mercredi 23 février 2011

La démocratie est en marche à Trois-Rivières et au Québec...

Alors que la révolution secoue l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient, que les dictateurs et autres despotes tombent l'un après l'autre, il est consternant de constater que nous avons du chemin à rattraper pour nous débarrasser de nos fossoyeurs de démocratie locaux et autres pleins d'marde paroissiaux qui s'accrochent au pouvoir pour se servir à pleines mains à même le trésor public.

Ce n'est pas les pétitions qui suffiront à les renverser. C'est évident qu'il faudra passer par la rue un jour ou l'autre pour que le maire Lacrotte ou le Premier ministre Machin dégage.

Tout le monde attend que ce soit quelqu'un d'autre qui vienne initier le mouvement. Même moi... Alors qu'il ne faudrait peut-être qu'un simple appel à une marche sur Facebook, un dimanche après la prière, pour changer la face du Québec.

Sommes-nous des hommes, des femmes? Habitons-nous nos couilles et nos ovaires? Allons-nous laisser ces pourris au pouvoir, dans cette atmosphère empuantie d'arrogance, de corruption, de fraude et d'autoritarisme?

Allons-nous faire le ménage dans notre cour sacrament?

Si les 250 000 signataires de la pétition pour la démission de Jean Charest descendaient dans les rues, les Libéraux eux-mêmes le forceraient à se retirer.

Rien ne peut arrêter un peuple en mouvement.

Et ce mouvement viendra, aujourd'hui ou demain, un jour ou l'autre, cela me semble de plus en plus évident.

Évidemment, je vais publier ce message sur Facebook.

Et espérer que des voix m'entendent pour m'aider à reprendre la rue, une fois de plus, pour les vraies affaires.

De Mascouche à Laval, en passant par Trois-Rivières, Montréal et Québec, il ne manque pas de raisons de s'indigner et de réclamer une démocratie démocratique, une liberté libre.

Pouvoir au peuple!