dimanche 16 avril 2017

Ni dieu ni maître, encore une fois...

L'association *** prône la liberté, la paix, la laïcité. Au sein de cette association *** il y a un genre de pape et des évêques qui contrôlent tout ce qui se dit et s'écrit au nom du groupe. On me demande de devenir membre de l'association ***. Ses membres me semblent amorphes pris individuellement et leur combat se limite à publier une revue aux six mois photocopiée en trois cents exemplaires. J'ai entre 4000 et 5000 visites par jour sur mon blog... Pourquoi devrais-je ralentir le rythme et la portée de mes interventions?
Je ne deviendrai pas membre de l'association ***. Pas plus que je ne deviendrai membre d'une association d'écrivains, de bédéistes, d'artistes-peintres ou de blogueurs. Toutes les organisations exigent que l'on dévisse sa tête pour obéir au groupe. Une manière détournée de dire qu'il faille obéir aux deux ou trois gredins qui contrôlent ce groupe. Je ne ferai donc jamais partie d'un groupe, d'une association ou de quelque parti politique que ce soit. Je suis un sauvage et me sens fier de l'être. Si réussir exige de se plier aux groupes, je serai tout aussi fier de ne rien réussir et de tout échouer. Je suis solidaire mais solitaire. Je crois aux rassemblements spontanés et aux fêtes qui ne sont pas organisées à l'avance. Je perçois toute forme d'autorité comme une atteinte fondamentale à la dignité spirituelle.

Aucun commentaire: