens de Montréal a perdu contre le Ligthning de Tampa Bay hier soir. C'est une bonne chose. Je ne supportais plus de voir tous ces fanions et logos des Canadiens brandis par la moitié des Québécois. Je ne supportais plus d'entendre ces reportages délirants sur ces connards qui vont allumer des lampions ou bien marcher à genoux dans l'escalier menant à l'Oratoire Saint-Joseph...

Il y a une limite à faire passer le sport avant l'indignation politique. Et cette limite a largement été atteinte. Le hockey demeure pour moi le refuge des larbins. Tant mieux pour ceux qui aiment ça. Tant mieux que les Canadiens aient perdu pour ceux qui n'aiment pas ça.

L'émeute semble avoir été évitée cette année. Les vitres des commerces n'ont pas volé en éclats sur la rue Sainte-Catherine, comme c'est de coutume après une défaite en séries éliminatoires. Les larbins sont demeurés calmes cette fois-ci.

Nous pouvons enfin passer à autre chose. Passons au combat plus sportif contre les libéraux qui veulent appauvrir le Québec et les Québécois pour le bénéfice d'une poignée de milliardaires mafieux sans coeur et sans âme.

Sortons les drapeaux rouges, les drapeaux verts, blancs et rouges, les fleurdelisés à la rigueur, et marchons dans les rues pour une victoire qui nous mènera plus loin qu'une simple Coupe Stanley portée par-dessus les têtes de millionnaires sur patins à glace.

Évidemment, il faudra attendre que le pain se transige entre dix et vingt dollars la tranche avant que le peuple n'en vienne à l'évidence qu'il faut se révolter contre les bandits au pouvoir...

J'ai bon espoir que ça viendra.