mardi 26 avril 2011

Des progressistes-conservateurs aux conservateurs des cavernes

Brian Mulroney dirigeait le Parti progressiste-conservateur du Canada.

Harper est passé de l'Alliance canadienne au Parti conservateur du Canada, un parti qui n'avait plus besoin de l'épithète progressiste pour rallier tout ce qu'il y a de rétrograde, passéiste, créditiste, évangéliste de droite et Béret blanc... On a donc enlevé le terme progressiste, un héritage de 1942, un simple mot qui en dit long.

Il y avait bien quelques punaises de sacristie et suceux de balustres qui gravitaient autour des progressistes-conservateurs du temps de Mulroney mais jamais comme ce le fût pendant le règne de Stephen Harper.

Harper est essentiellement un idéologue et pas du tout un politicien. Il vit pour une idéologie et est aussi dangereux au pouvoir qu'un marxiste-léniniste, pour les mêmes raisons: pour leurs ornières idéologiques et leur manque de souplesse.

Mulroney a l'air de Karl Marx à côté de Stephen Harper, c'est tout dire.

De plus, Harper c'est la marionnette des pétrolières et des Républicains américains. Il manque en lui quelque chose comme le Canada.

Voter pour Harper, c'est voter pour encore plus de chaos que les anarchistes ne sauraient en semer.

Pouah, caca! Je ne voterais jamais conservateur!!!

Non, je vote plutôt socialiste.

Je vote pour une certaine continuation de l'humanisme.

Je vote Orange. Je vote pour Robert «Bob» Aubin, Jack Layton et le NPD pour battre les conservateurs.