lundi 22 août 2016

Roadtrip à Tadoussac

Lever du soleil à Saint-Siméon dans Charlevoix.


Oui, même les blogueurs prennent des vacances. Cela explique pourquoi je n'ai rien posté sur mon blogue au cours des derniers jours. Je me suis un peu ennuyé de ne pas vous ennuyer avec mes bêtises quotidiennes. Mais pas tant que ça. J'avais plutôt la tête ailleurs. Ailleurs, là-bas, les yeux rivés sur les eaux salées du golfe du grand fleuve Magtogoek (anciennement Saint-Laurent). Ailleurs, à Rivière-du-Loup, Saint-Siméon, Tadoussac et Baie Saint-Paul.

Moi et mon amoureuse sommes partis mardi dernier à Rivière-du-Loup sur un roadtrip indéterminé. Quatre heures de vieux rock sur l'autoroute 20 et la route 132-Est. Nous n'y avons passé qu'une seule nuit en camping de Gitans. Le lendemain, nous avons pris le traversier en direction de Saint-Siméon dans Charlevoix. La traversée dura près d'une heure et demie. On se sentait en croisière sans avoir à payer une note faramineuse. Les goélands et les cormorans tournaient au-dessus du traversier. L'air était froid et salin. Une journée magnifique s'annonçait.

Nous nous sommes installés ensuite au camping Falaise-sur-Mer de Saint-Siméon. Comme le nom l'indique, on s'est fait des mollets. On a dormi au son d'un petit ruisseau puis le lendemain matin nous avons marché jusqu'au village de Saint-Siméon pour exercer notre contemplation. Ça montait comme dans la face d'un singe pour revenir. La baignade et la douche furent bienvenus. Nous nous sommes tapés une bonne bouffe puis retour vers l'observation de la nature.

Comme nous ne souhaitions pas tenir en place afin de conférer plus de densité à notre roadtrip, nous avons poursuivi notre chemin vers Tadoussac. Il y faisait un froid d'ours polaire à huit heures du matin. Nous nous sommes installés au Camping Tadoussac qui nous offrait une vue grandiose sur notre pays. Puis nous nous sommes tapés un gros déjeuner avant que de partir explorer Tadoussac.

Tout ce que l'on descend doit être remonté. Et ça descendait pendant deux kilomètres pour nous rendre jusqu'au village. Nous avons bifurqué par un petit sentier du Parc des Ancêtres qui nous mena jusqu'au bord de mer. La plage y était magnifique. Quelques touristes attendaient de monter à bord d'un zodiaque pour aller observer les baleines. L'air devenait plus chaud et le soleil de plomb contribua grandement à haler nos peaux. La remontée vers le camping fût pénible. Cela nous a pris tout notre petit change pour revenir sur nos pas. On profita du reste de la journée au Camping Tadoussac à contempler la mer et l'embouchure de la rivière Saguenay. Un bon vin, un bon repas puis une rencontre avec un sculpteur de Tadoussac qui, incidemment, portait le même prénom que moi.

On décida ensuite de prendre le chemin vers Baie Saint-Paul dans Charlevoix. J'avais lu quelque part qu'il y avait plein de galeries d'art et d'artistes. Nous ne fûmes pas déçus.

Pour s'y rendre. on emprunta la route 362 qui longe le fleuve. Nous traversâmes les villages de Saint-Irenée, La Malbaie et Les Éboulements. C'était magnifique et il fallait souvent avaler pour se déboucher les oreilles au fil des remontées et des descentes dans les montagnes.

Le Camping du Gouffre, à Baie Saint-Paul, nous offrit un emplacement intime sur le bord d'une rivière pour y parquer notre camionnette transformée en campeur. Nous avons bouffé comme des rois, une fois de plus, puis nous sommes partis visités les galeries d'art de Baie Saint-Paul. J'ai compris que je devais absolument y exposer mes toiles un jour ou l'autre. J'ai ressenti que je pouvais joindre mes oeuvres à celles de mes pairs sans en avoir honte. Je ne dis pas ça par orgueil ou narcissisme. C'était tout simplement une révélation. Ce que je fais vaut son pesant d'art. Ce ne serait pas la dernière fois que je reverrais Baie Saint-Paul. Et même qu'un jour je devrai m'y installer l'été ou l'automne ou l'hiver par une circonstance qui finira bien par s'offrir.

On revint au campement pour notre dernière nuit dans Charlevoix. L'air se faisait plus frais entre les montagnes. Une petite ferme jouxtait le terrain de camping et ma blonde a pu nourrir un poulain avec des carottes et des chèvres avec des bouts de piments. On ouvrit une bonne bouteille pour la boire lentement près d'un feu à contempler les montagnes qui entouraient notre gouffre. La nuit fût fraîche et je dormis comme un bébé.

Il fallut bien revenir à la maison. Pour que le choc ne fût pas trop brutal on prit le Chemin du Roy qui longe le fleuve. Sainte-Anne-de-Beaupré, Québec, St-Augustin-de-Desmaures, Neuville, Cap-Santé et alouette!

Une pluie nous accueillit à Trois-Rivières en soirée. La seule pluie de notre voyage, hormis celle qui survint au cours de notre nuit à Rivière-du-Loup. Comme l'an passé en Nouvelle-Écosse, notre roadtrip se fit au soleil. Peut-être parce que nous menons une bonne vie. Ou parce que les deux dernières semaines du mois d'août constituent le meilleur temps pour prendre nos vacances.

Elles ne sont pas encore terminées ces vacances. Il nous reste encore une semaine à nous promener ça et là, à pieds, à bicyclette ou en camionnette.

Rien de prévu.

Rien à prévoir.

Seulement profiter de la vie.

Plage de Saint-Siméon

À l'aube au Camping Falaise-sur-Mer de Saint-Siméon

Vue panoramique sur Tadoussac

Une citation de Gérald Godin dans le Parc des Ancêtres de Tadoussac.

La plage de Tadoussac.

Vue panoramique de Tadoussac.

Un cheval au Camping du Gouffre de Baie Saint-Paul.

Baie Saint-Paul vue de l'intérieur d'une camionnette...

La petite rivière du Camping du Gouffre de Baie Saint-Paul