lundi 14 novembre 2016

Infantilisation et mesures stupides d'employabilité

J'ai déjà été chômeur. Comme tant d'autres. Et je ne pouvais pas recevoir mon chèque de chômage si je ne participais pas à de stupides et infantilisantes mesures d'employabilité. C'était dans les années '90. à l'époque où Paul Martin avait volé la caisse des chômeurs pour graisser les banquiers. Deux milliards qu'il avait volés, le tabarnak. Cela se fait encore de nos jours et il est rare que l'on voie des politiciens se faire défenestrer pour autant.

On m'a donc obligé à participer à une séance de niaisage dont nos fonctionnaires gouvernementaux, en complicité avec les travailleurs sociaux inutiles, ont tant le secret.

Nous étions une bonne trentaine de misérables rassemblés dans une petite salle sans fenêtre tapissée d'affiches gouvernementales hideuses et déprimantes.

Une jeune dame s'est avancée devant le groupe pour nous présenter une petite vidéo tout ce qu'il y a de plus hurlant de bêtise.

On traitait la trentaine d'adultes rassemblés-là comme des parias qu'il fallait rééduquer. C'est un peu comme si vous passiez au feu et que la compagnie d'assurance vous obligeait à écouter une vidéo où l'on vous serinerait qu'il ne faut pas jouer avec les allumettes.

-J'ai passé au feu tabarnak! vous révolteriez-vous avec raison. Payez calice! Pis crissez-moé patience bande d'hosties d'trous d'cul! J'veux mon chèque bande de crosseurs! Fumiers! Bandits! Ectoplasmes!

Mais non. Avec le chômage, comme c'est le cas pour l'aide sociale, vous êtes toujours coupables de réclamer votre dû. On ne voit doit rien. On peut vous faire danser, giguer sur la tête ou suivre des formations débiles pour nourrir l'appareil bureaucratique.

Cette fois-là, on nous força à regarder une vidéo qui semblait conçue pour un enfant de quatre ans avec un fort retard d'apprentissage.

Des comédiens déguisés en pirates de pacotille expliquaient au groupe d'aspirants-chômeurs que la recherche d'un emploi s'apparente à une chasse au trésor.

Et voilà Boule le pirate qui brandit son cv. Et Calamité la mutine qui soigne son apparence pour ne pas avoir l'air d'une grosse crottée inapte au travail.

J'étais en tabarnak. Je me suis donc révolté.

-Avez-vous fini de nous prendre pour des enfants sacrament! On est des adultes ciboire! Votre hostie d'vidéo c'est bon pour des débiles légers!

-Monsieur... s'offusqua la fonctionnaire fraîchement sortie du Cégep. Monsieur vous devez absolument écouter cette vidéo ou votre chèque sera coupé!

-Coupez-lé mon chèque sacrament! C'est quoi votre nom? Je veux porter plainte au tribunal administratif... Je vais porter ça en Cour Suprême s'il le faut! C'est de la crisse de marde cette vidéo-là! J'ai pas envie d'écouter Passe-Partout pis les Télétubbies saint-ciboire! J'ai trente ans! On a tous travailler dans la vie et on sait tous comment se trouver une job! Faites-nous pas chier saint-chrême! Quelle job vous avez eu dans votre crisse de vie à part une job d'été sur un coup de piston de popa-moman, hein?

-Monsieur! Nous allons couper votre chèque!

-C'est ça! Coupe-lé! J'm'en calisse! J'irai voler une banque!

J'étais avec l'un de mes potes qui était lui aussi condamné à subir cette mesure d'employabilité. Nous sommes sortis de la salle avec le fou rire.

J'ai tout de même reçu mon chèque deux mois plus tard... Ce n'était pas juste pour les trente autres qui avaient regardé la vidéo jusqu'au bout en se grattant l'entre-jambes. Enfin! Ceux qui ne gueulent jamais ne sont jamais écoutés...

***

Le gouvernement libéral du Québec, dans son infinie corruption, entend couper le chèque de ceux qui ne participeront pas à des mesures d'employabilité...

On versera 399$ par mois à ceux qui ne voudront rien savoir de Boule le pirate et de Calamité la mutine...

On leur montrera comment se présenter en entrevue. Comment faire ceci ou cela. Comment se décrotter derrière les oreilles. Comment se laver la poche. Comment avoir une bonne haleine qui sent la chlorophylle.

Oua! Si ce n'est pas merveilleux le travail social et tout ce progrès qu'il inspire aux nécessiteux!

***

Je fais passer régulièrement des entrevues dans le cadre de mes fonctions. Il y en a qui font pitié. Personne ne les engagerait. Ils sont démolis, à terre et sans espoir de s'en sortir. On les forcera évidemment à faire des sparages pour les humilier et les rendre coupables de recevoir un revenu de citoyenneté.

On leur fera comprendre que ce pays ne leur appartient pas. Qu'ils sont une nuisance publique. Qu'ils devraient avoir honte de vivre aux crochets de l'État comme des lumpenprolétaires crasseux et déguenillés.

Des fonctionnaires syndiqués full-patch leur feront comprendre l'ignominie de leur situation financière et intellectuelle. Il faut être con pour perdre sa job et demander du chômage ou de l'aide sociale... Honte à vous, gredins! Capitaine Crochet veille sur vous!

Le chômage réel de la province doit dépasser les 20%. On joue avec les chiffres comme avec les humains pour occulter cette réalité bien évidente: il n'y a pas de travail pour tout le monde. Surtout pas pour les victimes du capitalisme sauvage.

C'est toutte.