jeudi 20 avril 2017

Le Journal de Montréal est toxique

Le Journal de Montréal est un journal jaune qui me semble aussi toxique que les radios-poubelles. On s'y sert allègrement de faits divers pour alimenter les bas instincts d'un lectorat majoritairement blanc et fleurdelisé.

La Commission Bouchard-Taylor avait démontré le rôle négatif joué par le Journal de Montréal dans les controverses entourant les accommodements raisonnables. Les journalistes traquaient les faits divers pour les présenter comme un système. Un musulman avait demandé des fèves au lard sans porc, imaginez-vous donc. Des juifs marchaient sur les trottoirs avec des boudins. Des sikhs portaient des turbans et des poignards rituels aussi dangereux qu'un coupe-ongles. Cela nécessitait une enquête, sinon l'extradition manu militari desdits métèques. Tout le reste était du même ordre. Rien de bien sérieux.

Pourtant, tous les nationalistes de notre belle colonie se sont mis à déchirer leur chemise. Du coup, c'était comme s'il ne se vendait plus que de la viande halal au supermarché. Pourtant, cela n'occupe qu'un très faible pourcentage de la boucherie. À peine de quoi satisfaire les prescriptions alimentaires d'une communauté religieuse. Personnellement, je mange des produits sans gluten et je puis vous dire que j'en trouve même un peu plus que la viande halal. J'ai même commis ce crime contre la patrie d'acheter du poulet halal pour découvrir, à ma grande surprise, que le poulet goûtait la même chose... C'est fou hein?

Cela n'allait pas s'arrêter là, évidemment. Le Journal de Montréal venait de trouver un filon à exploiter. La Coalition Avenir Québec et la frange identitaire du Parti Québécois en feraient leurs choux gras. On spinna bientôt sur le port du burkini alors que je n'ai jamais vu personne en porter ici. Aurais-je vu une femme avec un burkini que j'aurais penser qu'elle portait un costume de plongée sous-marine, sans plus.

Évidemment, les nationalistes ne manqueront pas de me rappeler l'existence des attentats terroristes commis au nom de l'Islam. Ils me reprocheront même de soutenir les Frères Musulmans et l'Arabie Saoudite par mon attitude d'idiot utile. Et pire encore, je serais de ceux qui renient le féminisme...

Je m'excuse, mais je n'ai pas l'envie de retirer un voile de la tête d'une musulmane pas plus que je n'ai l'envie de tirer un intégriste de quelque secte que ce soit par la barbe.

J'aimerais bien leur faire comprendre mon point de vue. Il faudrait néanmoins qu'ils cessent de lire le Journal de Montréal pendant une semaine. Une fois désintoxiqués, ils seraient un peu plus parlables...

Pour le moment, c'est clair que je fais partie de la cohorte des traîtres et des vendus, de ces sales opportunistes qui se rangent dans le camp du multiculturalisme-à-la-Trudeau et soutiennent indirectement les mafieux du Parti libéral du Québec...

Bref, comme dirait Duplessis, c'est toujours la faute à Ottawa.

Le dernier truc d'Ottawa c'est de polluer notre belle province avec des étrangers étranges qui sont différents de nous imaginez-vous donc!

***

Il n'y a pas de racisme au Québec. Ou si peu que ça ne vaut pas la peine de s'y pencher.

Ce n'est pas moi qui le dis, mais Mathieu Bock-Côté. Incidemment, il est chroniqueur au Journal de Montréal.

Les libéraux entendent créer une commission portant sur le racisme systémique au Québec.

Dans n'importe quel pays un tant soit peu progressiste du monde on saluerait l'initiative même si elle provenait du Diable en personne. Comment peut-on s'opposer à la vertu?

Eh bien il semble que la vertu et les donneurs de leçons ne soient pas les bienvenus chez les nationalistes québécois.

Il n'y a qu'un racisme normal au Québec... Il n'est pas systémique. Il n'est pas endémique. Il n'est pas mieux ou pire qu'ailleurs. On tire un trait sur ce racisme et on continue de tirer à boulets rouges sur les métèques, voyons donc!

Quoi? Un peuple ne peut pas décider de ses politiques d'immigration? Il ne peut pas se débarrasser de ces étrangers qui ne se lassent pas d'être différents?

Le racisme d'un Québécois n'est pas du racisme, évidemment.

C'est du patriotisme...

C'est de la résistance...

Un pays, un peuple, un chef. Ce n'est pas difficile à comprendre.

Mais non! Il faut que les métèques en rajoutent et qu'ils prétendent n'importe quoi!

Des attentats contre une mosquée, ça se produit partout dans le monde, pas rien qu'ici.

Pourquoi les Québécois devraient être pointés du doigt plus que les autres, hein?

Non, non et non! Il n'y a pas de racisme québécois!!!

C'est une invention des maudits Anglais qui veulent encore nous humilier...

C'est encore la faute de l'argent et des votes ethniques.

C'est écrit noir sur blanc dans le Journal de Montréal que les musulmans sont... sont musulmans!

***

Je me fatigue de revenir sur ce sujet.

Peut-être dois-je encore participer à cette guerre des mots pour contrer le racisme systémique dans lequel baigne notre soi-disant Nous.

Un Nous qui exclut les fédéralistes, les femmes voilées, les joueuses de tennis, les anglophones et les maudits gauchistes.

On veut me faire accroire que tout n'est que patrimoine et traditions, y compris le racisme.

J'y vois plutôt le malaise d'une idéologie en perte de vitesse qui tente de résister au changement inéluctable qui se produit au sein de toute l'humanité.

Aucun commentaire: