mercredi 1 avril 2015

Un poisson d'avril comme il ne s'en fait pas

Il est dans la tradition du premier jour d'avril de faire des farces. Certains se contentent d'accrocher un poisson de papier dans le dos des gens ou bien de coller une pellicule de plastique transparente sur le bol de la bécosse.*

Comme ces blagues sont éculées, vous comprenez qu'elles ne font pas l'affaire des plus inventifs.

Évidemment, les plus inventifs ne sont pas nécessairement les plus empathiques, autrement on n'aurait jamais inventé la bombe à neutrons.

Jos Borduas n'était pas nécessairement des plus inventif mais il savait se démarquer par sa volonté de ne pas répéter toujours les mêmes niaiseries. Il se renouvelait toujours, d'un séjour de prison à l'autre, pour que l'habitude n'ait jamais raison de lui.

L'histoire que je vous raconte s'est passée un premier avril, vous vous en doutez bien.

Jos Borduas profitait d'un moment de libération conditionnelle en avril 2012. Au lieu de savourer le printemps à l'extérieur des quatre murs de la prison, il se torturait l'esprit afin de commettre un poisson d'avril qui soit à la hauteur de ce qu'il croyait être, c'est-à-dire le roi des farceurs.

Une idée finit par lui venir à l'esprit après avoir bu, reniflé et fumé toutes sortes de psychotropes.

Il s'invita chez Jacques Normandeau, son grand chum de prison qui avait lui aussi été libéré depuis au moins trois mois. Pendant que Normandeau était aux toilettes, Jos Borduas dévissa les garde-fous du balcon de l'appartement de son grand chum. Quand Normandeau sortit des toilettes, il alla rejoindre son ami sur le balcon qui l'attendait avec une bière à la main et un joint dans l'autre.

-Christ de belle journée, hein? dit Normandeau à Jos Borduas.

-Oui m'sieur! Une journée pour s'accoter sur une rampe de balcon en buvant une p'tite broue!

Normandeau, comme de raison, s'appuya sur le garde-fou et piqua du nez jusqu'au sol, trois étages plus bas.

Il n'était pas tout à fait mort, mais plus tout à fait fort aussi.

Jos Borduas riait comme un damné.

-Poisson d'avril! qu'il disait entre ses rires entrecoupés. Poisson d'avril! Ha! Ha! Ha!

Franchement, personne n'a besoin d'amis comme Jos Borduas. Sa place est en prison pour tous les jours de l'année, et pas seulement le premier jour d'avril.

Tenez-vous toujours très loin de cet hostie d'cave.




_____
*bécosse= québécisme issu de back-house, un cabanon pour aller chier...

3 commentaires:

  1. Poisson d ' avril !
    Chose faite comme de carnaval - Nê ?
    Eh , je m ' étonne qu ' il y ait pas + de commentaires à tes si merveilleux textes -
    Jn ' y réponds pas toujours non-plus par peur d ' être chiant - d ' autant que le suis souvent ( chiant ) de n ' être pas toujours bien d ' accord avec ce que tu dis - mais globalement , si -
    ( Me suivez-vous ? Allô , y a-t-il quelqu ' un qui réponde ? )
    Lol ,
    amicalement à toutes et tous : poisson d ' avril !

    RépondreSupprimer
  2. Y'a plus de commentaires sur Facebook et Twitter où je publie aussi les liens vers mes textes... Pour ce qui est de Google, tu es de loin mon meilleur commentateur. Merci!

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour tes mots -
    Je vais aller voir sur Twitter -
    J ' aime bien " Tchat'tcher " ( une expression du sud de la france , sans aucun rapport (?) avec le verbe "Tchatter" - mais qui veut plutôt dire : discuter âprement ) avec tous et toutes -
    Porte-toi bien !
    ( Alors , elle fond cette sacrée neige ??? ) ( que le printemps qui arrive vous soit à toutes et tous aussi chaud que tout le bonheur du monde , que la + belle des + belles neiges étincellantes ! ) -

    RépondreSupprimer